Extension Factory Builder
29/03/2012 à 20:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En attaquant Tombouctou et Kidal, les rebelles touaregs risquent de déclencher une guerre civile. En attaquant Tombouctou et Kidal, les rebelles touaregs risquent de déclencher une guerre civile. © AFP

La rébellion touarègue a décidé de pousser son avantage dans le Nord-Mali, profitant de la désorganisation de l'armée malienne qui s'est emparée du pouvoir par un coup d'État le 22 mars dernier. Un groupe du MNLA menace Tombouctou tandis qu'une autre partie de ses troupes a pris d'assaut Kidal avec l'aide du mouvement salafiste Ansar dine de Iyad Ag Ghali.

La tension est à son comble à Tombouctou, que les rebelles du Mouvement de libération national de l’Azawad (MNLA) menacent de prendre d’assaut. Mardi 27 mars, une délégation de la communauté bérabiche de la « cité aux 333 saints » a rencontré des responsables du MNLA dans la localité de Agouni, à 30 km au nord de la ville, pour leur demander de renoncer à leur projet. Les rebelles ne leur ont laissé que trois choix.

En substance : soit les membres de la communauté bérabiche font eux-mêmes déguerpir les soldats maliens, dont beaucoup sont originaires du sud du pays, soit ils laissent le MNLA s’en charger, ou encore - dernière option - ils se préparent à une attaque de la rébellion.

Milices armées

« Nous avons choisi la dernière option. Nous nous battrons pour nos richesses car nous ne voulons pas de pillages comme en 1990. Nous ne soutenons pas la junte non plus, qu’ils viennent se battre ici au lieu de mettre la pagaille à Bamako ! » s’emporte un notable de la région qui assure que les milices bérabiches sont « armées » et prêtes à en découdre. Autre hantise des bérabiches, souvent clairs de peau : être mis par les sudistes dans le même sac que les rebelles touaregs, dont ils rejetent les objectifs, les accusant de « jeter le Mali dans la guerre civile entre communautés ».

Les menaces du MNLA sont d’autant plus sérieuses que les rebelles et leurs alliés salafistes du groupe Ansar dine de Iyad Ag Ghali sont, eux, déjà entrés en action à 500 kilomètres au nord-est de Tombouctou, à Kidal. « Nous sommes en train d'être attaqués par les rebelles et des hommes d'Iyad. Nous sommes en train de nous défendre », a déclaré dans l’après-midi un militaire malien joint par l'AFP. Une information confirmée par un combattant d’Ansar dine.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako, avec Jeune Afrique

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux personnes ont été tuées par balles près de Gao, au nord du Mali, dans une attaque contre un convoi de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) vendredi soir, trois jours après un attentat-su[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Ces otages occidentaux que les forces spéciales étrangères n'ont pas réussi à libérer en Afrique

Avant ce week-end et la libération réussie de l'otage néerlandais Sjaak Rijke, détenu depuis plus de trois ans par Aqmi au Mali, plusieurs Occidentaux ont perdu la vie en Afrique lors[...]

Mali : ce qu'il faut savoir de la libération de l'otage néerlandais Sjaak Rijke

Le Néerlandais Sjaak Rijke, retenu en otage par le groupe islamiste Aqmi depuis novembre 2011, a été libéré lundi à l'aube lors d'une opération des forces spéciales[...]

Un otage néerlandais libéré par l'armée française au Mali

Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais détenu par le groupe islamiste Aqmi lors d'une opération lundi matin dans le nord du Mali, a annoncé le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120329194353 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120329194353 from 172.16.0.100