Extension Factory Builder
22/03/2012 à 08:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats mutins dans les rues de Bamako, mercredi 21 mars. Des soldats mutins dans les rues de Bamako, mercredi 21 mars. © Habibou Kouyate/AFP

La mutinerie des militaires maliens de la garnison de Kati, à Bamako, a finalement débouché sur le vide constitutionnel. Après de violents combats dans la nuit près de la présidence, une junte dirigée par le capitaine Amadou Sanogo a annoncé jeudi matin dans un message à la radio-télévision nationale avoir suspendu les institutions et décrété un couvre-feu. Le président Amadou Toumani Touré (ATT) reste quant à lui introuvable.

Un militaire renversé par d'autres militaires dans un scénario à la nigérienne ? Présentée en exemple sur le continent, la démocratie malienne s'est réveillée jeudi matin avec la gueule de bois, à un mois du premier tour de la présidentielle. Après une journée de mutinerie à Bamako, où les soldats rebelles ont terrorisé les habitants en ouvrant le feu dans les rues, en prenant d'assaut le palais présidentiel et en occupant le siège de la radio-télévision nationale, l'ordre constitutionnel est finalement tombé.

En raison, apparemment, d'un problème technique, l'allocution du porte-parole de la junte,  lieutenant Amadou Konaré, n'a pu être prononcée que vers six heures du matin sur les ondes de l'Office de la radio-télévision malienne (ORTM). Entouré d'une dizaine d'autres militaires, celui-ci a affirmé que les putshistes avaient agi pour faire face « à l'incapacité » du président ATT « à gérer la crise au nord de notre pays », confronté à une rébellion touarègue depuis la mi-janvier et aux activités de groupes islamistes armés tels que Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon une source indépendante, ATT « et ses hommes ne sont plus au palais », où des combats à l'arme lourde ont eu lieu dans la soirée de mardi.

"Manque de matériel"

Des coups de feu étaient toujours entendus jeudi matin dans le centre de Bamako. Une des principales justification du coup d'État serait le « manque de matériel adéquat pour la défense du territoire national » par l'armée malienne et « l'incapacité du pouvoir à lutter contre le terrorisme », a affirmé le lieutenant Konaré. Les militaires mutins sont regroupés au sein d'un Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'État (CNRDRE). Son chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo, a ensuite pris la parole et annoncé que « toutes les institutions » avaient été suspendues, dont « la Constitution » et qu'un couvre-feu avait été décrété à compter de ce jeudi. Selon lui, la junte a « pris l'engagement solennel de restaurer le pouvoir » aux civils et de mettre en place un gouvernement d'union nationale.

« Nous contrôlons le palais présidentiel », avait auparavant annoncé un soldat mutin sous couvert de l'anonymat. Un autre affirmait que plusieurs personnalités du gouvernement, dont le ministre des Affaires étrangères Soumeylou Boubèye Maïga et celui de l'Administration du territoire, Kafougouna Koné, avaient été arrêtées.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers