Extension Factory Builder
13/04/2012 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un membre du SPLA le 6 avril 2012. Un membre du SPLA le 6 avril 2012. © AFP

Depuis deux semaines, la tension monte crescendo entre les deux Soudans qui se disputent la zone frontalière d'Heglig, où se concentrent d'importantes réserves de brut. Le 10 avril, une offensive des forces sud-soudanaises leur a permis d'en prendre le contrôle et d'en chasser les soldats de Khartoum. Le 12 avril, Omar el-Béchir répond en ordonnant le bombardement de Bentiu, la capitale de l'État sudiste de Unity. La solution négociée semble plus que jamais compromise.  

« Je suis content. Les soldats de mon pays font bien leur boulot. S’ils ne le faisaient pas bien, je ne serais pas content. » Ismaïl est un ancien combattant de la SPLA, aujourd’hui employé par le ministère de l’Information de la toute jeune République du Soudan du Sud, qui fêtera le 9 juillet sa première année d’existence comme État indépendant. Et à l’instar de nombreux habitants de Djouba, la capitale, il suit de près les affrontements frontaliers qui opposent son pays au Soudan d’Omar el-Béchir.

Dans les rues de la ville, chacun vaque à ses occupations comme à l’accoutumée, mais il suffit de s’attarder dans un café ou face à un écran de télévision diffusant Al-Jazira pour savoir que la guerre est dans tous les esprits. Les mots que l’on entend le plus souvent ? « Le Soudan est le premier à avoir attaqué. Nous, nous voulons la paix. » L’éditorialiste du journal The Citizen va encore plus loin, titrant : « Les habitants du Nord mentent toujours dans leur approche des problèmes. »

Et des problèmes, il y en a. Refusant de payer les taxes astronomiques exigées par Khartoum pour acheminer le pétrole sud-soudanais jusqu’à la mer, le Soudan du Sud a décidé, en janvier, de fermer le robinet – se privant par la même occasion de sa manne pétrolière. De son côté, le Soudan avait fixé au 9 avril 2012 dernier délai la possibilité pour les Sud-Soudanais de rejoindre leur pays – sans pour autant leur permettre de récupérer le fruit d’années de travail au Nord. Peu avant l’expiration de l’ultimatum, le ministère des transports et plusieurs compagnies aériennes ont reçu une lettre indiquant qu’elles n’avaient plus l’autorisation d’assurer les liaisons entre Khartoum et Djouba.

Oeil pour oeil...

C’est dans cette ambiance électrique que les premiers affrontements frontaliers entre les deux ennemis ont éclaté, dans une région extrêmement riche en pétrole. Des mois de tensions dans la région d’Abyei et un bombardement attribué au Nord a engendré une soudaine éruption de violence. Accusant Khartoum de masser des troupes près de sa frontière, l’armée du Soudan du Sud est entrée de quelque 80 kilomètres en territoire soudanais pour prendre le contrôle du champ pétrolier d’Heglig, qui fournit 55 % de la production pétrolière du Nord. La réponse ne s’est pas fait attendre : Omar el-Béchir a donné l’ordre de bombarder la ville de Bentiu, capitale de l’État d’Unity, en territoire sud-soudanais.

Unanimement condamnée, notamment par les Nations unies et l’Union africaine, l’incursion du Soudan du Sud à Heglig a provoqué la mobilisation du Nord. À Djouba, la mobilisation n’est pas officiellement à l’ordre du jour. L’on s’y défend de vouloir la guerre et chacun affirme croire en une solution négociée. Il n’empêche : au secrétaire général des Nations unies qui lui  demandait de retirer ses troupes d’Heglig, le président Salva Kiir aurait rétorqué : « Je ne suis pas à vos ordres. » Voilà qui promet…

Nicolas Michel, à Djouba

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

Soudan : un ministre évoque une nouvelle offensive contre les rebelles

Soudan : un ministre évoque une nouvelle offensive contre les rebelles

Une nouvelle offensive de l'armée soudanaise permettra de battre les rebelles armés des régions du Darfour, du Nil bleu et du Kordofan-Sud, a prévenu vendredi le ministre soudanais de la Défense,[...]

Soudan : deux figures de l'opposition arrêtées

Les services de sécurité soudanais ont arrêté deux figures de l'opposition après que leurs formations se sont mis d'accord pour unir leurs forces contre le gouvernement, a affirmé[...]

Viol collectif au Darfour : Khartoum empêche la Minuad de poursuivre l'enquête

Enquêtant sur une allégation de viol collectif impliquant l'armée, la Mission de la paix conjointe de l'ONU et de l'UA (Minuad) s'est vue refuser dimanche l'accès à Tabit, un village du Darfour,[...]

Maroc : Fadila El Gadi, broder avec la tradition

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage[...]

Soudan : Omer Asim, architecte minimaliste

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors[...]

Soudan : un homme abat deux gardes du palais présidentiel à Khartoum

Deux gardes soudanais ont été tués samedi à Khartoum par un homme qui essayait de pénétrer dans le palais présidentiel et qui a ensuite été abattu, a indiqué[...]

Soudan : Omar el-Béchir candidat à sa réélection en 2015

Le président soudanais Omar el-Béchir est candidat à sa réélection pour la présidentielle prévue pour avril 2015. Il a été réélu mardi chef du Parti du[...]

Cinquante nuances de gouvernance, selon l'indice Mo Ibrahim

La Fondation Mo Ibrahim, qui a passé au crible 52 pays africains, peint un tableau contrasté qui invite à la vigilance. Oui, le continent fait des progrès indéniables. Mais, même[...]

Soudan, Qatar, Turquie... : qui arme les islamistes libyens ?

Le gouvernement libyen soupçonne le Soudan de faciliter le transport des armes fournies par le Qatar aux milices islamistes. La Turquie serait aussi un allié de poids de ces dernières.[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers