Extension Factory Builder
21/03/2012 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiken Jah Fakoly visite une usine d'aliments pour bébés au Burkina Faso, le 19 mars 2012. Tiken Jah Fakoly visite une usine d'aliments pour bébés au Burkina Faso, le 19 mars 2012. © AFP

Le chanteur de reggae Tiken Jah Fakoly prête sa notoriété à une noble cause. Lors d'une visite au Burkina faso à l'invitation de l’ONG Action contre la faim (ACF), la star ivoirienne a lancé un appel à la communauté internationale pour lutter contre la crise alimentaire qui touche le Sahel.

Invité par l’ONG Action contre la faim (ACF) pendant deux jours au Burkina Faso, l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly a tiré la sonnette d’alarme au sujet de la crise alimentaire en cours au Sahel, et a lancé un appel à la communauté internationale. « Je suis inquiet après ce que j'ai vu, a-t-il dit. Si on arrive à faire les choses maintenant, on peut éviter que des enfants meurent ».

Le chanteur de reggae a visité mardi des marchés de céréales et de bovins de la région de Diapaga (300 km au nord-est de Ouagadougou), proche des frontières du Niger et du Bénin. L’occasion de constater l’appauvrissement des étals, de moins en moins approvisionnés, et de s’entretenir avec les villageois, premières victimes des mauvaises récoltes.

Parmi ces derniers, Boureima Diallo était venu vendre un bélier pour nourrir les siens. Il a confié sa détresse au chanteur : « Nous n'avons rien récolté cette année. C'est très difficile en ce moment pour notre famille de 15 membres ». Même son de cloche chez les acheteurs de bétail. « Il n'y a plus rien ici à cause du manque d'eau et de pâturage (...). Tous les bœufs sont partis », se désole à son tour Hassan Bollé. À cause de la mauvaise saison des pluies, le déficit céréalier atteint 34% dans la région.

Malnutrition

Quelques heures plus tard, Fakoly était en visite dans un centre de santé villageois soutenu par ACF. Arborant un t-shirt aux couleurs rastas, le chanteur a encouragé les mères à amener leurs enfants se faire soigner. « Je vous félicite, je vous remercie d'avoir amené vos enfants dans ce centre de santé pour les faire examiner », leur a-t-il dit.

« C'est un signe d'amour que vous témoignez pour vos enfants et c'est aussi un signe d'amour pour le Burkina Faso et l'Afrique parce que ces enfants, s'ils sont en bonne santé, représentent l'avenir du Burkina Faso et de l'Afrique », a-t-il ajouté devant les quelque 150 femmes présentes et leurs enfants en bas âge, amaigris, la plupart souffrant de malnutrition.

Selon les chiffres d’Action contre la faim, au moins 10 millions de personnes sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire dans le Sahel. Beaucoup de pays sont concernés : Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et maintenant Burkina Faso, où 1.7 millions de personnes seraient en danger à cause des pénuries d'eau et de nourriture, selon le bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Une situation aggravée par l'afflux de milliers de réfugiés fuyant les combats au Nord-Mali.

(Avec AFP)

Reportage réalisé par Action Contre la Faim sur Tiken Jah Fakoly au Burkina Faso

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire m[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Burkina Faso : qui a peur de la tombe de Thomas Sankara ?

Le 2 avril prochain, le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononcera sur la demande d'identification du corps qui se trouve dans la tombe supposée de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers