Extension Factory Builder
24/03/2012 à 08:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Gabonais Pierre Aubameyang (à d.) fête son but face à la Tunisie, le 31 janvier. Le Gabonais Pierre Aubameyang (à d.) fête son but face à la Tunisie, le 31 janvier. © AFP

Un journaliste de CANAL+ a partagé le quotidien de la sélection gabonaise de football lors de la Coupe d’Afrique des nations 2012, que le pays organisait conjointement avec la Guinée équatoriale.  Produit par Canal plus Afrique, le documentaire qui en a été tiré, "Au cœur des panthères", est diffusé en Afrique à partir du 24 mars sur la chaîne cryptée.

Lundi 23 janvier 2012. Le Gabon affronte le Niger pour son premier match de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012, remportée par la Zambie. Dans le bus qui mène la sélection nationale au Stade de l’Amitié de Libreville, des joueurs chantent, certains prient, d’autres s’évadent par la musique. Dans la rue, au passage du bus, les voitures s’arrêtent, les badauds saluent leurs héros. Une scène extraite du documentaire « Au cœur des panthères », produit par Canal + Afrique et que la chaîne cryptée diffuse à partir du 24 mars.

c'est le journaliste de CANAL + Théo Shuster qui a suivi la sélection nationale gabonaise pendant la compétition, de sa préparation jusqu’au quart de finale perdu contre le Mali.  Au plus près des joueurs, jusque dans les vestiaires quelques mintes avant le début des matchs. Ou comment vivre le quotidien d’un groupe de l'intérieur : les causeries de l’entraîneur Gernot Rohr, les loisirs et les divertissements des joueurs, l’attente entre les matchs. On aperçoit les footballeurs se coiffer avant les matchs, et même le président Ali Bongo Odimba danser (Voir extrait vidéo ci dessous).


La grande qualité du documentaire vient de son aspect très neutre. Le réalisateur prend son temps, laissant ainsi le téléspectateur s’imprégner de l’ambiance, la buée peut envahir l’écran de la caméra. Les séquences sont longues, dans le bus des joueurs, dans les vestiaires de l’équipe. Le regard du réalisateur s’efface peu à peu comme si l’équipe du Gabon s’appropriait le film.

Le moment fort du film est sans surprise l’épique victoire des Panthères contre le Maroc, lors de leur deuxième match de poule. Une victoire trois buts à deux acquise dans les arrêts de jeu et synonyme de qualification pour les quarts de finale. Les images de CANAL + montrent parfaitement la folie d’un match, la joie d’un peuple, et l’émotion d’un groupe. Après le match, les joueurs célèbrent leur victoire pendant de longues minutes, chantant et dansant, puis regagnent leur bus dans la confusion, torse nu, sans même s’être douchés.

On retiendra aussi les retrouvailles avec Alain Giresse, ancien entraîneur du Gabon, et la longue accolade entre l’actuel sélectionneur du Mali et le défenseur central des Panthères Ecuele Manga. Un homme dont Roguy Meyé dit qu’« il a beaucoup apporté au peuple gabonais ».

Et puis, il y a la tristesse de l’élimination aux tirs au but contre ce même Mali. Le regard hagard du président Ali Bongo après le penalty raté par un Pierre-Emeryc Aubameyang que rien ne consolera. Et, tout à la fin, la tristesse d’un vestiaire.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : Franceville blues

Gabon : Franceville blues

Dans le fief de l'ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba, les demeures laissées à l'abandon illustrent le changement d'ère. Les cartes du pouvoir sont aujourd'hui redistribuées.[...]

Assises sociales au Gabon : un pacte en trois actes

À l'issue des Assises sociales, qui se sont tenues à Libreville les 25 et 26 avril, le chef de l'État a annoncé les mesures concrètes qu'il avait[...]

Corruption au Gabon : la fête est-elle finie ?

Les magistrats seront-ils libres de mener l'opération "mains propres" ? Une campagne anticorruption qui menace l'opposition comme la majorité.[...]

Gabon - Ali Bongo Ondimba : "Le temps de l'impunité est révolu"

Bilan, gouvernement, réformes, opposition, présidentielle 2016, corruption, Centrafrique, France... Cinq ans après son élection, le chef de l'État gabonais s'explique.[...]

Gabon : ministres en sursis

Une demi-douzaine de ministres gabonais sont menacés de limogeage, pour différentes raisons. Explications.[...]

Gabon : Minkébé, dernière frontière sauvage

Le parc national de Minkébé est l'un des rares à être inhabité. Afin de préserver ses richesses, les brigades de la jungle ne doivent jamais baisser la garde.[...]

Gabon : septentrion désenchanté

Chômage, sida, exode rural... La province gabonaise a perdu de son panache. Elle reprend peu à peu des couleurs grâce à la relance des activités économiques et à la mise[...]

Gabon : un système de santé encore fébrile

L'État a investi massivement dans les hôpitaux et les centres de santé sur tout le territoire. Reste à trouver les médecins qualifiés et le personnel soignant pour les faire[...]

Gabon : Ona Ondo, Monsieur Loyal

Le troisième Premier ministre, Ona Ondo, d'Ali Bongo Ondimba doit mettre en oeuvre le nouveau contrat social et regagner sa province d'origine, le Woleu-Ntem, à la cause présidentielle.[...]

Jean Fidèle Otandault : "Certains doutaient de notre volonté de faire le ménage" au Gabon

Ses pouvoirs d'investigation ont porté leurs fruits. Le directeur général du contrôle des ressources publiques a mis le doigt sur les failles et les incohérences du système[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex