Extension Factory Builder
02/04/2012 à 20:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture de vidéo représentant Iyad Ag Ghali, leader du groupe Ansar dine. Capture de vidéo représentant Iyad Ag Ghali, leader du groupe Ansar dine. © Youtube

L’influence des salafistes d’Ansar dine de Iyad Ag Ghali se fait de plus en plus sentir dans les villes du Nord-Mali tombées ce week-end aux mains des rebelles touaregs. Le drapeau noir du groupe flotte désormais à Tombouctou, d'où le MNLA a même été chassé par les islamistes.

Le rapport de force entre le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et les salafistes d’Ansar Dine serait-il sur le point de basculer ? Difficile à dire. Depuis le début de l’insurrection des rebelles touaregs dans le nord du Mali, le 17 janvier, la faction islamique a été présentée comme un acteur mineur de la rébellion, un simple allié du MNLA.

Mais à Kidal et Gao, c’est bien le groupe dirigé par d'Iyad Ag Ghali qui est entré en premier dans les deux villes tombées vendredi 30 et samedi 31 mars. Des habitants ont rapporté que les rebelles s'étaient rendus de magasin en magasin, demandant aux commerçants d'enlever les photos considérées comme non-islamistes, affirme Associated Press. Un coiffeur a également affirmé avoir été fermement prié de retirer les photos de différentes coiffures qu'il avait affichées, parce qu'elles montraient des femmes non voilées.

Pillages à Gao

Et à Gao, la plus grande ville du nord du pays tombée samedi, la situation est très confuse. « C'est le chaos. Nous ne savons même pas qui contrôle la ville et qui fait quoi », a affirmé lundi 2 avril un étudiant, Ahmed Ould Fneiny cité par l'agence américaine. « Nous avons vu Ansar dine avec son drapeau. Nous voyons le MNLA. Nous voyons d'autres groupes touaregs et arabes qui ont déserté l'armée malienne. Il y a des gens en uniforme militaire qui ont volé toutes les voitures, même les voitures privées de civils. Nous ne pouvons pas quitter la ville. Un litre d'essence coûte désormais 1 000 francs CFA (1,5 euros), alors qu'il valait 650 francs CFA (un euro) hier ».

À Tombouctou, prise dimanche et où les hommes du MNLA ont mené l’attaque, l’influence d’Ansar dine semble désormais prédominante. Lundi matin, un membre de l'armée malienne, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a raconté avoir vu entrer des membre du groupe à bord d'un convoi de dix véhicules, puis aller planter le drapeau noir salafiste dans le camp militaire de la ville. « Iyad est venu ce matin avec cinquante véhicules. Ils ont pris la ville, chassé les gens du MNLA qui étaient là, ont brûlé le drapeau du MNLA et ils ont mis leur drapeau au camp militaire de la ville », a affirmé à l’AFP Moussa Haïdara, un caméraman qui a filmé l'entrée dans la ville du rebelle qui veut imposer la charia au Mali. Une  information confirmée par des habitants de la ville, dont le responsable d'un des principaux hôtels de Tombouctou.

(Avec Agences)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mokhtar Belmokhtar, 'le Ben Laden du Sahara'

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Ebola : la France étend ses contrôles aux vols en provenance du Mali

La France a renforcé samedi son dispositif de lutte contre Ebola en étendant ses contrôles de santé, déjà en vigueur pour les passagers des vols directs en provenance de Guinée,[...]

Mali : les illusions perdues de Sirafily Diango

Ancien militant, le dramaturge Sirafily Diango a trouvé une façon de poursuivre la politique par d'autres moyens : l'écriture. Acteur, il sera sur les planches du festival Théâtres des[...]

Mali : des associations portent plainte pour viols et violences sexuelles pendant l'occupation du Nord

Six associations de défense des droits de l’homme ont déposé plainte, mercredi 12 novembre, au nom de 80 victimes de viols et violences sexuelles perpétrés lors de l’occupation des[...]

Mali : deux nouveaux décès causés par Ebola, des dizaines de personnes en quarantaine

Deux personnes - un ressortissant guinéen et un infirmier malien qui l'avait soigné - sont mortes du virus Ebola ces derniers jours dans une clinique de Bamako. Un médecin malien, considéré comme[...]

Mali : le corps d'un officier disparu en 2013 identifié par des tests ADN

Un corps exhumé d'un puits en mars 2014 à Kati, près de Bamako, a été "formellement identifié" par des tests ADN comme étant celui d'un officier malien disparu en 2013[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers