Extension Factory Builder
19/04/2012 à 18:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Edem Awumey, écrivain togolais, auteur de Edem Awumey, écrivain togolais, auteur de © DR

À travers le parcours de deux jeunes gens, Sambo Zikpi, un Africain qui part enterrer les restes de sa tante Rose en Louisiane, et Louise Hébert, une Québécoise paumée, l'écrivain d'origine togolaise évoque les maux qui rongent l'Afrique : des appétits occidentaux insatiables, le réchauffement climatique, une nature hostile, le péril islamiste... L'univers d'Edem Awumey est sombre. L'écriture inventive et rythmée laisse peu de place à l'espoir. L'avenir est ailleurs. Les personnages de son troisième roman, Rose déluge, fuient un "quotidien si souvent terne" et misent sur l'exil – thème de son livre précédent, Les Pieds sales – pour s'accomplir. Interview.

Jeune Afrique : Quels sont vos modèles d'écriture ?

Edem Awumey : Je n'en ai pas à proprement parler. Sûrement pour éviter un enfermement dans une forme et une vision de l'écriture qui ne serait pas en phase avec ma personnalité. Disons que certains auteurs m'ont marqué : Albert camus, Juan Rulfo, Garcia-Marquez, Tierno Monenembo, et j'en oublie...

Dans Rose déluge*, vous évoquez l'érosion des côtes africaines et vous faites allusion à l'affaire du Probo Koala avec le déversement de déchets toxiques en Côte d'Ivoire. Pensez-vous que les États africains aient suffisamment conscience des dangers qui menacent l'environnement et des risques que cela représente pour les populations ?

Je pense qu'aujourd'hui encore, d'autres priorités comme l'économie, la santé, etc. relèguent malheureusement au second plan la question de l'environnement. De manière plus empirique, il devient très difficile pour certaines populations des quartiers insalubres des grandes villes africaines de supporter la proximité de dépotoirs. C'est une question de survie. Les États sont informés des enjeux liés à cette question. Très peu est fait. Mais la rue parviendra à faire entendre sa voix.

Dans votre premier roman Port-Mélo, l'Afrique était en proie à des milices armées. Dans Rose déluge, elle doit faire face aux comportements prédateurs des Occidentaux (déchets toxiques, pédophilie, pêche excessive qui épuise les ressources maritimes...). L'Afrique est-elle maudite ?

Non. L'Afrique n'est pas maudite. Elle est confrontée à l'intensité de problèmes difficiles à résoudre.

Rose déluge évoque l'expansion des islamistes sur le continent. Comment expliquer un tel développement ?

L'Afrique est au cœur de l'histoire du monde. Elle l'a toujours été. N'en déplaise à ceux qui pensent qu'elle n'est pas encore rentrée dans cette histoire. Et puis, sa géographie la lie directement à l'Orient et l`Occident. Il n'est donc pas étonnant que l'islamisme radical y ait séduit des gens.

Que vous inspire la situation malienne ?

De la colère. Et aussi le retour brutal de cette lucidité qui me fait dire que la construction de la démocratie en Afrique, comme ailleurs, se fera avec des avancées et des reculs. Mais un jour viendra le temps d'un réel équilibre.

Et la situation somalienne ?

Le sentiment que ce pays a été abandonné de tous.

Dans Rose déluge, les candidats à l'émigration sont nombreux. L'Amérique continue à faire rêver. Qu'est-ce qui entretient ce rêve américain ?

L'inconnu, la force du mythe... Cela n'a rien d'étonnant. C'est dans la nature humaine de se projeter vers un ailleurs quand cela va mal chez soi.

Que représente la Louisiane pour vous ?

Un exemple de courage, des gens qui doivent lutter en permanence contre les éléments dans ce Golfe du Mexique tumultueux. Une terre de tous les hommes aussi : Américains, Cajuns (Acadiens de Louisiane), Créoles, etc.

___

Propos recueillis par Séverine Kodjo-Grandvaux

* Rose déluge, d'Edem Awumey, Seuil, 216 pages, 17,50 euros

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Benjamin Stora : 'La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants'

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-food africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-food africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

France : pour éviter "la guerre civile", Éric Zemmour favorable à la déportation des musulmans ?

Le polémiste français controversé Éric Zemmour a une nouvelle provoqué l'indignation. Dans une interview accordée à un journaliste italien, fin octobre, il a attaqué les[...]

Pakistan : un groupe taliban tue 132 enfants dans une école

Des talibans pakistanais ont perpétré mardi la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du pays dans une école d'enfants de soldats, tuant 141 personnes, dont 132 écoliers, pour se venger des[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Photographie : Pascal Maitre, la vie en plus

Exposé récemment à la Maison européenne de la photographie, le reporter Pascal Maitre reste fidèle à la presse, qui lui permet de montrer au mieux l'énergie vitale du[...]

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Impulsé par la France, le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique s'est tenu à Dakar les 15 et 16 décembre. À l'heure du bilan, voici cinq points marquants qui ressortent des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers