Extension Factory Builder
10/04/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amadou Haya Sanogo et Dioncounda Traoré, le 9 avril 2012 à Kati, près de Bamako. Amadou Haya Sanogo et Dioncounda Traoré, le 9 avril 2012 à Kati, près de Bamako. © AFP

Après la démission dimanche d'Amadou Toumani Touré, l'investiture du nouveau président du Mali, Dioncounda Traoré - qui sera intérimaire pendant 40 jours - est attendue ce mardi à Bamako. Pendant ce temps, l'insécurité grandit au Nord-Mali, livré à l'activité de groupes criminels et terroristes comme Boko Haram.

Après la constatation la vacance du pouvoir par la Cour constitutionnelle réunie à Bamako en séance publique, mardi matin, l'investiture du président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, comme nouveau président du Mali par intérim pendant 40 jours est prévue dans l'après-midi. Elle devrait être suivie, sans doute avant la fin de la semaine, par la désignation d'un Premier ministre de transition « disposant des pleins pouvoirs », qui aura la charge de nommer un « gouvernement d'union nationale ». Du côté de la médiation burkinabè mandatée par la Cedeao, on dit espérer que le premier Conseil des ministres se tienne « avant vendredi ».

En conférence de presse, lundi, le leader de la junte malienne, le capitaine Amadou Haya Sanogo, s'est « personnellement » engagé « à respecter dans son intégralité » l'accord-cadre de transition signé avec la Cedeao. Il a également promis une « tolérance zéro » à ceux qui chercheraient à entraver l'exécution dudit accord, son principal objectif étant l'organisation d'élections présidentielle et législatives à des dates qui restent à fixer.

"Boko Haram ne se cache pas"

Mais pour organiser le scrutin, le gouvernement doit d'abord trouver une solution à l'insécurité au Nord, confronté à l'activité de groupes criminels, djihadistes voire terroristes. « Il y a une bonne centaine de combattants de Boko Haram à Gao. Ce sont des Nigériens et des Nigérians. Ils ne se cachent pas », a affirmé lundi Abdou Sidibé, un député du Nord. « Ils sont plus de 100 » et « étaient les plus nombreux » lors de l'attaque du consulat d'Algérie, le 5 avril, confirme une source sécuritaire malienne.

C'est pourtant un groupe dissident d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui a revendiqué l'enlèvement du consul algérien et de six membres de sa mission, toujours aux mains de leurs ravisseurs, selon Alger.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a quant à lui exprimé sa profonde inquiétude à propos de la « menace terroriste » grandissante au Mali et condamné l'enlèvement des diplomates algériens. par ailleurs, selon un témoin et un policier, des « islamistes » ont égorgé dans la nuit de dimanche à lundi près de Gao un homme appartenant à une bande de braqueurs qui s'attaquaient à un bus.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers