Extension Factory Builder
30/03/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. © AFP

De plus en plus acculée, la junte au pouvoir à Bamako demande à la Cedeao de la soutenir pour faire face aux rebelles touaregs au Nord-Mali. Ceux-ci ont pris la ville de Kidal, et menacent désormais directement Tombouctou et Gao.

Après la chute de Kidal, vendredi vers 9 heures 30, qui ouvre la route de Gao aux rebelles touaregs, la junte au pouvoir à Bamako réagit par la voix de son chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo. « La situation est actuellement critique dans le nord du Mali en raison de l'avancée de rebelles touaregs et d'islamistes armés, face auxquels l'armée a besoin du soutien extérieur », a-t-il affirmé au camp militaire de Kati, le QG des putschistes, à 15 km de Bamako.

« Les rebelles continuent à agresser notre pays et terroriser nos populations (...). La situation est à cette heure critique, notre armée a besoin du soutien des amis du Mali pour sauver les populations civiles et sauvegarder l'intégrité territoriale du Mali », a-t-il répété, alors que Tombouctou est également menacé par les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

"Incident malheureux"

Sanogo a également évoqué la brève manifestation de la veille sur le Tarmac de l’aéroport de Bamako, qui a empêché la délégation de chefs d’État de la Cedeao, menée par Alassane Ouattara, d’atterrir dans la capitale malienne. Il a déploré un « incident malheureux indépendant de notre volonté », puis a présenté ses excuses à l’organisation ouest-africaine. À la suite de l’échec de Bamako, celle-ci a tenu jeudi une réunion en urgence à Abidjan, en présence notamment de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, et de Boni Yayi, président en exercice de l’UA. Un ultimatum a été lancé à la junte, la menaçant d’embargo économique et financier si l’ordre constitutionnel n’était pas rétabli « dans les 72 heures ».

« Nous avons compris la position de la Cedeao, nous nous félicitons surtout de la volonté de part et d'autre de continuer à privilégier le dialogue », a poursuivi Sanogo. « Nous réitérons notre invitation à la Cedeao d'approfondir davantage son analyse de la situation du Mali », a-t-il ajouté. Et de conclure : « C'est pour affronter ce défi sécuritaire, celui du redressement de notre démocratie avec un processus rapide de normalisation à travers l'organisation d'élections libres et transparentes, avec une restauration de l'État, que nous invitons une fois de plus les États de la Cédéao, la communauté internationale à soutenir les populations maliennes et la junte ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : 'Boko Haram nous concerne tous'

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant qu’[...]

Mali : au moins trois morts dans une manifestation anti-Minusma à Gao

Au moins trois personnes ont été tuées mardi à Gao, dans le nord du Mali, pendant une manifestation contre la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), accusée de tenter d'affaiblir des groupes[...]

Mali : que viennent faire les leaders de la société civile en Europe ?

Une délégation de la société civile malienne est attendue lundi à Paris où elle doit avoir des échanges avec les autorités françaises, avant de se rendre en Allemagne[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Deux ans après l'opération Serval, où en est l'armée malienne ?

Le 11 janvier 2013, l'armée française intervenait au Mali pour aider les militaires maliens à défendre leur territoire face à l'assaut des groupes jihadistes vers le sud du pays. Deux ans plus[...]

Le Mali refuse d'inhumer Amédy Coulibaly, le tueur de l'Hyper Cacher à Paris

Amédy Coulibaly, le preneur d'otages du supermarché casher de Paris, devait être enterré au Mali, pays où ses parents sont nés. Mais, selon le quotidien français "Le[...]

CAN 2015 : Le Mali et le Cameroun dos à dos

 Pas de vainqueur dans le choc entre le Mali et le Cameroun dans le groupe D (1-1). Les Aigles pensaient tenir leur victoire mais les Lions Indomptables ont égalisé en fin de partie. La "poule de la[...]

Mali : Modibo Keïta, un nouveau Premier ministre cool et old school

À peine nommé Premier ministre du Mali, Modibo Keïta a déjà réussi un exploit : contenter simultanément le gouvernement, l'opposition et les groupes armés. Cela[...]

Fin de l'épidémie d'Ebola au Mali

Après plus quarante jours de surveillance sans cas confirmés, le Mali en a officiellement fini dimanche avec l'épidémie d'Ebola sur son territoire.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120330155209 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120330155209 from 172.16.0.100