Extension Factory Builder
31/03/2012 à 11:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Roland Rugero, écrivain et journaliste, auteur de Baho ! Roland Rugero, écrivain et journaliste, auteur de Baho ! © DR

L’écrivain burundais de 26 ans, Roland Rugero, publie "Baho !". Une œuvre qui entre en résonance avec "Le Passé devant soi", du Rwandais Gilbert Gatore, paru en 2008. Au centre des deux intrigues : un antihéros muet et "coupable" de tous les maux.

On trouve parfois dans un roman les échos d’une lecture passée, des images et des lignes qui resurgissent. Cela flatte notre mémoire de lecteur et nous réconforte dans l’idée que la littérature est une maison ouverte, dotée de multiples fenêtres par lesquelles les œuvres s’interpellent, se répondent. C’est le cas avec Baho ! (« Vis ! », en kirundi), de Roland Rugero, écrivain et journaliste burundais de 26 ans. Impossible de ne pas penser au bouleversant Passé devant soi, de Gilbert Gatore, paru en 2008 (éd. Phébus) et récompensé du prix Ouest-France – Étonnants voyageurs. C’était le premier roman de ce Rwandais aujourd’hui âgé de 31 ans.

Même génération, et des pays si proches qu’on les dit parfois jumeaux. Le Rwanda, c’est notamment le génocide qu’on ne présente plus, et qui pousse la famille Gatore à se réfugier au Zaïre, en 1994. Le Burundi, c’est aussi une guerre civile, de 1993 à 2006, marquée par une opposition meurtrière entre Hutus et Tutsis : Roland Rugero doit quitter Bujumbura pour le Rwanda, puis la Tanzanie. Mais de cela, il n’est explicitement question dans aucun des deux romans. Qui sont davantage, par le biais d’une fiction assumée, le reflet des traumatismes hérités de ces histoires tragiques.

Ce sont presque les mêmes collines, sur lesquelles paissent les mêmes chèvres, les mêmes moutons ; desquelles suinte le même déni d’innocence depuis que la violence en a inondé les sillons. Ce sont presque les mêmes villages, où le soupçon est dans chaque mot prononcé, la culpabilité dans chaque parole tue. « Sont-ce toutes ces guerres ? interroge Roland Rugero. Le mensonge est venu, c’est-à-dire la division. Brouilles, méfiances, doutes exacerbés par une histoire où se côtoient depuis des décennies massacres et vies brisées. »

D’ailleurs, le personnage principal de Baho ! ne parle pas. Nyamuragi (« muet ») : c’est à la fois son nom et sa condition. L’auteur explique : « Il méprisait la parole, il croyait dans les gestes et la matière, car ses parents n’étaient pas morts d’une longue litanie, mais de machettes et de haine, de cognée mortelle. » Dans Le Passé devant soi, l’antihéros tourmenté, « Niko-le-singe », était lui aussi privé de voix.

Autre point commun : la fuite. Mais alors que Niko vivait reclus dans une caverne pour se dérober à son passé de bourreau, Nyamuragi, lui, court pour ne pas se faire lyncher par une foule en rage qui l’accuse de tentative de viol. Le malheureux ne peut hélas pas expliquer à ses poursuivants – et bientôt procureurs – que ses gesticulations auprès de la jeune fille apeurée n’étaient guidées que par le besoin de trouver un endroit où se soulager d’une envie pressante. Et même s’il pouvait exprimer les arguments de sa défense, qui voudrait seulement le croire ?

Dans Le Passé devant soi, Gatore sondait le sentiment de culpabilité personnel qui rongeait un « innocent », simple d’esprit transformé en tueur par les circonstances. Rugero, lui, adopte la démarche inverse : il s’attaque à la responsabilité collective d’une société qui, usant et abusant de l’arme de la vindicte populaire, cherche à tout prix un fautif à ses maux les plus divers – de sa mauvaise conscience jusqu’à l’absence de pluie…

S’il existe donc des ressemblances troublantes entre les deux romans, ils n’en sont pas moins aussi aboutis l’un que l’autre, et complémentaires dans leur propos. Baho ! vient ainsi prolonger avec une grande justesse les thèmes abordés dans Le Passé devant soi : culpabilité, innocence, justice. De ce dialogue noué avec une autre œuvre, on tirera une leçon, parmi d’autres : l’homme ne doit pas perdre foi en la parole et, a fortiori, en l’écriture. Car c’est par elles que passe la réconciliation.

___

Baho !, de Roland Rugero, Vents d’ailleurs, 112 p., 12 euros
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Mali : accord de Ouagadougou, retour sur un an de blocages

Mali : accord de Ouagadougou, retour sur un an de blocages

La première phase de négociations de paix directes entres les autorités maliennes et les groupes armés du Nord est censée s'ouvrir d'ici à la mi-juillet à Alger. Avant que les bel[...]

Sondage "Jeune Afrique" : vous avez élu Feghouli, Slimani et Enyeama meilleurs joueurs africains du Mondial

Même s'ils n'ont pas passé les huitièmes de finale de la Coupe du monde au Brésil, les Africains n'ont pas à rougir de leurs prestations. Surtout les sélections nigériane et[...]

Copa Barry : "Après Lamouchi, la Côte d'Ivoire a des bases saines"

International ivoirien depuis 2000, Boubacar Barry Copa (34 ans) a disputé au Brésil sa troisième Coupe du Monde avec les Eléphants. Il revient pour Jeune Afrique sur l’élimination des[...]

Racisme : dans une pub, une ONG sud-africaine compare un enfant noir à un chien

Le spot publicitaire de l'ONG Feed a child, qui lutte contre la malnutrition infantile, provoque un tollé depuis début juillet en Afrique du Sud. On y voit une riche femme blanche donnant à manger à un[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Afrique du Sud : Eugene de Kock, assassin du régime d'apartheid, reste en prison

Les autorités sud-africaines ont refusée jeudi la demande de mise en liberté conditionnelle d'Eugene de Kock, un colonel de police responsable d'enlèvements, de torture et d'assassinats d'opposants[...]

Cinéma : silence, en Afrique on ne tourne pas

Unifrance films, l'organisme chargé de la promotion des films français dans le monde, vient de rendre public un rapport sur le cinéma en Afrique. Destiné à évaluer le continent[...]

Le Nigeria suspendu par la Fifa pour ingérence politique

À la suite d'une action en justice lancée par le gouvernement contre la Fédération de football du Nigeria, cette dernière a été suspendue à titre conservatoire par la Fifa.[...]

Où s'arrêtera Atlas Mara ?

Fondé en décembre 2013, le holding d'investissement sera bientôt présent dans six pays d'Afrique subsaharienne. Et ne semble pas vouloir s'en tenir là...[...]

Djibouti : petit écran, jeunes talents

Pour ses 60 ans, la radio-télévision nationale djiboutienne bouscule sa grille. Place au divertissement et à la téléréalité. Avec, en vedette, des programmes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces