Extension Factory Builder
18/04/2012 à 20:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran de l'interview de Nasrallah par Assange sur Russian Today. Capture d'écran de l'interview de Nasrallah par Assange sur Russian Today. © YouTube

Depuis son lieu de résidence surveillée en Grande-Bretagne, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a interviewé Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah, pour la télévision publique russe. Morceaux choisis.

C’est ce qu’on appelle un joli coup. Pour le premier épisode de l’émission The World Tomorrow, diffusé mardi 17 avril sur la chaîne russe publique Russia Today, Julian Assange fondateur de WikiLeaks et présentateur surprise, a choisi de donner la parole à Sayed Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah libanais.

Présenté comme « l’une des personnalités les plus extraordinaires du Moyen Orient », le leader du Hezbollah répondait d’un lieu tenu secret. Quant à Julian Assange, il menait la discussion depuis le sud de l’Angleterre, où il est en résidence surveillée depuis décembre 2010. Son extradition vers la Suède où il est mis en examen pour agression sexuelle est toujours en attente.

En prélude à l’interview, qui durera une trentaine de minutes, Assange confie qu’il veut savoir « pourquoi des millions de gens dans le monde appellent Nasrallah "le combattant de la liberté" tandis que des millions d’autres l’appellent "terroriste" ».

L'interview intégrale de Hassan Nasrallah par Julian Assange sur Russia Today :

"Ami et non allié de Assad"

La discussion porte notamment sur le dossier syrien et sur la position du Hezbollah, allié de la Syrie, dans la crise. Nasrallah en profite pour nuancer ses liens avec Assad, soulignant que son mouvement était « un ami et non un allié du régime » du leader syrien, et rappelant que ce dernier « avait soutenu la résistance au Liban et en Palestine » et que ce soutien serait réciproque.

Répondant à Assange qui pointait du doigt une situation quelque peu paradoxale - le Hezbollah avait jusque là soutenu les révolutions du Printemps arabe -, le dirigeant chiite, dont le parti est entré au parlement libanais en 2005, a lancé un « appel au dialogue » aux deux parties syriennes. Prenant la défense de Bachar al-Assad, « désireux d’un changement important et profond » et prêt au dialogue, selon lui, il a agité le spectre « d’une guerre civile » au regard des affrontements ethniques et religieux qui pourraient apparaître en cas d’effondrement du régime de Bachar al-Assad. Un chaos que souhaitent « les États-Unis et Israël », affirme-t-il.

Nasrallah médiateur ?

Les opposants syriens, « armés par des pays étrangers » seraient quant à eux hermétiques aux négociations et à toute réforme, poursuit Nasrallah. « Tout ce qu’ils veulent, c’est faire tomber le régime. C’est un problème ». Et le leader du Hezbollah de se poser en médiateur…

Nasrallah reproche notamment aux pays arabes, qui ont relégué Assad au banc des nations, d’être plus prompts à négocier avec Israël qu’entre eux-mêmes et de ne pas donner le temps au président syrien de trouver une solution au conflit. Selon des ONG, la répression en Syrie aurait tout de même déjà fait quelque 10 000 morts.

L’interview d’Assange est la première d’une série de douze, qui concerneront des « hommes politiques, révolutionnaires, intellectuels, artistes et visionnaires ». La chaîne Russia Today qui les diffuse est internationale et trilingue (anglais, arabe et espagnol), et surtout directement financée par le Kremlin. Une collaboration qui vaudra sûrement à Assange des critiques. Mais celui-ci s’est déjà justifié dans une interview accordée au site internet de la chaîne. Il y déclare qu’il voulait travailler avec un média à forte pénétration, mais qui ne soit pas « mainstreem ». Et affirme avoir préféré Russia Today à Al Jazira en raison de la trop faible présence de cette dernière aux États-Unis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

La propagande de Daesh et le fantasme de la venue du Mahdi, 'sauveur des musulmans'

La propagande de Daesh et le fantasme de la venue du Mahdi, "sauveur des musulmans"

Qui est Al-Mahdi, "le sauveur de tous les musulmans" dont de nombreuses vidéo de propagande jihadiste prophétisent la venue prochaine ? Décryptage de l'islamologue Soheib Bencheikh.[...]

Ensaf Haidar : "Raif Badawi risque désormais la peine de mort pour apostasie"

Selon son épouse, Ensaf Haidar, le blogueur saoudien Raif Badawi, déjà condamné à 1 000 coups de fouet et à dix ans de prison, risque désormais la peine de mort pour apostasie.[...]

Palestine : Mahmoud Abbas, le chant du cygne

Ignoré par Tel-Aviv, décrédibilisé aux yeux de son peuple, le président de l'Autorité palestinienne tente vaille que vaille de sauver la face. Mais la question de sa succession se[...]

Israël : Bibi-sitter et le hipster

À l'approche des législatives, les candidats rivaux multiplient les clips de campagne. Et, pour séduire les électeurs, ils sont prêts à tout ![...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été[...]

Yémen : les yeux plus gros que le ventre des houthistes

Maîtres de facto du pays depuis la prise de Sanaa, le 20 janvier, et la démission du président de la transition, les houthistes ne savent pas vraiment quoi faire d'un pouvoir trop facilement[...]

Yémen : une Française travaillant pour la Banque mondiale enlevée à Sanaa

Une ressortissante française travaillant pour la Banque mondiale a été enlevée mardi à Sanaa, ont annoncé les autorités françaises. [...]

Syrie: près d'une centaine de chrétiens assyriens enlevés par l'EI

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, l'Etat islamique a enlevé 90 habitants après avoir attaqué Tal Chamiram et Tal Hermoz, deux villages chrétiens assyriens sous contrôle des[...]

Le nombre de jihadistes européens dans les rangs de l'EI est-il en baisse ?

Pour la première fois, six Français, dont le départ vers la Syrie semblait imminent, ont été privés de leurs passeports. Une décision qui illustre le renforcement de l'arsenal[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120418193246 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120418193246 from 172.16.0.100