Extension Factory Builder
21/03/2012 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiken Jah Fakoly visite une usine d'aliments pour bébés au Burkina Faso, le 19 mars 2012. Tiken Jah Fakoly visite une usine d'aliments pour bébés au Burkina Faso, le 19 mars 2012. © AFP

Le chanteur de reggae Tiken Jah Fakoly prête sa notoriété à une noble cause. Lors d'une visite au Burkina faso à l'invitation de l’ONG Action contre la faim (ACF), la star ivoirienne a lancé un appel à la communauté internationale pour lutter contre la crise alimentaire qui touche le Sahel.

Invité par l’ONG Action contre la faim (ACF) pendant deux jours au Burkina Faso, l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly a tiré la sonnette d’alarme au sujet de la crise alimentaire en cours au Sahel, et a lancé un appel à la communauté internationale. « Je suis inquiet après ce que j'ai vu, a-t-il dit. Si on arrive à faire les choses maintenant, on peut éviter que des enfants meurent ».

Le chanteur de reggae a visité mardi des marchés de céréales et de bovins de la région de Diapaga (300 km au nord-est de Ouagadougou), proche des frontières du Niger et du Bénin. L’occasion de constater l’appauvrissement des étals, de moins en moins approvisionnés, et de s’entretenir avec les villageois, premières victimes des mauvaises récoltes.

Parmi ces derniers, Boureima Diallo était venu vendre un bélier pour nourrir les siens. Il a confié sa détresse au chanteur : « Nous n'avons rien récolté cette année. C'est très difficile en ce moment pour notre famille de 15 membres ». Même son de cloche chez les acheteurs de bétail. « Il n'y a plus rien ici à cause du manque d'eau et de pâturage (...). Tous les bœufs sont partis », se désole à son tour Hassan Bollé. À cause de la mauvaise saison des pluies, le déficit céréalier atteint 34% dans la région.

Malnutrition

Quelques heures plus tard, Fakoly était en visite dans un centre de santé villageois soutenu par ACF. Arborant un t-shirt aux couleurs rastas, le chanteur a encouragé les mères à amener leurs enfants se faire soigner. « Je vous félicite, je vous remercie d'avoir amené vos enfants dans ce centre de santé pour les faire examiner », leur a-t-il dit.

« C'est un signe d'amour que vous témoignez pour vos enfants et c'est aussi un signe d'amour pour le Burkina Faso et l'Afrique parce que ces enfants, s'ils sont en bonne santé, représentent l'avenir du Burkina Faso et de l'Afrique », a-t-il ajouté devant les quelque 150 femmes présentes et leurs enfants en bas âge, amaigris, la plupart souffrant de malnutrition.

Selon les chiffres d’Action contre la faim, au moins 10 millions de personnes sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire dans le Sahel. Beaucoup de pays sont concernés : Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et maintenant Burkina Faso, où 1.7 millions de personnes seraient en danger à cause des pénuries d'eau et de nourriture, selon le bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Une situation aggravée par l'afflux de milliers de réfugiés fuyant les combats au Nord-Mali.

(Avec AFP)

Reportage réalisé par Action Contre la Faim sur Tiken Jah Fakoly au Burkina Faso

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Trois étudiants africains ont été violemment pris à partie, dimanche 28 septembre, par une foule d’Indiens dans le metro de New Delhi. La scène, filmée par des passants, a fait le to[...]

Hama Arba Diallo, figure de la gauche burkinabè, est décédé

Hama Arba Diallo, député-maire de Dori et figure de l'opposition burkinabè, est décédé dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Il avait 75 ans.[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Burkina : dialogue de la dernière chance entre Blaise Compaoré et l'opposition

Le président Compaoré a initié un dialogue national entre la majorité et l'opposition censé trancher la question explosive d'un référendum sur la modification de la Constitution.[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers