Extension Factory Builder
17/04/2012 à 08:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pendant la réunion de Ouagadougou, le 14 avril 2012. Pendant la réunion de Ouagadougou, le 14 avril 2012. © AFP

L'émissaire de la présidence malienne, Tiébilé Dramé, a rencontré des dirigeants du MNLA et d'Ansar Eddine à Nouakchott. Des premiers contacts "officiels" en attendant la poursuite des négociations sous l'égide du Premier ministre malien de transition qui devrait être nommé ce mardi.

Les pourparlers n'ont pas commencé car le Premier ministre malien n'a toujours pas été nommé, mais les premiers contacts « officiels » entre les rebelles touaregs et Bamako ont été « positifs », a indiqué une source proche du dossier. Tiébilé Dramé, l'émissaire du président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a rencontré dimanche à Nouakchott des dirigeants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et du groupe islamiste Ansar Eddine, lui aussi prêt au dialogue.

Selon Hamma Ag Mahmoud, un haut dirigeant du MNLA basé en Mauritanie, « l'indépendance de l'Azawad [unilatéralement proclamée le 6 avril, NDLR] peut être négociée dans le cadre d'une fédération du Mali ». Mais les négociations vont se compliquer avec Ansar Eddine, qui ne réclame pas l'indépendance du Nord du Mali, mais l'application de la charia dans le pays, et se trouve en position de force sur le terrain par rapport à ses concurrents du MNLA.

Ansar Eddine ne veut pas de "non-musulmans"

« Entre frères musulmans, on peut arriver à s'entendre. Mais il ne faut pas que les non-musulmans se mêlent de nos problèmes », a déclaré dimanche Oumar Ag Mohamed, un proche d'Iyad Ag Ghali, le leader du groupe islamiste.

Depuis qu'elle a renversé Amadou Toumani Touré le 22 mars, la junte malienne se déclare quant à elle sans ambiguïté en faveur de pourparlers avec les rebelles, dans le respect de « l'intégrité territoriale » du Mali. Une volonté réaffirmée ce week-end lors d'une réunion à Ouagadougou, en présence de la médiation burkinabè et de la classe politique malienne.

Pour commencer les discussions, un gouvernement « d'union nationale » est attendu ce mardi. Une « short-list » de trois noms a circulé à Ouagadougou : Zoumana Sacko, qui avait avait assuré la transition en 1992 avant l'élection du président Amadou Toumani Touré, son ami d'enfance Michel Sidibé, actuel patron de l'Onusida, ou encore Dialla Konaté, professeur de mathématiques aux États-Unis, dont la position très critique contre la corruption au Mali lui a valu bien des inimités dans le régime ATT.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers