Extension Factory Builder
29/03/2012 à 20:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En attaquant Tombouctou et Kidal, les rebelles touaregs risquent de déclencher une guerre civile. En attaquant Tombouctou et Kidal, les rebelles touaregs risquent de déclencher une guerre civile. © AFP

La rébellion touarègue a décidé de pousser son avantage dans le Nord-Mali, profitant de la désorganisation de l'armée malienne qui s'est emparée du pouvoir par un coup d'État le 22 mars dernier. Un groupe du MNLA menace Tombouctou tandis qu'une autre partie de ses troupes a pris d'assaut Kidal avec l'aide du mouvement salafiste Ansar dine de Iyad Ag Ghali.

La tension est à son comble à Tombouctou, que les rebelles du Mouvement de libération national de l’Azawad (MNLA) menacent de prendre d’assaut. Mardi 27 mars, une délégation de la communauté bérabiche de la « cité aux 333 saints » a rencontré des responsables du MNLA dans la localité de Agouni, à 30 km au nord de la ville, pour leur demander de renoncer à leur projet. Les rebelles ne leur ont laissé que trois choix.

En substance : soit les membres de la communauté bérabiche font eux-mêmes déguerpir les soldats maliens, dont beaucoup sont originaires du sud du pays, soit ils laissent le MNLA s’en charger, ou encore - dernière option - ils se préparent à une attaque de la rébellion.

Milices armées

« Nous avons choisi la dernière option. Nous nous battrons pour nos richesses car nous ne voulons pas de pillages comme en 1990. Nous ne soutenons pas la junte non plus, qu’ils viennent se battre ici au lieu de mettre la pagaille à Bamako ! » s’emporte un notable de la région qui assure que les milices bérabiches sont « armées » et prêtes à en découdre. Autre hantise des bérabiches, souvent clairs de peau : être mis par les sudistes dans le même sac que les rebelles touaregs, dont ils rejetent les objectifs, les accusant de « jeter le Mali dans la guerre civile entre communautés ».

Les menaces du MNLA sont d’autant plus sérieuses que les rebelles et leurs alliés salafistes du groupe Ansar dine de Iyad Ag Ghali sont, eux, déjà entrés en action à 500 kilomètres au nord-est de Tombouctou, à Kidal. « Nous sommes en train d'être attaqués par les rebelles et des hommes d'Iyad. Nous sommes en train de nous défendre », a déclaré dans l’après-midi un militaire malien joint par l'AFP. Une information confirmée par un combattant d’Ansar dine.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako, avec Jeune Afrique

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mali : le Prytanée militaire de Kati, école d'excellence de l'armée

Sanogo, Dacko, Fané... Tous sortent du même moule : le Prytanée militaire de Kati. Un établissement d'excellence hérité de l'époque coloniale où l'on apprend[...]

Mali - Moctar Mariko : "Les libérations d'auteurs présumés de violences nous atterrent"

La libération, le 15 août dernier, de l'ancien juge islamique de Tombouctou - notamment responsable d'avoir fait pratiquer des amputations -, a suscité les protestations de l'Association malienne des droits de[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex