Extension Factory Builder
10/04/2012 à 18:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saad al-Katatni, qui préside la Commission constituante, est aussi un membre des Frères musulmans. Saad al-Katatni, qui préside la Commission constituante, est aussi un membre des Frères musulmans. © AFP

Dominée par les Frères musulmans et les salafistes, la Commission constituante vient d’être suspendue par le tribunal administratif du Caire. Aucune explication n'a pour l'instant été fournie.

Le sort de l’Égypte postrévolutionnaire semble avoir du mal à se dessiner. Mardi 10 avril, la justice égyptienne a décidé de suspendre la Commission constituante, chargée de rédiger la future Loi fondamentale du pays. Une décision qui a lieu six semaines avant la première élection présidentielle depuis la chute de Hosni Moubarak, le premier tour étant prévu les 23 et 24 mai.

Répondant à un recours déposé par des juristes et des partis politiques libéraux, le tribunal administratif du Caire, qui a rendu ce verdict, n’a pas justifié sa sentence pour l’instant. Les requérants accusaient le Parlement d’avoir dépassé ses prérogatives en formant cette commission.

Dans une déclaration à la télévision publique, Mohamed Nour Farhat, juriste et responsable du Parti démocrate social a immédiatement réagi au jugement : « la commission constituante est devenue nulle et non avenue par décision de justice et ne peut poursuivre son travail ». Dans une allusion à peine voilée à la domination des Frères musulmans, il a appelé le Parlement à réformer la commission, « nous l'invitons à commencer par mettre au point des critères (...) garantissant la représentation équitable de l'ensemble des forces sociales et politiques, pour qu'elle ne soit pas dominée par un seul courant politique ».

Une Commission fortement critiquée

Formée par le Parlement, la commission est composée de 100 membres (50 parlementaires et 50 non-parlementaires) et est dominée par les Frères musulmans et les fondamentalistes salafistes. Déjà majoritaires chez les députés et les sénateurs, ceux-ci avaient demandé à ce que l'instance reflète le résultat des urnes, où ils ont récoltés 70% des suffrages. De quoi faire redouter aux laïques un renforcement de la charia dans la future Constitution égyptienne.

La décision du tribunal sonne donc comme un échec pour les islamistes et les salafistes. C’est d’ailleurs la forte représentation des islamistes qui a poussé les libéraux à boycotter l’instance, arguant que leur présence servait de caution à leurs ennemis politiques. La Cour suprême constitutionnelle avait rappelé son représentant à la commission, évoquant la « confusion » régnant en son sein. Quant à Al-Azhar, l’institution théologique sunnite, et l’Église copte, elles s’en étaient également retirées.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Alain - 14/04/2012 à 14h:04

un espoir pour une vraie démocratie ....[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

La manifestation commémorative de l'anniversaire de la révolte de 2011 a dégénéré lundi en affrontements sanglants entre policiers et islamistes au Caire. Plus de 500 personnes ont é[...]

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée.[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4e anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdel Fattah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120410172143 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120410172143 from 172.16.0.100