Extension Factory Builder
12/04/2012 à 19:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Signature du 'Memorandum of understanding' entre l'Asecna et le Soudan du Sud, le 11 avril. Signature du "Memorandum of understanding" entre l'Asecna et le Soudan du Sud, le 11 avril. © Nicolas Michel, pour J.A.

Alors que la guerre civile menace entre Khartoum et Djouba, le Soudan du Sud n'en poursuit pas moins la consolidation de son indépendance, acquise en juillet 2011. Le 11 avril 2011, un accord de coopération entre l'Asecna et la jeune république doit permettre à cette dernière de développer la sécurité de son aéroport international et de son espace aérien.

Le 9 juillet 2011, la République du Soudan du Sud est officiellement devenue le 54e État africain. À cette occasion, plusieurs dizaines de présidents et de ministres accompagnés de leurs délégations, de journalistes et de VIP ont débarqué sur l’aéroport de Juba, la nouvelle capitale. Tout s’est bien passé et aucun d’entre eux ne s’est rendu compte que l’aviation civile soudanaise, quasi inexistante, n’avait absolument pas les moyens de gérer en toute sécurité une telle affluence.

Installations vieillottes, proximité des habitations, absence de clôture, manque de personnel qualifié auraient pu empêcher la tenue même des cérémonies de l’indépendance tant le pays dépend de cette poussiéreuse piste d’atterrissage. Le sachant, le gouvernement du Soudan du Sud a fait appel à l’Organisation de l’Aviation civile internationale (OACI), laquelle lui a conseillé d’entrer en contact avec l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna).

C’est donc l’Asecna qui, à fonds perdus, a tout mis en œuvre pour permettre à la jeune République de d’accueillir à Juba Airbus, Boeing et autres aéronefs. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la prestation a porté ses fruits : moins d’un an plus tard, le 11 avril 2012, le directeur général de l’Asecna, le Malien Amadou Ousmane Guitteye, a signé avec le sous-secrétaire d’État aux transports sud-soudanais, David Martin Hassan, un Memorandum of understanding qui engage une véritable collaboration entre les deux parties. La ministre des Transport, Agnès Poni Lukudu, s’en est aussitôt réjoui : « Nous ne voulons pas limiter nos relations aux pays anglophones ! Nous souhaitons apprendre et bénéficier de l’expérience de tous ceux qui étaient là avant nous. »

Renforcement de la sécurité

Pour un pays comme le Soudan du Sud, où tout est à bâtir – des routes aux cadres juridiques en passant par la santé, l’éducation, la police, etc. – l’expérience de l’Asecna ne sera pas de trop, même si le pays est riche en pétrole. « De l’Asecna, nous attendons surtout qu’elle nous aide à renforcer la sécurité et la sûreté de l’aéroport de Juba, affirme le ministre adjoint des Transports Mayom Kuoc Malek. Mais aussi qu’elle nous permette de bien former nos jeunes. » C’est là tout l’objet du Mémorandum of understanding, par lequel l’Asecna s’engage avant tout à permettre la formation, dans ses centres de Niamey, Douala et Dakar, de cinq contrôleurs aériens, de deux experts météo, de trois techniciens qualifiés pour l’aide à la navigation, d’un expert AIS (Automatic Identification System), mais aussi de pompiers et d’agents de sécurité.

Chacun comprendra l’utilité immédiate, en matière de sécurité du trafic, de telles formations. Reste que le véritable enjeu de l’accord porte sur la souveraineté même du Soudan du Sud, à l’heure où les tensions avec le Nord sont plus que jamais d’actualité (affrontements frontaliers, fermeture des puits de pétrole, embargo qui ne dit pas son nom…). Amadou Ousmane Guitteye indique ainsi : « Le plus urgent, pour le Soudan du Sud, c’est de mettre en place une structure qui lui permette d’exercer sa souveraineté sur son espace aérien et, dès lors, d’engranger les revenus qui vont avec. » En effet, pour l’heure, c’est toujours Khartoum qui fournit les services d’aide à la navigation au-dessus du territoire du Soudan du Sud et qui, en toute logique, empoche les royalties payées par les compagnies. Une situation qui, pour Juba, n’a que trop duré.

_______

Par Nicolas Michel, envoyé spécial à Juba

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan du Sud

Soudan du Sud : pourquoi les troupes pro-gouvernementales s'affrontent à Makalal

Soudan du Sud : pourquoi les troupes pro-gouvernementales s'affrontent à Makalal

À en croire des sources concordantes, d’intenses combats ont éclaté depuis mardi entre deux factions rivales des troupes progouvernementales sud-soudanaises à Makalal, dans le nord-est du pays. Qu[...]

Soudan du Sud : le Parlement offre une rallonge de trois ans au président Salva Kiir

Alors que les négociations sur un accord de paix entre les protagonistes du conflit sud-soudanais piétinent depuis quelques semaines, le Parlement a voté mardi la prolongation de trois ans du mandat du[...]

Au Soudan du Sud, des enfants-soldats enrôlés par centaines

Depuis le début de la guerre civile, l'Unicef estime qu'environ 12 000 enfants ont été enrôlés comme soldats dans le conflit au Soudan du Sud. Ces derniers mois, leur recrutement s'est[...]

Nations unies : les Casques bleus auraient commis près de 80 abus sexuels en 2014

Près de 80 nouveaux cas d’abus sexuels par des agents des Nations Unies ont été recensés en 2014. Des crimes perpétrés en grande majorité dans des missions de paix, là[...]

Soudan du sud : le processus de paix en échec

Le Soudan du Sud n’a toujours pas réussi à trouver une solution de sortie de crise. Les discussions vendredi à Addis-Abeba entre les chefs des deux parties opposés, le président Salva Kiir[...]

Soudan du Sud : un groupe armé a enlevé au moins 89 adolescents

Un groupe armé non identifié a enlevé au moins 89 adolescents, dont certains âgés d'à peine 13 ans, dans la ville de Wau Shilluk, dans le nord du Soudan du Sud, a annoncé samedi[...]

Trois choses à savoir sur les enfants soldats au Sud-Soudan

En marge de la journée internationale contre l’utilisation des enfants soldats observée chaque 12 février par l'ONU, l’organisation Human Rights Watch (HRW) dénonce ce lundi le recrutement[...]

Soudan du Sud : les élections sont reportées à 2017

Le Conseil des ministres du Soudan du Sud, un pays déchiré par une sanglante guerre civile, a reporté vendredi les élections de deux ans et prolongé d'autant le mandat du président[...]

Soudan du Sud : une guerre oubliée ?

Entre les deux frères ennemis, Salva Kiir et Riek Machar, en guerre ouverte depuis la fin de 2013, les accords se suivent et se ressemblent, sans jamais être appliqués. En attendant, c'est le peuple[...]

Soudan du Sud : les rebelles pilonnent la ville pétrolière de Bentiu

Le gouvernement sud-soudanais a accusé mardi les hommes de Riek Machar d'avoir bombardé ses positions dans la ville pétrolière de Bentiu, dans le nord du pays. Une violation du récent accord de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120412171821 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120412171821 from 172.16.0.100