Extension Factory Builder
21/03/2012 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiken Jah Fakoly visite une usine d'aliments pour bébés au Burkina Faso, le 19 mars 2012. Tiken Jah Fakoly visite une usine d'aliments pour bébés au Burkina Faso, le 19 mars 2012. © AFP

Le chanteur de reggae Tiken Jah Fakoly prête sa notoriété à une noble cause. Lors d'une visite au Burkina faso à l'invitation de l’ONG Action contre la faim (ACF), la star ivoirienne a lancé un appel à la communauté internationale pour lutter contre la crise alimentaire qui touche le Sahel.

Invité par l’ONG Action contre la faim (ACF) pendant deux jours au Burkina Faso, l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly a tiré la sonnette d’alarme au sujet de la crise alimentaire en cours au Sahel, et a lancé un appel à la communauté internationale. « Je suis inquiet après ce que j'ai vu, a-t-il dit. Si on arrive à faire les choses maintenant, on peut éviter que des enfants meurent ».

Le chanteur de reggae a visité mardi des marchés de céréales et de bovins de la région de Diapaga (300 km au nord-est de Ouagadougou), proche des frontières du Niger et du Bénin. L’occasion de constater l’appauvrissement des étals, de moins en moins approvisionnés, et de s’entretenir avec les villageois, premières victimes des mauvaises récoltes.

Parmi ces derniers, Boureima Diallo était venu vendre un bélier pour nourrir les siens. Il a confié sa détresse au chanteur : « Nous n'avons rien récolté cette année. C'est très difficile en ce moment pour notre famille de 15 membres ». Même son de cloche chez les acheteurs de bétail. « Il n'y a plus rien ici à cause du manque d'eau et de pâturage (...). Tous les bœufs sont partis », se désole à son tour Hassan Bollé. À cause de la mauvaise saison des pluies, le déficit céréalier atteint 34% dans la région.

Malnutrition

Quelques heures plus tard, Fakoly était en visite dans un centre de santé villageois soutenu par ACF. Arborant un t-shirt aux couleurs rastas, le chanteur a encouragé les mères à amener leurs enfants se faire soigner. « Je vous félicite, je vous remercie d'avoir amené vos enfants dans ce centre de santé pour les faire examiner », leur a-t-il dit.

« C'est un signe d'amour que vous témoignez pour vos enfants et c'est aussi un signe d'amour pour le Burkina Faso et l'Afrique parce que ces enfants, s'ils sont en bonne santé, représentent l'avenir du Burkina Faso et de l'Afrique », a-t-il ajouté devant les quelque 150 femmes présentes et leurs enfants en bas âge, amaigris, la plupart souffrant de malnutrition.

Selon les chiffres d’Action contre la faim, au moins 10 millions de personnes sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire dans le Sahel. Beaucoup de pays sont concernés : Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et maintenant Burkina Faso, où 1.7 millions de personnes seraient en danger à cause des pénuries d'eau et de nourriture, selon le bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Une situation aggravée par l'afflux de milliers de réfugiés fuyant les combats au Nord-Mali.

(Avec AFP)

Reportage réalisé par Action Contre la Faim sur Tiken Jah Fakoly au Burkina Faso

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient 'Timbuktu' en compétition officielle

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Burkina - Michel Kafando : "La rue est toujours pressée"

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de président de la transition, Michel Kafando s'est confié à "Jeune Afrique". Un entretien exclusif à retrouver dans le n°2823,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120321105406 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120321105406 from 172.16.0.100