Extension Factory Builder
30/03/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. © AFP

De plus en plus acculée, la junte au pouvoir à Bamako demande à la Cedeao de la soutenir pour faire face aux rebelles touaregs au Nord-Mali. Ceux-ci ont pris la ville de Kidal, et menacent désormais directement Tombouctou et Gao.

Après la chute de Kidal, vendredi vers 9 heures 30, qui ouvre la route de Gao aux rebelles touaregs, la junte au pouvoir à Bamako réagit par la voix de son chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo. « La situation est actuellement critique dans le nord du Mali en raison de l'avancée de rebelles touaregs et d'islamistes armés, face auxquels l'armée a besoin du soutien extérieur », a-t-il affirmé au camp militaire de Kati, le QG des putschistes, à 15 km de Bamako.

« Les rebelles continuent à agresser notre pays et terroriser nos populations (...). La situation est à cette heure critique, notre armée a besoin du soutien des amis du Mali pour sauver les populations civiles et sauvegarder l'intégrité territoriale du Mali », a-t-il répété, alors que Tombouctou est également menacé par les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

"Incident malheureux"

Sanogo a également évoqué la brève manifestation de la veille sur le Tarmac de l’aéroport de Bamako, qui a empêché la délégation de chefs d’État de la Cedeao, menée par Alassane Ouattara, d’atterrir dans la capitale malienne. Il a déploré un « incident malheureux indépendant de notre volonté », puis a présenté ses excuses à l’organisation ouest-africaine. À la suite de l’échec de Bamako, celle-ci a tenu jeudi une réunion en urgence à Abidjan, en présence notamment de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, et de Boni Yayi, président en exercice de l’UA. Un ultimatum a été lancé à la junte, la menaçant d’embargo économique et financier si l’ordre constitutionnel n’était pas rétabli « dans les 72 heures ».

« Nous avons compris la position de la Cedeao, nous nous félicitons surtout de la volonté de part et d'autre de continuer à privilégier le dialogue », a poursuivi Sanogo. « Nous réitérons notre invitation à la Cedeao d'approfondir davantage son analyse de la situation du Mali », a-t-il ajouté. Et de conclure : « C'est pour affronter ce défi sécuritaire, celui du redressement de notre démocratie avec un processus rapide de normalisation à travers l'organisation d'élections libres et transparentes, avec une restauration de l'État, que nous invitons une fois de plus les États de la Cédéao, la communauté internationale à soutenir les populations maliennes et la junte ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre 'plusieurs semaines'

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali "[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête s'annonce délicate

Le travail des enquêteurs, notamment français, attendus samedi sur le site du crash d'un avion ayant fait 118 victimes dans le nord du Mali s'annonce délicat en raison de la désintégration de[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers