Extension Factory Builder
13/04/2012 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un membre du SPLA le 6 avril 2012. Un membre du SPLA le 6 avril 2012. © AFP

Depuis deux semaines, la tension monte crescendo entre les deux Soudans qui se disputent la zone frontalière d'Heglig, où se concentrent d'importantes réserves de brut. Le 10 avril, une offensive des forces sud-soudanaises leur a permis d'en prendre le contrôle et d'en chasser les soldats de Khartoum. Le 12 avril, Omar el-Béchir répond en ordonnant le bombardement de Bentiu, la capitale de l'État sudiste de Unity. La solution négociée semble plus que jamais compromise.  

« Je suis content. Les soldats de mon pays font bien leur boulot. S’ils ne le faisaient pas bien, je ne serais pas content. » Ismaïl est un ancien combattant de la SPLA, aujourd’hui employé par le ministère de l’Information de la toute jeune République du Soudan du Sud, qui fêtera le 9 juillet sa première année d’existence comme État indépendant. Et à l’instar de nombreux habitants de Djouba, la capitale, il suit de près les affrontements frontaliers qui opposent son pays au Soudan d’Omar el-Béchir.

Dans les rues de la ville, chacun vaque à ses occupations comme à l’accoutumée, mais il suffit de s’attarder dans un café ou face à un écran de télévision diffusant Al-Jazira pour savoir que la guerre est dans tous les esprits. Les mots que l’on entend le plus souvent ? « Le Soudan est le premier à avoir attaqué. Nous, nous voulons la paix. » L’éditorialiste du journal The Citizen va encore plus loin, titrant : « Les habitants du Nord mentent toujours dans leur approche des problèmes. »

Et des problèmes, il y en a. Refusant de payer les taxes astronomiques exigées par Khartoum pour acheminer le pétrole sud-soudanais jusqu’à la mer, le Soudan du Sud a décidé, en janvier, de fermer le robinet – se privant par la même occasion de sa manne pétrolière. De son côté, le Soudan avait fixé au 9 avril 2012 dernier délai la possibilité pour les Sud-Soudanais de rejoindre leur pays – sans pour autant leur permettre de récupérer le fruit d’années de travail au Nord. Peu avant l’expiration de l’ultimatum, le ministère des transports et plusieurs compagnies aériennes ont reçu une lettre indiquant qu’elles n’avaient plus l’autorisation d’assurer les liaisons entre Khartoum et Djouba.

Oeil pour oeil...

C’est dans cette ambiance électrique que les premiers affrontements frontaliers entre les deux ennemis ont éclaté, dans une région extrêmement riche en pétrole. Des mois de tensions dans la région d’Abyei et un bombardement attribué au Nord a engendré une soudaine éruption de violence. Accusant Khartoum de masser des troupes près de sa frontière, l’armée du Soudan du Sud est entrée de quelque 80 kilomètres en territoire soudanais pour prendre le contrôle du champ pétrolier d’Heglig, qui fournit 55 % de la production pétrolière du Nord. La réponse ne s’est pas fait attendre : Omar el-Béchir a donné l’ordre de bombarder la ville de Bentiu, capitale de l’État d’Unity, en territoire sud-soudanais.

Unanimement condamnée, notamment par les Nations unies et l’Union africaine, l’incursion du Soudan du Sud à Heglig a provoqué la mobilisation du Nord. À Djouba, la mobilisation n’est pas officiellement à l’ordre du jour. L’on s’y défend de vouloir la guerre et chacun affirme croire en une solution négociée. Il n’empêche : au secrétaire général des Nations unies qui lui  demandait de retirer ses troupes d’Heglig, le président Salva Kiir aurait rétorqué : « Je ne suis pas à vos ordres. » Voilà qui promet…

Nicolas Michel, à Djouba

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

Tchad : quand la ruée vers l'or provoque des tensions intercommunautaires

Tchad : quand la ruée vers l'or provoque des tensions intercommunautaires

Un affrontement entre orpailleurs de retour du Niger a provoqué de fortes tensions entre Zagawas et Toubous dans le Tibesti, à l’extrême nord du Tchad. Retour sur cette ruée vers l’or.[...]

Le 14 août 1994, le terroriste "Carlos" est arrêté au Soudan

C’était il y a vingt ans, jour pour jour. Le 14 août 1994, le terroriste international le plus célèbre de l’époque était arrêté au Soudan après des[...]

Soudan : l'opposante Mariam al-Mahdi arrêtée à Khartoum

L'opposante soudanaise Mariam al-Mahdi a été interpellée mardi à Khartoum à son retour d'un déplacement en France. Elle y avait signé un accord avec le président du Front[...]

Soudan : les élections présidentielle, législatives et locales se tiendront en avril 2015

Les élections générales se tiendront le 2 avril 2015 au Soudan. Malgré les réserves de l'opposition, la commission chargée de l'organisation du scrutin a confirmé la date[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Qui est responsable de la mort d'une dizaine de civils dans le nord du Darfour ?

Soupçonnés d'avoir massacré 13 civils samedi près civils près d'El-Facher, la capitale du Darfour-nord, les groupes rebelles soudanais ont démenti lundi toute implication de leurs forces,[...]

Soudan : trois humanitaires soudanais libérés après un mois de captivité

Trois travailleurs humanitaires soudanais ont été libérés samedi dans la région du Darfour, dans l'ouest du Soudan, après 32 jours de captivité, a annoncé la mission[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Insolite : l'Américain qui voulut faire de sa fille une princesse africaine

Un père de famille américain a promis à sa fille de 6 ans de faire d'elle une princesse. Après quelques recherches, il a enfin trouvé : un territoire de 2 000 kilomètres carrés en[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers