Extension Factory Builder
27/03/2012 à 15:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bertrand Marchand, entraîneur du Raja Casablanca au Maroc. Bertrand Marchand, entraîneur du Raja Casablanca au Maroc. © AFP

Le Raja Casablanca a subi dimanche 25 mars à Kumasi une humiliante défaite (0-5) face aux Ghanéens de Berekum Chelsea, en 16e de finale aller de la Ligue des champions. Bertrand Marchand, l’entraîneur du champion du Maroc, avance quelques explications, et assure que son équipe réagira lors du match retour le 7 avril.

Jeune Afrique : Que s’est-il passé dimanche 25 mars à Kumasi au Ghana ?

Bertrand Marchand : C’était une journée sans pour le Raja Casablanca, dans un contexte difficile, sur un terrain sec et bosselé. Nous avons trouvé en face de nous un adversaire de qualité, qui a tenté et a eu de la réussite. L’équipe s’est écroulée en seconde période, en encaissant quatre buts, dont un penalty discutable. Il nous manquait aussi plusieurs joueurs expérimentés, comme Erbate, El-Moubarki et Soulaimani. Enfin, certains des joueurs présents sur le terrain n’avaient jamais joué en Ligue des Champions.

N’avez-vous pas pris votre adversaire à la légère ?

Non. Nous n'avons pas sous-estimé les Ghanéens de Berekum Chelsea. C'est l'un des meilleurs pays du continent, il produit de très bons joueurs, et nous savions que Berekum était un adversaire dangereux.

Quelles sont vos chances de vous qualifier ?

Faibles, bien sûr. 10 %, peut-être. Mais on fera tout pour gagner ce match et tenter de réussir un incroyable exploit. On réagira, croyez-moi.

Vous sentez-vous menacé après cette défaite ?

Non, car les dirigeants savent que le Raja, même s’il fait partie des outsiders de la Ligue des Champions, ne peut pas rivaliser avec certains clubs. Il est obligé de vendre ses meilleurs éléments pour vivre. On va surtout se concentrer sur le championnat national, pour tenter de conserver notre titre. Le Raja est troisième, à six points du FUS Rabat. Quand je suis arrivé en octobre, l’équipe était en difficulté. Je pense faire du bon travail. Et les dirigeants semblent vouloir que je prolonge mon contrat, qui s’achèvera en juin.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers