Extension Factory Builder
05/04/2012 à 15:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Compaoré propose au MNLA de faire avancer un plan d'autonomisation de l'Azawad. Compaoré propose au MNLA de faire avancer un plan d'autonomisation de l'Azawad. © AFP

C’est une nouvelle fois Blaise Compaoré que la communauté internationale est allée chercher pour se pencher au chevet d’une épineuse crise malienne à multi-facettes. Médiateur chevronné intervenu récemment en Guinée, au Togo et en Côte d’Ivoire, personnage le plus influent de l’Afrique de l’ouest, le président burkinabè déploie depuis quelques jours tous ses réseaux, de Bamako, à Dakar en passant par Abidjan, New York et les confins du Sahara où ses plus fidèles émissaires sont en mission.

À Bamako, c’est Djibril Bassolé, le ministre des Affaires étrangères, qui tente de ramener à la raison le chef de la junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo. La pendule tourne. Et il faut remettre au plus vite l’ordre constitutionnel, sans lequel aucune action de sécurisation du territoire ne pourra avoir lieu avec l’aide de la communauté internationale.

Dans les casernes du pays, c’est la débandade. Beaucoup de militaires ont abandonné leur poste au Nord et les assaillants ont été aperçus jusqu’à Douentza, juste au-dessus de Mopti, et dans la région de Niono, à l’Est. Preuve qu’ils contrôlent aujourd’hui plus de la moitié du territoire. Le rétablissement de l’autorité à Bamako pourrait permettre de justifier le recours à une force de sécurisation de la Cedeao, alors que les chefs d'état-major ouest-africains se réunissaient jeudi à Abidjan pour étudier le déploiement d'une armée régionale. Celle-ci pourrait compter jusqu'à 3 000 hommes, appuyée par un soutien logistique français, pour repousser les forces composées du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et de ses alliés islamistes.

"Apocalypse" à Tombouctou

« Sur le terrain on fait face à près de 5 000 hommes, explique un diplomate africain. Les groupes islamistes, les plus solidement armés, ont recruté des miliciens et on nous signale la présence de combattants haoussa à Tombouctou, ce qui présage d’un lien avec les soldats de Boko Haram ». Dans la ville sainte, Abelhamid Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar (dit "Le Borgne" ou "Mister Marlboro"), qui dirigent les brigades d’Aqmi dans le désert, ont participé le 2 avril à une rencontre entre Iyad Ag Ghali, le chef du mouvement islamiste Ansar dine, et les imams de la ville. « La situation est apocalyptique, affirme un habitant de la ville. Les islamistes sont entrain d’imposer le voile à Tombouctou ». Mokhtar Belmokhtar, récemment aperçu en Libye, y aurait fait le plein d’armes.

La grande crainte des dirigeants d’Afrique de l’Ouest et de la communauté internationale, particulièrement des Français et des Américains, est la progression des forces du MNLA et des différents groupes islamistes au sud et à l’Est du Mali. Crainte partagée par le chef de la junte malienne qui a appelé les Occidentaux à intervenir militairement dans le nord du pays contre les groupes islamistes armés. Mais Paris a déjà opposé une fin de non-recevoir à cette requête.

Car dans la région, les dirigeants ne sont pas encore prêts à envoyer leurs troupes pour un combat à l’issue très incertaine contre des éléments durement aguerris et prêts au sacrifice suprême. L’Algérie, puissance militaire régionale, ne souhaite pas intervenir. Seules les forces mauritaniennes du président Abdelaziz sont actuellement prépositionnées à Nema, au bout de la route de l’Espoir à l’ouest du pays, pour parer à toute attaque. « Abdelaziz s’est fait avoir en faisant confiance à Mohamed Ag Najim [le chef du MNLA, NDLR], précise un diplomate ouest-africain. Il comptait sur lui pour assurer un rempart contre Aqmi. Or, cela se retourne contre lui, car les groupes islamistes sont des alliés du MNLA même s’ils ne partagent pas les mêmes objectifs, les premiers voulant imposer la charia des confins du désert jusqu’à l’Atlantique, le second ne revendiquant que l’indépendance de l’Azawad ».

La carte de Compaoré

C’est justement dans cette brèche que souhaite aujourd’hui s’engouffrer Blaise Compaoré en négociant actuellement avec les représentants du MNLA afin de les inciter à quitter leurs encombrants amis. Conscient qu’une force de la Cedeao aura du mal à déloger les terroristes islamistes, Blaise Compaoré veut renverser les alliances. Ce qui est loin d’être acquis. Associés dans divers trafics (drogue, cigarettes, essence, armes, otages) et ayant noué des alliances familiales, les tribus touarègues et les combattants d’Aqmi ont aujourd’hui des liens étroits.

En échange d’un ralliement du MNLA, le président burkinabè promet de faire avancer le plan d’autonomisation de la région de l’Azawad sur des bases dont il reste à définir les contours mais qui pourraient prendre la forme du « fédéralisme ». Preuve que les discussions semblent avancer : les dirigeants du MNLA ont annoncé le 4 avril la fin de leurs opérations militaires dans le nord du Mali « à compter de jeudi minuit ».

À Bamako, la convention nationale convoquée par la junte pour envisager le retour de l’ordre constitutionnel, le 5 avril, a été reportée, les putschistes invoquant des problèmes d'organisation avec les partis et la société civile. Blaise Compaoré garde une carte en poche, le président de l’Assemble nationale, Dioncounda Traoré, actuellement à Niamey, qu’il aimerait bien voir assurer la transition démocratique. C’est aussi le choix d’Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères : « Il faut que la junte s'écarte et que, soit le président de l'Assemblée nationale malienne soit quelqu'un d'autre, prenne le pouvoir constitutionnel et que ce pouvoir soit aidé pour stopper l'avance d'Aqmi ».

Mais les autres partis politiques du Mali sont-ils prêts à accepter que Traoré, patron de l’Adema, assure la transition alors qu’il est lui-même candidat à la prochaine présidentielle ? Les prochains jours devraient permettre d’en savoir plus.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers