Extension Factory Builder
30/03/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. © AFP

De plus en plus acculée, la junte au pouvoir à Bamako demande à la Cedeao de la soutenir pour faire face aux rebelles touaregs au Nord-Mali. Ceux-ci ont pris la ville de Kidal, et menacent désormais directement Tombouctou et Gao.

Après la chute de Kidal, vendredi vers 9 heures 30, qui ouvre la route de Gao aux rebelles touaregs, la junte au pouvoir à Bamako réagit par la voix de son chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo. « La situation est actuellement critique dans le nord du Mali en raison de l'avancée de rebelles touaregs et d'islamistes armés, face auxquels l'armée a besoin du soutien extérieur », a-t-il affirmé au camp militaire de Kati, le QG des putschistes, à 15 km de Bamako.

« Les rebelles continuent à agresser notre pays et terroriser nos populations (...). La situation est à cette heure critique, notre armée a besoin du soutien des amis du Mali pour sauver les populations civiles et sauvegarder l'intégrité territoriale du Mali », a-t-il répété, alors que Tombouctou est également menacé par les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

"Incident malheureux"

Sanogo a également évoqué la brève manifestation de la veille sur le Tarmac de l’aéroport de Bamako, qui a empêché la délégation de chefs d’État de la Cedeao, menée par Alassane Ouattara, d’atterrir dans la capitale malienne. Il a déploré un « incident malheureux indépendant de notre volonté », puis a présenté ses excuses à l’organisation ouest-africaine. À la suite de l’échec de Bamako, celle-ci a tenu jeudi une réunion en urgence à Abidjan, en présence notamment de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, et de Boni Yayi, président en exercice de l’UA. Un ultimatum a été lancé à la junte, la menaçant d’embargo économique et financier si l’ordre constitutionnel n’était pas rétabli « dans les 72 heures ».

« Nous avons compris la position de la Cedeao, nous nous félicitons surtout de la volonté de part et d'autre de continuer à privilégier le dialogue », a poursuivi Sanogo. « Nous réitérons notre invitation à la Cedeao d'approfondir davantage son analyse de la situation du Mali », a-t-il ajouté. Et de conclure : « C'est pour affronter ce défi sécuritaire, celui du redressement de notre démocratie avec un processus rapide de normalisation à travers l'organisation d'élections libres et transparentes, avec une restauration de l'État, que nous invitons une fois de plus les États de la Cédéao, la communauté internationale à soutenir les populations maliennes et la junte ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces