Extension Factory Builder
30/03/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. Le capitaine Amadou Haya Sanogo a renversé ATT le 22 mars 2012. © AFP

De plus en plus acculée, la junte au pouvoir à Bamako demande à la Cedeao de la soutenir pour faire face aux rebelles touaregs au Nord-Mali. Ceux-ci ont pris la ville de Kidal, et menacent désormais directement Tombouctou et Gao.

Après la chute de Kidal, vendredi vers 9 heures 30, qui ouvre la route de Gao aux rebelles touaregs, la junte au pouvoir à Bamako réagit par la voix de son chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo. « La situation est actuellement critique dans le nord du Mali en raison de l'avancée de rebelles touaregs et d'islamistes armés, face auxquels l'armée a besoin du soutien extérieur », a-t-il affirmé au camp militaire de Kati, le QG des putschistes, à 15 km de Bamako.

« Les rebelles continuent à agresser notre pays et terroriser nos populations (...). La situation est à cette heure critique, notre armée a besoin du soutien des amis du Mali pour sauver les populations civiles et sauvegarder l'intégrité territoriale du Mali », a-t-il répété, alors que Tombouctou est également menacé par les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

"Incident malheureux"

Sanogo a également évoqué la brève manifestation de la veille sur le Tarmac de l’aéroport de Bamako, qui a empêché la délégation de chefs d’État de la Cedeao, menée par Alassane Ouattara, d’atterrir dans la capitale malienne. Il a déploré un « incident malheureux indépendant de notre volonté », puis a présenté ses excuses à l’organisation ouest-africaine. À la suite de l’échec de Bamako, celle-ci a tenu jeudi une réunion en urgence à Abidjan, en présence notamment de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, et de Boni Yayi, président en exercice de l’UA. Un ultimatum a été lancé à la junte, la menaçant d’embargo économique et financier si l’ordre constitutionnel n’était pas rétabli « dans les 72 heures ».

« Nous avons compris la position de la Cedeao, nous nous félicitons surtout de la volonté de part et d'autre de continuer à privilégier le dialogue », a poursuivi Sanogo. « Nous réitérons notre invitation à la Cedeao d'approfondir davantage son analyse de la situation du Mali », a-t-il ajouté. Et de conclure : « C'est pour affronter ce défi sécuritaire, celui du redressement de notre démocratie avec un processus rapide de normalisation à travers l'organisation d'élections libres et transparentes, avec une restauration de l'État, que nous invitons une fois de plus les États de la Cédéao, la communauté internationale à soutenir les populations maliennes et la junte ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mali : le Prytanée militaire de Kati, école d'excellence de l'armée

Sanogo, Dacko, Fané... Tous sortent du même moule : le Prytanée militaire de Kati. Un établissement d'excellence hérité de l'époque coloniale où l'on apprend[...]

Mali - Moctar Mariko : "Les libérations d'auteurs présumés de violences nous atterrent"

La libération, le 15 août dernier, de l'ancien juge islamique de Tombouctou - notamment responsable d'avoir fait pratiquer des amputations -, a suscité les protestations de l'Association malienne des droits de[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex