Extension Factory Builder
06/04/2012 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Proche d'Aqmi, l'islamiste Iyad Ag Ghali du groupe Ansar dine veut instaurer la charia au Mali. Proche d'Aqmi, l'islamiste Iyad Ag Ghali du groupe Ansar dine veut instaurer la charia au Mali. © AFP/Capture Youtube

Le député de Tombouctou, Elhadji Baba Haïdara, réagit à la déclaration d'indépendance de l'Azawad prononcée vendredi par les rebelles touaregs du MNLA, dirigé par Mohamed Ag Najim. Mais qui contrôle réellement le Nord-Mali ? Pour Haïdara, qui est aussi président de la cellule de crise sur le Nord au sein de l’Assemblée nationale, la "Ville au 333 saints" est désormais dirigée par les islamistes du groupe Ansar dine d'Iyad Ag Ghali, qui s'apprêterait à dévoiler une constitution basée sur la charia dans les prochains jours. Interview.

Jeune Afrique : Que pensez-vous de l'indépendance de l’Azawad [proclamée ce vendredi 6 avril par le MNLA, NDLR] ?

Elhadji Baba Haïdara (en photo ci-dessous) : On ne nous colonisera pas. Pourquoi l’indépendance ? J’étais mandaté par l’Assemblée nationale du Mali avec 15 autres députés tous originaires du Nord pour aller discuter depuis le mois de novembre 2011 à Zakake avec les membres du MNLA. Je leur ai dit ceci : vous demandez l’indépendance de l’Azawad, au nom de qui ? Quelles sont les limites de l’Azawad ? Comment pouvez-vous demander l’indépendance d’une zone sans être mandatés par sa population ? S’il y a quelqu’un qui doit demander quelque chose au nom de cette population, ce sont les personnes élues par la population à l’Assemblée nationale. Les Touaregs ne constituent pas 10% de la population du Nord-Mali. C’est l’ethnie la plus minoritaire. On ne peut pas proclamer d'indépendance dans ces conditions.

J'ai dit ceci aux membres du MNLA : vous demandez l’indépendance de l’Azawad, au nom de qui ? Comment pouvez-vous demander l’indépendance d’une zone sans être mandaté par sa population ?

La ville de Tombouctou est entre les mains des rebelles touaregs depuis le 1er avril. Comment ressentez-vous cette situation ?

Aujourd’hui Tombouctou est entre les mains du groupe Ansar dine d’Iyad Ag Ghali, et c’est regrettable. Nous ne voulons pas ça. Au 16e siècle, un érudit de la ville du nom de Ahmed Baba a dit au roi du Maroc, venu envahir Tombouctou, que le Prophète avait interdit d’aller conquérir un pays déjà islamisé.

Pourquoi veulent-ils [les combattants d’Ansar dine, NDLR] nous islamiser ? Même le Coran interdit ça. J’ai l’impression d'être dans un cauchemar, Tombouctou est une ville aux 333 saints, une ville islamique depuis le 12e siècle... Et maintenant, les islamistes veulent nous apprendre à prier ! En fait, Tombouctou est victime de son nom et de sa célébrité : pour les rebelles, c’est un symbole qu’il faut prendre pour être vu. Je ne suis pas d’accord avec la charia à Tombouctou. Pour nous c’est de l’extrémisme.

Tombouctou est une ville islamique depuis le 12e siècle... Et maintenant les islamistes veulent nous apprendre à prier ! Je ne suis pas d’accord avec la charia à Tombouctou. Pour nous c’est de l’extrémisme.

Quelles sont les consignes des nouvelles autorités ?

Les éléments d’Ansar dine sont dans une phase de séduction. Ils distribuent des céréales à la population, ils disent aux gens qu’ils veulent leur bien et ils maintiennent l’ordre dans la ville. Ils commencent à ramener le matériel pillé…  Et disent qu’ils dévoileront leur constitution basée sur la charia dans les prochains jours.

Est-ce que des dirigeants d’Aqmi sont venus à Tombouctou, aux côtés d’Iyad Ag Ghali ?

Le seul leader d’un groupe islamiste dont je suis informé de la présence à Tombouctou, c’est Iyad Ag Ghali. Le reste, c’est de la rumeur diffusée par les médias. Mais il faut craindre la transformation du Nord-Mali par Aqmi en un nouvel Afghanistan, avec des groupes comme Ansar dine, Boko Haram... À Tombouctou, il y a des combattants tchadiens, somaliens, libyens... On les a reconnus à leurs langages.

Les chrétiens de Tombouctou ont quitté la ville. Ont-ils été menacés ?

Je pense, oui. Ils ont senti une menace pour leur sécurité et ils ont quitté la ville. Ils ont intérêt à fuir, car les islamistes disent même aux musulmans qu’ils ne savent pas comment prier. Ne parlons pas de ce qu'ils diraient aux chrétiens.

Y a-t-il eu des pillages et des viols à Tombouctou ?

Ce qui est sûr, c’est qu'il y a eu des pillages comme à Gao. Conséquence : il n’y a plus d’administration, plus d’école, plus d’échanges, plus de banques. L’hôpital et la pharmacie populaire de la ville ont été pillés. Mais il n’y a pas de preuves de viols.

Pouvez-vous nous dire s'il y a des tensions entre Ansar dine et le MNLA ?

Pour moi, ce sont tous des étrangers à Tombouctou, et pour nous, ils sont pareils. Qu’il y ait des tensions entre eux ou pas, ce n'est pas notre problème.

Est-ce que Ansar dine empêche les populations de quitter Tombouctou ?

Non, les combattants fouillent  les gens avant de les laisser sortir de la ville. Ils ont indiqué aux imams que c’était pour empêcher les armes de sortir.

________

Propos recueillis à Bamako par Baba Ahmed

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers