Extension Factory Builder
12/04/2012 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le régime iranien interdit déjà l'accès à des sites qu'il juge malveillants. Le régime iranien interdit déjà l'accès à des sites qu'il juge malveillants. © AFP

Le ministre iranien des Technologies de l'information et de la communication a annoncé que le régime - qui a étrangement démenti depuis -, allait couper internet pour le remplacer, en août, par un gigantesque réseau national, isolé de l’extérieur et strictement contrôlé par la censure. Une immense cloche de verre pour protéger la dictature du Printemps arabe...

Entre le Printemps arabe et l’hiver numérique, Téhéran a fait son choix. Reza Taghipour, ministre iranien des Technologies de l’information et de la communication, a annoncé jeudi 5 avril un vaste chantier : la fermeture d’Internet, accusé de promouvoir « le crime, la désunion, la conduite immorale et l’athéisme ». Si l’annonce a été démentie depuis par les autorités iraniennes comme une « propagande occidentale », un leitmotiv à Téhéran, l'information paraît toutefois en totale cohérence avec les intentions du régime.

L’opération se déclinerait en deux phases, selon les propos du ministre, rapportés par l'Agence de presse du régime Fars news. En mai, les grandes plateformes internationales, essentiellement américaines, seraient bloquées. Exit donc Google, Gmail, Yahoo et Hotmail et bienvenue à Iran Mail et à Iran Search Engine, créées pour l’occasion. Si cette première étape pourrait à la rigueur passer pour une promotion du « Made in Iran », l’idée serait cependant beaucoup plus vaste.

Car pour accéder à ces nouveaux services nationaux, chaque utilisateur devra montrer patte blanche. Pour obtenir un identifiant, il sera tenu de fournir notamment son nom « officiel » et son adresse physique. Un véritable travail de fichage que le gouvernement iranien aurait d’ores et déjà débuté, selon l'International Business Times, qui a révélé l'information.

Peur sur le web

En outre, Téhéran a vraisemblablement décidé de maîtriser non seulement l’usager mais également le contenu disponible. À en croire les déclarations du ministre, une solution radicale doit être mise en place en août : remplacer Internet par un Intranet géant à l’échelle du pays et de ses 78 millions d’habitants. Au lieu de la liste noire actuelle regroupant les sites interdits à la consultation, Téhéran aurait donc prévu d’éditer un autre recueil : celui des plateformes autorisées, conformes aux valeurs, notamment culturelles et religieuses, du régime. « À partir d'août, tous les fournisseurs d'accès devront présenter uniquement un "Internet national" », a ainsi expliqué Reza Taghipour.

Celui-ci, qui fait partie des personnes condamnées par l’Union Européenne pour atteinte aux droits de l’Homme pendant les manifestations postélectorales de 2009 et 2010, entendrait ainsi porter un coup fatal à une blogosphère iranienne activiste, que le Printemps arabe a encore stimulée. Un réflexe sécuritaire qui aura l'avantage de pouvoir s’exporter à terme vers d’autres pays aux accents autoritaires. Un vaste marché à prendre... Mais, d’ici là, la formule devra encore passer le test sur le peuple iranien, ce que le régime, en démentant, ne semble pas encore assumer. De toute évidence, vu la prudence et le double langage qui caractérise Téhéran dans cette affaire, rien n'est encore joué...
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l'Irak ?

État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l'Irak ?

De la Turquie à l'Iran, au Moyen-Orient, le degré d'engagement contre l'État islamique reste très variable. Explications.[...]

États-Unis : Obama contre le Califat

Pour annihiler les jihadistes de l'État islamique, en Irak comme en Syrie, le président américain, Barack Obama, doit s'appuyer sur une large coalition internationale. Pas évident, car les[...]

Naufrage en Méditerranée : premiers témoignages de rescapés

Les premiers témoignages - poignants - de rescapés du naufrage qui pourrait avoir fait 500 victimes en Méditerranée, le 10 septembre, commencent à être rendus publics. Les causes de la[...]

Naufrage en Méditerranée : des dizaines de migrants gazaouis parmi les victimes

Des dizaines de Gazaouis figurent parmi les victimes du naufrage d'une embarcation en Méditerranée, mercredi 10 septembre. Si le bilan d'environ 500 victimes était confirmé, il s'agirait de l'un des[...]

#BurnISISFlagChallenge : pourquoi la flamme s'est éteinte

Largement relayé dans les médias, le #BurnISISFlagChallenge - qui consiste, sur le principe du #IceBucketChallenge, à brûler un drapeau de l’État islamique (ISIS en anglais) en[...]

L'ONU annonce un accord tripartite pour la reconstruction de Gaza

Israël et Palestiniens se sont mis d'accord sur un mécanisme provisoire pour accélérer, sous la surveillance de l’ONU, la reconstruction de Gaza, tout en s'assurant que les matériaux de [...]

Jihadistes de tous les pays...

En trois ans, au moins 12 000 étrangers, originaires de 81 États, ont rejoint les rangs des islamistes radicaux. Radiographie de la nouvelle internationale des fous d'Allah.[...]

Méditerranée : selon l'OIM, un naufrage pourrait avoir causé la mort de 500 migrants

Jusqu'à 500 migrants sont portés disparus depuis le naufrage de leur embarcation de fortune, la semaine dernière, au large de l'île de Malte.[...]

François Hollande à Bagdad pour exprimer son soutien au gouvernement irakien

Le président français François Hollande est arrivé vendredi à Bagdad, accompagné du chef de la diplomatie Laurent Fabius et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, pour[...]

Dix pays arabes rallient la coalition contre les jihadistes de l'État islamique

En visite jeudi à Jeddah, en Arabie saoudite, le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a réussi à convaincre dix pays arabes de s'engager dans l'offensive contre l'État islamique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex