Extension Factory Builder
04/04/2012 à 16:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tombouctou est tombée aux mains des islamistes le dimanche 1er avril. Tombouctou est tombée aux mains des islamistes le dimanche 1er avril. © AFP

Dans un communiqué daté du 4 avril, la junte au pouvoir au Mali accuse les rebelles touaregs du MNLA, les salafistes d’Ansar Dine et des membres d'Aqmi de commettre de "graves violations des droits de l’homme" dans le Nord du pays.

« Les populations du Nord-Mali, singulièrement celles de Gao, subissent de graves violations des droits de l'homme depuis l'invasion des combattants du MNLA (rébellion touareg), Ansar Dine (groupe islamiste dirigé par Iyad Ag Ghal) et Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) », a dénoncé mercredi 4 avril la junte au pouvoir au Mali dans un communiqué.

« Les femmes et les filles sont enlevées puis violées par les nouveaux occupants qui y dictent leur loi », ajoute ce communiqué, signé du porte-parole de la junte militaire, le lieutenant Amadou Konaré.

Interrogé au téléphone depuis Bamako, un habitant de Gao, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a semblé confirmer les accusations des putschistes : « C'est une réalité, ici. La nuit, ils enlèvent des femmes, ils les emmènent, ils les violent », a confirmé cet habitant à l’AFP. Si le texte de la junte ne fournit aucun autre détail, notamment sur l'ampleur de ces viols, ce témoin assure avoir connaissance d'une dizaine de cas au moins depuis le 31 mars, date de la prise de Gao par les rebelles.

« Il n'y a plus de moyens de déplacements, et ceux qui tentent de quitter la ville à pied sont refoulés par les groupes armés », a-t-elle accusé. La junte dénonce également la restriction de la liberté d'aller et venir déniée aux populations dans les localités de Kidal, ville conquise le 30 mars, et Gao où les éléments MNLA, Ansar Dine et Aqmi bloquent, selon elle, tout mouvement des moyens de transport.

 Pillages à Tombouctou et Gao

Selon Associated Press, le 2 avril, des habitants ont rapporté que les rebelles s'étaient rendus de magasin en magasin, demandant aux commerçants d'enlever les photos considérées comme non-islamistes. Un coiffeur a également affirmé avoir été fermement prié de retirer les photos de différentes coiffures qu'il avait affichées, parce qu'elles montraient des femmes non voilées.

Selon des sources concordantes, des pillages ont eu lieu à Tombouctou et Gao, visant en particulier des bâtiments publics, des locaux et entrepôts d'ONG internationales.

« Dans tous les cas, ces graves violations des droits de l'homme interpellent la conscience collective. Le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'État (Cnrdre) en appelle aux organisations et organismes internationaux, singulièrement l'ONU et la Cedeao pour une conjugaison des efforts en vue de condamner ces crimes et leurs auteurs », conclut le communiqué.

La Cedeao, le lundi 2 avril, puis l'Union africaine (UA), le 3 avril, ont tour à tour décidé d'imposer de lourdres sactions à l'encontre du CNRDE au pouvoir à Bamako.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Algérie : en attendant le vrai jubilé

Article pr�c�dent :
Débat : l'Afrique est-elle maudite ?

Réagir à cet article

Mali

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers