Extension Factory Builder
17/04/2012 à 08:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pendant la réunion de Ouagadougou, le 14 avril 2012. Pendant la réunion de Ouagadougou, le 14 avril 2012. © AFP

L'émissaire de la présidence malienne, Tiébilé Dramé, a rencontré des dirigeants du MNLA et d'Ansar Eddine à Nouakchott. Des premiers contacts "officiels" en attendant la poursuite des négociations sous l'égide du Premier ministre malien de transition qui devrait être nommé ce mardi.

Les pourparlers n'ont pas commencé car le Premier ministre malien n'a toujours pas été nommé, mais les premiers contacts « officiels » entre les rebelles touaregs et Bamako ont été « positifs », a indiqué une source proche du dossier. Tiébilé Dramé, l'émissaire du président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a rencontré dimanche à Nouakchott des dirigeants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et du groupe islamiste Ansar Eddine, lui aussi prêt au dialogue.

Selon Hamma Ag Mahmoud, un haut dirigeant du MNLA basé en Mauritanie, « l'indépendance de l'Azawad [unilatéralement proclamée le 6 avril, NDLR] peut être négociée dans le cadre d'une fédération du Mali ». Mais les négociations vont se compliquer avec Ansar Eddine, qui ne réclame pas l'indépendance du Nord du Mali, mais l'application de la charia dans le pays, et se trouve en position de force sur le terrain par rapport à ses concurrents du MNLA.

Ansar Eddine ne veut pas de "non-musulmans"

« Entre frères musulmans, on peut arriver à s'entendre. Mais il ne faut pas que les non-musulmans se mêlent de nos problèmes », a déclaré dimanche Oumar Ag Mohamed, un proche d'Iyad Ag Ghali, le leader du groupe islamiste.

Depuis qu'elle a renversé Amadou Toumani Touré le 22 mars, la junte malienne se déclare quant à elle sans ambiguïté en faveur de pourparlers avec les rebelles, dans le respect de « l'intégrité territoriale » du Mali. Une volonté réaffirmée ce week-end lors d'une réunion à Ouagadougou, en présence de la médiation burkinabè et de la classe politique malienne.

Pour commencer les discussions, un gouvernement « d'union nationale » est attendu ce mardi. Une « short-list » de trois noms a circulé à Ouagadougou : Zoumana Sacko, qui avait avait assuré la transition en 1992 avant l'élection du président Amadou Toumani Touré, son ami d'enfance Michel Sidibé, actuel patron de l'Onusida, ou encore Dialla Konaté, professeur de mathématiques aux États-Unis, dont la position très critique contre la corruption au Mali lui a valu bien des inimités dans le régime ATT.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des 'Bérets rouges' ?

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "Bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel procè[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Mali : Le Drian annonce la fin de "Serval" remplacée par l'opération "Barkhane" contre le terrorisme au Sahel

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé, dimanche, la fin de l'opération Serval au Mali. Elle va être remplacée par l'opération régionale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers