Extension Factory Builder
11/04/2012 à 17:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À Paris, Béchir Salah Béchir ne se cache pas et se promène sans garde du corps apparent. À Paris, Béchir Salah Béchir ne se cache pas et se promène sans garde du corps apparent. © D.R.

Protégé par la France, l’ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi et président du Libyan African Investment Portfolio, Béchir Salah Béchir, détiendrait des informations permettant au CNT de mettre la main sur plus de sept milliards de dollars d’avoirs libyens manquants.

« Un homme qui vaut sept milliards de dollars [environ 5 milliards d’euros, NDLR] peut acheter beaucoup de protection ». C’est en ces termes qu’un cadre du Conseil national de transition libyen (CNT), cité par le Financial Times dans son édition du 9 avril, explique la complaisance des autorités françaises à l’égard de Béchir Salah Béchir.

Recherché par Interpol, l’ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi et président du Libyan Africa Investment Portfolio (LAP) séjourne à Paris, selon des informations révélées par Jeune Afrique. Après avoir été exfiltré de Libye grâce à l'intervention directe de Claude Guéant et de Bernard Squarcini, le patron des renseignements français, il y serait protégé par les autorités françaises.

Une situation qui n’arrange pas vraiment la Libye. Lancé dans l’inventaire de ses avoirs en Afrique, le CNT peine à mettre la main sur quelque sept milliards de dollars, cachés dans des comptes et des investissements obscurs. Dans leur quête, les officiels libyens se heurtent à la gestion pour le moins opaque du Libyan Africa Investment Portfolio, structure considérée comme l'un des principaux investisseurs sur le continent africain.

"L'argent du peuple libyen"

Fondée en 2006, la LAP était une filiale de la Libyan Investment Authority (LIA), dont elle était très indépendante. Dans la maison-mère, il ne resterait aucune trace des investissements qu'elle a effectué. « La LIA n’avait aucun contrôle sur ce qu’ils investissaient », affirme un de ses cadres au FT. « Personne ne pouvait aller les voir et leur demander ce qu’ils faisaient et où ils investissaient leur argent ».

Selon les autorités libyennes, la clé manquante du puzzle se nomme Béchir Salah Béchir. En tant que dernier président du LAP, « il est la seule personne en Libye à connaître tous les détails des investissements en Afrique », explique Abdelhamid el-Jadi, un banquier libyen collaborant avec le CNT. « Je n’ai pas le quart des informations qu’il a. Nous en avons extrêmement besoin », poursuit-t-il.

Pour le CNT, qui souhaite se désengager progressivement d'Afrique subsaharienne, la cause est de la plus haute importance. « C'est l'argent libyen pas celui de Kadhafi, l'argent du peuple libyen », clame le ministre des Affaires étrangères, Achour Ben Khayal. Selon, lui plusieurs pays « comme la Zambie essayent de prendre avantage » du flou actuel et, niant les contrats passés avec l’ancien guide, tentent de récupérer ces avoirs...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Crise libyenne : première réunion de dialogue sous l'égide de l'ONU à Tripoli

Crise libyenne : première réunion de dialogue sous l'égide de l'ONU à Tripoli

Des députés rivaux du nouveau parlement libyen se sont retrouvés lundi 29 septembre en début d’après-midi pour amorcer des négociations de sortie de crise sous l’égide d[...]

Libye : l'autre jihadistan

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur l'État islamique, la Libye est progressivement devenue une sorte de hub où les groupes terroristes de la région viennent s'approvisionner en armes et[...]

Libye : faut-il intervenir militairement ?

Si une opération militaire n'est pas du tout d'actualité, certains, notamment la France, s'y préparent déjà.[...]

Libye : Haftar ? "Une déception"

Le général libyen Khalifa Haftar est dans la ligne de mire de Paris et du Caire. Les deux pays sont d'accord sur un point : l'écarter pour espérer mettre un terme à la crise.[...]

Soudan, Qatar, Turquie... : qui arme les islamistes libyens ?

Le gouvernement libyen soupçonne le Soudan de faciliter le transport des armes fournies par le Qatar aux milices islamistes. La Turquie serait aussi un allié de poids de ces dernières.[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Libye : rencontre entre les différents protagonistes sous l'égide de l'ONU fin septembre ?

Pour tenter de mettre fin à la crise sécuritaire et institutionnelle qui règne dans le pays, la mission de l'ONU en Libye (UNSMIL) a proposé lundi la tenue d'une réunion de dialogue le 29[...]

Libye : le Parlement rejette le nouveau cabinet du Premier ministre Abdallah al-Theni

La crise se poursuit en Libye. Jeudi, le Parlement a rejeté le nouveau gouvernement formé par le Premier ministre, Abdallah al-Theni. Il lui a demandé de composer un cabinet de crise plus restreint.[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention[...]

Libye - France : un cousin de Kadhafi accuse Sarkozy d'avoir perçu des fonds du "Guide" en 2007

Dans un entretien publié mercredi par "L’Express", l'ancien diplomate Ahmed Kadhaf al-Dam, un cousin de l’ancien "Guide" libyen Mouammar Kadhafi, affirme que Nicolas Sarkozy a bel et bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers