Extension Factory Builder
04/04/2012 à 16:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tombouctou est tombée aux mains des islamistes le dimanche 1er avril. Tombouctou est tombée aux mains des islamistes le dimanche 1er avril. © AFP

Dans un communiqué daté du 4 avril, la junte au pouvoir au Mali accuse les rebelles touaregs du MNLA, les salafistes d’Ansar Dine et des membres d'Aqmi de commettre de "graves violations des droits de l’homme" dans le Nord du pays.

« Les populations du Nord-Mali, singulièrement celles de Gao, subissent de graves violations des droits de l'homme depuis l'invasion des combattants du MNLA (rébellion touareg), Ansar Dine (groupe islamiste dirigé par Iyad Ag Ghal) et Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) », a dénoncé mercredi 4 avril la junte au pouvoir au Mali dans un communiqué.

« Les femmes et les filles sont enlevées puis violées par les nouveaux occupants qui y dictent leur loi », ajoute ce communiqué, signé du porte-parole de la junte militaire, le lieutenant Amadou Konaré.

Interrogé au téléphone depuis Bamako, un habitant de Gao, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a semblé confirmer les accusations des putschistes : « C'est une réalité, ici. La nuit, ils enlèvent des femmes, ils les emmènent, ils les violent », a confirmé cet habitant à l’AFP. Si le texte de la junte ne fournit aucun autre détail, notamment sur l'ampleur de ces viols, ce témoin assure avoir connaissance d'une dizaine de cas au moins depuis le 31 mars, date de la prise de Gao par les rebelles.

« Il n'y a plus de moyens de déplacements, et ceux qui tentent de quitter la ville à pied sont refoulés par les groupes armés », a-t-elle accusé. La junte dénonce également la restriction de la liberté d'aller et venir déniée aux populations dans les localités de Kidal, ville conquise le 30 mars, et Gao où les éléments MNLA, Ansar Dine et Aqmi bloquent, selon elle, tout mouvement des moyens de transport.

 Pillages à Tombouctou et Gao

Selon Associated Press, le 2 avril, des habitants ont rapporté que les rebelles s'étaient rendus de magasin en magasin, demandant aux commerçants d'enlever les photos considérées comme non-islamistes. Un coiffeur a également affirmé avoir été fermement prié de retirer les photos de différentes coiffures qu'il avait affichées, parce qu'elles montraient des femmes non voilées.

Selon des sources concordantes, des pillages ont eu lieu à Tombouctou et Gao, visant en particulier des bâtiments publics, des locaux et entrepôts d'ONG internationales.

« Dans tous les cas, ces graves violations des droits de l'homme interpellent la conscience collective. Le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'État (Cnrdre) en appelle aux organisations et organismes internationaux, singulièrement l'ONU et la Cedeao pour une conjugaison des efforts en vue de condamner ces crimes et leurs auteurs », conclut le communiqué.

La Cedeao, le lundi 2 avril, puis l'Union africaine (UA), le 3 avril, ont tour à tour décidé d'imposer de lourdres sactions à l'encontre du CNRDE au pouvoir à Bamako.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mohamed Talbi : 'L'islam est né laïc'

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête s'annonce délicate

Le travail des enquêteurs, notamment français, attendus samedi sur le site du crash d'un avion ayant fait 118 victimes dans le nord du Mali s'annonce délicat en raison de la désintégration de[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers