Extension Factory Builder
06/04/2012 à 20:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bosco Ntaganda, le 11 janvier 2009 sur le camp de Kabati. Bosco Ntaganda, le 11 janvier 2009 sur le camp de Kabati. © AFP

Bosco Ntaganda est toujours à Goma et a tenu à le faire savoir. Soupçonné de défection, le général a démenti et contre-attaqué en accusant l’état-major congolais de mauvaise gestion.

« Je suis là, je n’ai pas peur ». Réagissant vendredi à des rumeurs qui le donnaient en fuite avec d’autres officiers, Bosco Ntaganda a tenu à montrer à des journalistes qu'il ne bougeait pas pour le moment de son domicile de Goma, dans l’est de la RDC.

Des rumeurs le prétendant en fuite vers son fief de Ngungu, dans le Nord-Kivu, avaient surgi lors de la défection de plusieurs officiers, pour la majorité des anciens membres du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP, ex-rébellion). Intégré comme ces derniers dans l’armée en 2009 après un accord de paix, Bosco Ntaganda est leur ex-chef d’état-major. Selon des sources de l'armée congolaise et onusienne, le nombre de soldats déserteurs serait estimé entre 200 et 300 hommes de troupe compris, voire plus.

Dans un communiqué de son porte-parole, Richard Muyej Mangeze, le gouvernement congolais a appelé vendredi les déserteurs à la discipline, les enjoignant de « s'abstenir d'actes susceptibles de les exposer aux rigueurs de la justice tant nationale qu'internationale ».

Revendications

Le général est visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2006, qui le soupçonne d’enrôlement d’enfants, au même titre que Thomas Lubanga dont il était le numéro 3. Ce dernier a été condamné le 14 mars pour enrôlement, souscription et utilisation d'enfants-soldats durant la guerre civile en Ituri (RDC) en 2002-2003.

L’ex-rebelle a ensuite remis aux journalistes un projet de mémorandum dénonçant, entre autres, « les conditions de vie inhumaines » des soldats et le manque de logistique. Dans ce document non signé on pouvait lire : « Nous nous sommes donné la responsabilité d'intégrer l'armée pour renforcer la sécurité de notre nation, en particulier la paix à l'Est qui était menacée (...). Nous avons travaillé de façon remarquable pour que la paix revienne (...) mais dans des conditions inhumaines causées par la hiérarchie qui nous traite avec méfiance. Cela engendre l'échec des opérations [contre les groupes armés actifs dans l'est, NDLR] et les mauvaises conditions de vie des militaires ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congol[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120406195306 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120406195306 from 172.16.0.100