Extension Factory Builder
22/03/2012 à 08:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats mutins dans les rues de Bamako, mercredi 21 mars. Des soldats mutins dans les rues de Bamako, mercredi 21 mars. © Habibou Kouyate/AFP

La mutinerie des militaires maliens de la garnison de Kati, à Bamako, a finalement débouché sur le vide constitutionnel. Après de violents combats dans la nuit près de la présidence, une junte dirigée par le capitaine Amadou Sanogo a annoncé jeudi matin dans un message à la radio-télévision nationale avoir suspendu les institutions et décrété un couvre-feu. Le président Amadou Toumani Touré (ATT) reste quant à lui introuvable.

Un militaire renversé par d'autres militaires dans un scénario à la nigérienne ? Présentée en exemple sur le continent, la démocratie malienne s'est réveillée jeudi matin avec la gueule de bois, à un mois du premier tour de la présidentielle. Après une journée de mutinerie à Bamako, où les soldats rebelles ont terrorisé les habitants en ouvrant le feu dans les rues, en prenant d'assaut le palais présidentiel et en occupant le siège de la radio-télévision nationale, l'ordre constitutionnel est finalement tombé.

En raison, apparemment, d'un problème technique, l'allocution du porte-parole de la junte,  lieutenant Amadou Konaré, n'a pu être prononcée que vers six heures du matin sur les ondes de l'Office de la radio-télévision malienne (ORTM). Entouré d'une dizaine d'autres militaires, celui-ci a affirmé que les putshistes avaient agi pour faire face « à l'incapacité » du président ATT « à gérer la crise au nord de notre pays », confronté à une rébellion touarègue depuis la mi-janvier et aux activités de groupes islamistes armés tels que Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon une source indépendante, ATT « et ses hommes ne sont plus au palais », où des combats à l'arme lourde ont eu lieu dans la soirée de mardi.

"Manque de matériel"

Des coups de feu étaient toujours entendus jeudi matin dans le centre de Bamako. Une des principales justification du coup d'État serait le « manque de matériel adéquat pour la défense du territoire national » par l'armée malienne et « l'incapacité du pouvoir à lutter contre le terrorisme », a affirmé le lieutenant Konaré. Les militaires mutins sont regroupés au sein d'un Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'État (CNRDRE). Son chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo, a ensuite pris la parole et annoncé que « toutes les institutions » avaient été suspendues, dont « la Constitution » et qu'un couvre-feu avait été décrété à compter de ce jeudi. Selon lui, la junte a « pris l'engagement solennel de restaurer le pouvoir » aux civils et de mettre en place un gouvernement d'union nationale.

« Nous contrôlons le palais présidentiel », avait auparavant annoncé un soldat mutin sous couvert de l'anonymat. Un autre affirmait que plusieurs personnalités du gouvernement, dont le ministre des Affaires étrangères Soumeylou Boubèye Maïga et celui de l'Administration du territoire, Kafougouna Koné, avaient été arrêtées.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers