Extension Factory Builder
19/04/2012 à 20:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le réalisateur égyptien Yousry Nasrallah. Le réalisateur égyptien Yousry Nasrallah. © D.R.

Le continent revient en force au 65e Festival de Cannes, qui se tient du 16 au 27 mai 2012. Pas moins de trois films africains y sont présentés, dont un en compétition officielle pour la Palme d'or.

L’Afrique s’offre un retour en grâce au 65e Festival de Cannes. Trois films réalisés par des cinéastes du continent figurent dans la sélection officielle de 54 longs métrages, issus de 26 pays, dévoilée le 19 avril. Après la bataille, de Yousry Nasrallah est en lice pour la prestigieuse Palme d’or. Le réalisateur égyptien s’y interroge sur l’après-révolution dans son pays, à travers la rencontre entre une militante de la place Tahrir et l’un des hommes de main envoyé par Moubarak pour mater les manifestants.

Toutes sélections confondues, c’est la quatrième fois que Nasrallah présente un film à Cannes depuis Vols d’été en 1988, à la Quinzaine des réalisateurs. Il devra affronter des pointures du cinéma international, tels que le Français Jacques Audiard en lice pour De rouille et d’os, le Canadien David Cronenberg avec Cosmopolis, ou l’Anglais Ken Loach et La part de l’Ange.

Parmi les 17 films en compétition dans la catégorie Un certain regard concourra également Les chevaux de Dieu, du Marocain Nabil Ayouch, qui traite de la jeunesse désœuvrée enrôlée par les islamistes. Enfin, le cinéma subsaharien n’est pas en reste, puisque La pirogue du Sénégalais Moussa Traoré est également en compétition.

Nanni Moretti et Bérénice Béjo à l'honneur

Thierry Frémeaux, le délégué-général du festival, a précisé que « tous les films de la sélection sont des avant-premières mondiales » et que celle-ci sera « fignolée » dans les prochains jours. La cérémonie s’ouvrira le 16 mai avec un jury présidé par le cinéaste italien Nanni Moretti (Habemus Papam, 2011). L’actrice française Bérénice Béjo, césarisée pour son rôle dans The Artist, en sera la maîtresse de cérémonie.

Aucun réalisateur africain n’a reçu de Palme d'Or depuis 1975, (Chroniques des années de braise de l'Algérien Mohamed Lakhdar-Hamina), ni de Prix du Jury depuis 2010 (Un homme qui crie du Tchadien Mahamat Saleh Haroun). En réalité, avec Souleymane Cissé en 1987 (Yeelen), et Idrissa Ouédraogo en 1990 (Tilaï), ils ne sont que quatre Africains à avoir été récompensés à Cannes. Espérons que cette année, ce soit le cas !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
suns10 - 20/04/2012 à 02h:04

Ah ok une histoire francophone et arabophone! bien bien![...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Continental

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Le magazine Forbes a livré lundi sa cuvée 2015 de milliardaires en dollars dans le monde. Cette année, le chiffre record de 1 826 personnalités a été atteint (181 de plus qu'en 2014), dont[...]

Jean-Louis Borloo présente un plan de 200 milliards d'euros pour l'électrification de l'Afrique

 L'ancien ministre français Jean-Louis Borloo a présenté ce mardi en présence du président François Hollande son plan pour l'électrification de l'Afrique, qui[...]

Ebola : à Bruxelles, les pays touchés demandent un "plan Marshall" pour se relever

Alors que l'épidémie d'Ebola s'éternise en Afrique de l'Ouest, une conférence des acteurs de la lutte contre le virus se tient ce mardi à Bruxelles. Les trois pays les plus touchés[...]

Hi-tech : l'envol des dragons chinois !

Xiaomi, Alibaba, Haier et bien d'autres petits dragons se sont lancés à la conquête du monde. En quelques années, ils sont devenus les égaux des géants de la[...]

Gouvernance : le président namibien Pohamba remporte le prix de la Fondation Mo Ibrahim

Le président namibien Hifikepunye Pohamba, qui doit céder sa place d'ici la fin du mois à son successeur, a remporté jeudi le prix de la Fondation Mo Ibrahim pour la bonne gouvernance en[...]

Petit vade-mecum électoral

"Je dis oui..." Ce n'est pas à sa future épouse - cela se saurait - que le célibataire le plus convoité d'Afrique de l'Ouest a ainsi répondu, mais aux militants de son parti[...]

Les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle, selon le cardinal Robert Sarah

Le cardinal guinéen Robert Sarah assure que les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle au prochain synode d'octobre, reconnaissant des incompréhensions[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120419200720 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120419200720 from 172.16.0.100