Extension Factory Builder
16/04/2012 à 12:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Faure Gnassingbé a transformé le RPT en Unir, non sans quelques réticences de caciques du parti. Faure Gnassingbé a transformé le RPT en Unir, non sans quelques réticences de caciques du parti. © AFP

Le Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir) de Faure Gnassingbé a signé le samedi 14 avril son propre acte de décès, à l’issue d’un congrès tenu à Blitta (plus de 200 km au nord de Lomé), une ville qui l’avait vu naître il y a 43 ans. Vendredi 20 avril, un nouveau parti, l'Union pour la République (Unir) doit lui succéder.

Quel suspense... Il aura fallu attendre la fin du congrès, samedi 14 avril, pour être certain que le Rassemblement du peuple togolais (RPT) signerait son propre acte de décès. Tout avait été mis en place pour entretenir le mystère : absence d’ordre du jour au départ de Lomé, programme non officialisé, informations imprécises dans les médias, silence du secrétariat général du parti, etc.

Dans le chapiteau géant dressé pour la circonstance sur le terrain de football du Centre international de conférence de Blitta, seule une poignée des quelque 3 000 délégués réunis pour le sixième congrès extraordinaire du parti savaient par quel mécanisme surviendrait la fin de leur parti.

Celui-ci fut dévoilé en fin de congrès par la lecture d’une résolution annonçant la modification de certains articles des statuts du parti. Cette dernière autorisait notamment « des rapports de collaboration avec des partis de sa mouvance ou avec tout autre parti en vue d’une coalition dans l’intérêt desdits partis » et permettait de « fusionner avec d’autres groupements politiques », toute chose qui aurait « les mêmes effets que la dissolution telle que prévue par les lois, règlements et principes généraux du droit en vigueur au Togo ».

Réticences

Conséquence : l’amendement du statut a entraîné automatiquement la « cessation de toutes les activités du RPT comme parti politique », ainsi que la fin - théorique - de 43 ans de pouvoir sans partage. Peu d’applaudissements ont cependant accompagné cette décision, preuve que la dissolution, attendue, n’était pas forcément du goût de tous, surtout des caciques et des « pères fondateurs » du parti, qui ont néanmoins, pour la plupart, fait le déplacement.

Du haut de la tribune d’où il a personnellement présidé les travaux du congrès, le président Faure Gnassingbé a sans doute perçu les réticences liées à la signature de l’acte de décès du parti.

Du haut de la tribune d’où il a personnellement présidé les travaux du congrès (sans se retirer après la cérémonie d’ouverture comme initialement annoncé), le président Faure Gnassingbé a sans doute perçu les réticences liées à la signature de l’acte de décès du parti. Dans son discours de clôture, il s’est directement adressé à ceux qui doutaient encore de la nécessité de franchir un nouveau cap.

« Pour beaucoup d’entre vous, ce choix n’a pas été facile. J’ai moi-même éprouvé ces mêmes sentiments », a-t-il indiqué, avant de se féliciter du fait que les « appréhensions ont été surmontées pas à pas ». Pour le désormais ancien président du RPT, « le changement s’impose (...) comme une nécessité » pour faire face à de nombreux enjeux comme « le combat d’idées, la justice sociale, le respect de soi et des autres, l’éthique », etc.

Pour finir, Faure Gnassingbé a rendu hommage au fondateur du parti, son défunt père, le général Gnassingbé Eyadéma, « un meneur d’homme » qui était incontestablement la star du congrès. Le président togolais a aussi eu quelques paroles pour l'opposant historique Gilchrist Olympio, président de l’Union des forces du changement (UFC) avec qui il a passé un accord de gouvernement en mai 2010, et dont il a loué « le courage politique et la sagesse ».

Au moment où les congressistes de Blitta assistaient au requiem de leur parti, un peu plus au sud, précisément à Atakpamé (161 km de Lomé), une centaine de personnalités issues de diverses obédiences politiques (RPT, partis et mouvements « pro-Faure », société civile, etc.) mettaient sur les fonts baptismaux, un nouveau parti, l'Union pour la République (Unir). Faure Gnassingbé, qui s’est précipité vers son véhicule à la fin du congrès du RPT à Blitta, est arrivé à temps à Atakpamé pour prendre part à la fin des assises de son nouveau parti, dont le congrès constitutif devrait se tenir vendredi prochain.

Quels cadres pour le nouveau parti ?

Plusieurs personnalités sont annoncées dans ce nouveau parti, tels Georges Ahidam, deuxième vice-président du bureau de séance et membre influent du Comité d’action pour le renouveau (CAR, parti d’opposition), ancien proche de l’ex-Premier ministre Yaovi Agboyibo, ainsi que Noël de Poukn, président de la Nouvelle jeunesse pour le soutien au président Faure (NJSPF) ou encore Gilbert Bawara, ex-ministre de la Coopération, du Développement et de l’Aménagement du territoire.

Le nouveau parti a adopté comme emblème une colombe dans un carré bleu turquoise, « symboles de l’espoir et de la paix », selon une source qui a participé aux assises. Unir prétend rompre avec les mauvaises pratiques - corruption, manque d’ouverture à la jeunesse et de démocratie interne, régionalisme, favoritisme, etc. - qui ont rendu le RPT détestable aux yeux de nombreux Togolais, y compris bon nombre de ses membres.

Faure sait bien que l’image du RPT ne passe plus depuis longtemps auprès de la population excédée par ses actions impopulaires. Il veut faire du neuf avec du vieux, les Togolais ne sont pas dupes.

Un proche de l'opposant Jean-Pierre-Fabre

Faure sait bien que l’image du RPT ne passe plus depuis longtemps auprès de la population excédée par ses actions impopulaires. Il veut faire du neuf avec du vieux, les Togolais ne sont pas dupes.

Pour l’opposition, la naissance de l'Unir reste un non-évènement. « Faure sait bien que l’image du RPT ne passe plus depuis longtemps auprès de la population excédée par ses actions impopulaires. Il veut faire du neuf avec du vieux, les Togolais ne sont pas dupes », a commenté un proche de Jean-Pierre Fabre, président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC, principal parti d’opposition), qui doit se prononcer officiellement sur la dissolution du RPT dans les jours à venir. Nul doute qu’il ne manquera pas de demander la démission des députés du RPT de l’Assemblée nationale – comme ceux de l'UFC ayant rallié l'ANC de Fabre avaient été obligés de le faire en 2010.

L'adhésion attendue de Gilbert Fossoun Houngbo

D’ores et déjà, Unir peut compter sur l’adhésion des anciens militants et personnalités du RPT qui, même s’ils ne sont pas tous heureux de la mort de leur parti, ne souhaitent pas pour autant rester sur le quai du nouveau. Les membres de la trentaine d’associations de soutien au président (jeunes, femmes, agriculteurs, etc.) devraient aussi prendre leurs cartes de membres.

Une adhésion en particulier est très attendue : celle du premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo. Homme indépendant, selon ses propres termes, il n’a encore jamais adhéré à un parti politique. Mais il était, à la surprise générale, au congrès extraordinaire du RPT...

La grande interrogation reste l’accueil que vont réserver les Togolais au nouveau parti. La majeure partie de la population vit dans la pauvreté et est davantage préoccupée par la simple survie que par les jeux politiciens. Mais l’un des secrets de la longévité du RPT de Gnassingbé Eyadéma a justement été l’adhésion des masses populaires au parti. Le fils Gnassingbé pourra-t-il relever le défi du père ?

___

Par André Silver Konan, envoyé spécial à Blitta

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5 m[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120416112542 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120416112542 from 172.16.0.100