Extension Factory Builder
13/04/2012 à 19:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le cercueil de l'ancienc président algérien Ben Bella, le 12 avril 2012 à Alger. Le cercueil de l'ancienc président algérien Ben Bella, le 12 avril 2012 à Alger. © AFP

Le vendredi 13 avril, vers 14 heures, le premier président algérien a été enterré à Alger. Sous une météo capricieuse, avec des voisins présents et des lointains absents.

C’est la troisième fois que l’Algérie enterre un homme qui a présidé à ses destinées. Avant Ahmed Ben Bella, c’est Houari Boumédiène, en décembre 1978, et Mohamed Boudiaf, en juillet 1992, qui avaient eu droit au même cérémonial et au même itinéraire : du Palais du peuple, où leur dépouille avait été exposée, jusqu’au carré des Martyrs du cimetière d’el-Alia où reposent désormais ces héros de la guerre de libération.

Toutefois, si les obsèques d’Ahmed Ben Bella, premier président de la République de l’Algérie indépendante ont attiré nettement moins de monde (plus d’un million d’Algériens avaient accompagné les deux premiers à leur dernière demeure, quelques centaines tout au plus ce 13 avril) cela n’a pas grand-chose à voir avec la popularité du défunt. La météo capricieuse - averses et rafales de vent - a vite convaincu de nombreux Algérois de suivre la cérémonie devant leur écran de télévision.

Du côté des officiels, la délégation la plus imposante était, sans conteste, la tunisienne. Ont fait le déplacement les chefs de la troïka (le président de la République, Moncef Marzouki, le président de l’Assemblée constituante, Mustapha Bendjaafar, et le Premier ministre, Hamadi Jebali) ainsi que le patron d’Ennahdha, Rached Ghannouchi (venu dans un autre avion que les trois premiers). Le souverain marocain Mohammed VI s’est fait représenter par son Premier ministre, l’islamiste Abdelilah Benkirane, son conseiller diplomatique, Taïeb Fassi Fihri, et l’ex-Premier ministre Abderrahmane Youssoufi, par ailleurs ancien avocat et proche ami du défunt. L’autre voisin, le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, a également dépêché son Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf. Soigneusement éloignés de la délégation marocaine par le protocole, les représentants de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui dispute la souveraineté sur le Sahara occidental au royaume chérifien, étaient emmenés par leur président, Mohamed Abdelaziz.

Grands absents et nouveaux présents

Ahmed Ben Bella a beau avoir été décoré de la Croix de guerre française et avoir reçu la médaille militaire des mains du général De Gaulle après la Seconde guerre mondiale, les Français n’ont pas jugé nécessaire de dépêcher de représentants officiels depuis Paris. Ni l’Elysée – peut-être trop occupé par la campagne électoral de son actuel locataire, Nicolas Sarkozy - ni le Quai d’Orsay n’ont envoyé de message de compassion. C’est l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, qui a été chargé de représenter l’ancienne puissance coloniale.

Du côté des nouveaux partenaires de l’Algérie, le Qatar s’est distingué. L’émir Hamad Ben Khalifa Al Thani a envoyé son fils, Jouan qui, arrivé tardivement, n’a pu assister aux funérailles. Consolation, et pas des moindres, il a eu droit à une audience avec Abdelaziz Bouteflika. Un chef de l’État qui s’est montré particulièrement ému au cours de la cérémonie.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Moi, Fathy le Fou, maître du 'trait pourri'

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec u[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Le crédit à la consommation de retour en Algérie

 Le gouvernement algérien a adopté le décret restaurant le crédit à la consommation, après une suspension de plus de cinq ans. Réservé aux produits nationaux, il devrait[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120413183122 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120413183122 from 172.16.0.100