Extension Factory Builder
17/04/2012 à 19:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Juan-Carlos d'Espagne au Botswana en 2006 Juan-Carlos d'Espagne au Botswana en 2006 © Capture d'écran du site d'El Mundo

Depuis dimanche 15 avril, le roi espagnol Juan Carlos est au centre d’une violente polémique suite à la publication par la presse d’une photo le représentant fusil à la main devant un cadavre d’éléphant au Botswana. Un safari à 30 000 euros datant de 2006, dont la révélation, en pleine période de crise, tombe plutôt mal... d'autant que le souverain vient d'être hospitalisé à son retour d'un nouveau voyage... au Botswana !

Il y a des images qu’on préfèrerait ne jamais voir remonter à la surface. Et celle-là, pour la royauté espagnole, en fait incontestablement partie. Dimanche 15 avril, les quotidiens El Mundo et El País ont publié un cliché pour le moins embarrassant pour le roi Juan Carlos alors que le pays traverse une grave crise économique : on voit le souverain posant, fusil dans la main gauche, devant son trophée du jour, un majestueux éléphant du Botswana.

Selon la presse espagnole, Juan Carlos s'était rendu dans ce pays en 2006 pour une partie de chasse au pachyderme, autorisée à condition d’y mettre le prix : entre 7 000 et 30 000 euros. Au Botswana, pays qui compte plus de 130 000 éléphants, la chasse est en effet simplement « régulée ». Or, la publication de la photo en question intervient au plus mauvais moment pour la monarchie : le roi vient en effet d'être hospitalisé pour une fracture de la hanche droite contractée vendredi dernier au Botswana, justement.

"La honte de l’Espagne"

Conséquence : les médias espagnols et les défenseurs des animaux n’ont pas manqué de faire le lien entre le cliché de 2006 et le lieu de l’accident royal. « D'après les éléments en notre connaissance, il s'agit d'un voyage irresponsable, réalisé au moment le plus inopportun », écrit ainsi l'éditorialiste du quotidien de centre droit El Mundo. « Le spectacle d'un monarque chassant les éléphants en Afrique alors que la crise économique dans notre pays provoque tant de problèmes pour les Espagnols donne une image d'indifférence et de frivolité que le chef de l'État ne devrait jamais donner », poursuit-il.

Si la Maison royale n’a pas précisé le motif du dernier séjour en Afrique de Juan Carlos, elle n’a pu éviter une polémique qui entache à nouveau la monarchie, après celle concernant le gendre du roi Inaki Urdangarin, empêtré dans une affaire de corruption. Juan Carlos a même subi l’offensive - peu étonnante quand il s’agit de défense des animaux -, de l'ancienne actrice française Brigitte Bardot, le décrivant comme « la honte de l’Espagne ».

VGE, Bokassa et le prince William

Mais les déboires de Juan Carlos ne font que confirmer l’attrait de nombreux monarques ou présidents européens pour les safaris en Afrique. L’un des plus emblématiques restera sans doute Valéry Giscard d’Estaing, chef de l’État français, qui aimait à parcourir les forêts centrafricaines de l’Empereur Bokassa Ier (voir ci-contre la Une du J.A. n° 1078, daté du 2 septembre 1981). Plus glamour, le Prince William s’était fendu d’une demande en mariage à sa future promise Kate Middleton, en 2010 lors d’un safari kenyan.

Si la demande en mariage semble exclue pour le monarque espagnol, âgé de 74 ans, une chose est sûre : la royauté espagnole traverse sans doute la plus grande crise de son histoire post-franquiste. À titre de comparaison, la carrière politique de Valéry Giscard d’Estaing, comme sa popularité, n'eut de cesse de décliner après la révélation de ses frasques diamantaires...
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces