Extension Factory Builder
18/04/2012 à 20:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran de l'interview de Nasrallah par Assange sur Russian Today. Capture d'écran de l'interview de Nasrallah par Assange sur Russian Today. © YouTube

Depuis son lieu de résidence surveillée en Grande-Bretagne, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a interviewé Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah, pour la télévision publique russe. Morceaux choisis.

C’est ce qu’on appelle un joli coup. Pour le premier épisode de l’émission The World Tomorrow, diffusé mardi 17 avril sur la chaîne russe publique Russia Today, Julian Assange fondateur de WikiLeaks et présentateur surprise, a choisi de donner la parole à Sayed Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah libanais.

Présenté comme « l’une des personnalités les plus extraordinaires du Moyen Orient », le leader du Hezbollah répondait d’un lieu tenu secret. Quant à Julian Assange, il menait la discussion depuis le sud de l’Angleterre, où il est en résidence surveillée depuis décembre 2010. Son extradition vers la Suède où il est mis en examen pour agression sexuelle est toujours en attente.

En prélude à l’interview, qui durera une trentaine de minutes, Assange confie qu’il veut savoir « pourquoi des millions de gens dans le monde appellent Nasrallah "le combattant de la liberté" tandis que des millions d’autres l’appellent "terroriste" ».

L'interview intégrale de Hassan Nasrallah par Julian Assange sur Russia Today :

"Ami et non allié de Assad"

La discussion porte notamment sur le dossier syrien et sur la position du Hezbollah, allié de la Syrie, dans la crise. Nasrallah en profite pour nuancer ses liens avec Assad, soulignant que son mouvement était « un ami et non un allié du régime » du leader syrien, et rappelant que ce dernier « avait soutenu la résistance au Liban et en Palestine » et que ce soutien serait réciproque.

Répondant à Assange qui pointait du doigt une situation quelque peu paradoxale - le Hezbollah avait jusque là soutenu les révolutions du Printemps arabe -, le dirigeant chiite, dont le parti est entré au parlement libanais en 2005, a lancé un « appel au dialogue » aux deux parties syriennes. Prenant la défense de Bachar al-Assad, « désireux d’un changement important et profond » et prêt au dialogue, selon lui, il a agité le spectre « d’une guerre civile » au regard des affrontements ethniques et religieux qui pourraient apparaître en cas d’effondrement du régime de Bachar al-Assad. Un chaos que souhaitent « les États-Unis et Israël », affirme-t-il.

Nasrallah médiateur ?

Les opposants syriens, « armés par des pays étrangers » seraient quant à eux hermétiques aux négociations et à toute réforme, poursuit Nasrallah. « Tout ce qu’ils veulent, c’est faire tomber le régime. C’est un problème ». Et le leader du Hezbollah de se poser en médiateur…

Nasrallah reproche notamment aux pays arabes, qui ont relégué Assad au banc des nations, d’être plus prompts à négocier avec Israël qu’entre eux-mêmes et de ne pas donner le temps au président syrien de trouver une solution au conflit. Selon des ONG, la répression en Syrie aurait tout de même déjà fait quelque 10 000 morts.

L’interview d’Assange est la première d’une série de douze, qui concerneront des « hommes politiques, révolutionnaires, intellectuels, artistes et visionnaires ». La chaîne Russia Today qui les diffuse est internationale et trilingue (anglais, arabe et espagnol), et surtout directement financée par le Kremlin. Une collaboration qui vaudra sûrement à Assange des critiques. Mais celui-ci s’est déjà justifié dans une interview accordée au site internet de la chaîne. Il y déclare qu’il voulait travailler avec un média à forte pénétration, mais qui ne soit pas « mainstreem ». Et affirme avoir préféré Russia Today à Al Jazira en raison de la trop faible présence de cette dernière aux États-Unis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Gaza : trois mouvements palestiniens, dont le Hamas, favorables à une trêve de 24 heures

Gaza : trois mouvements palestiniens, dont le Hamas, favorables à une trêve de 24 heures

Les trois principaux mouvements palestiniens se sont dits favorables mardi à une trêve humanitaire de 24 heures.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a [...]

État islamique : Al-Baghdadi et le mythe du califat

Débarrassé de ses parts d'ombre, le califat rétabli par Baghdadi demeure une légende dans l'esprit de nombreux musulmans.[...]

Deux poids, deux mesures

Le conflit entre le Hamas et Israël a atteint un degré de violence inimaginable il y a seulement quelques semaines de cela. Un seul mot suffit à le définir : horreur. Or il n'est pas[...]

Gaza : Obama intervient personnellement pour un cessez-le-feu avant l'Aïd el-Fitr

Les combats ont cessé à Gaza depuis dimanche soir, après une intervention personnelle de Barack Obama appelant à un cessez-le-feu. Mais l'accalmie demeure très fragile.[...]

Gaza : jour de colère en Cisjordanie, 5 Palestiniens tués

Le dernier vendredi de Ramadan a été marqué par la mort de cinq Palestiniens en Cisjordanie, près d'Hébron (Sud) et à Naplouse (Nord).[...]

Gaza : 15 Palestiniens tués dans le bombardement d'une école de l'ONU par Israël

Le bombardement par Tsahal d'une école gérée par l'ONU à Beit Hanoun, jeudi, a fait au moins 15 morts et 200 blessés, dont de nombreux enfants. On compte désormais 804 Palestiniens[...]

"Menace existentielle"

Ici même, la semaine dernière, j'ai soutenu que, malgré les apparences, notre monde était plus pacifique qu'il ne l'a jamais été. Sauf ce malheureux Moyen-Orient, terre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers