Extension Factory Builder
21/03/2012 à 09:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdallah Senoussi, ancien patron libyen des services de sécurité extérieure. Abdallah Senoussi, ancien patron libyen des services de sécurité extérieure. © Dario Lopez-Mills/Sipa

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz aurait accepté l'extradition vers la Libye de l’ex-chef des renseignements de Mouammar Kadhafi, Abdallah Senoussi, a assuré le vice-Premier ministre libyen, Moustapha Abouchagour, dans la soirée du 20 mars sur son compte Twitter. Une information aussitôt démentie par les autorités mauritaniennes.

Mise à jour le 21/03/12 à 12 heures 35

La Mauritanie n'a pour le moment pris aucune décision relative au sort de de l’ex-chef des renseignements de Mouammar Kadhafi, Abdallah Senoussi, a tenu à préciser mercredi 21 mars à l’AFP une source proche du dossier, démentant ainsi les déclarations du vice-Premier ministre libyen, Moustapha Abouchagour. « Nouakchott n'est pas pressé, dans ces cas, il faut respecter des normes et des procédures », a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat. « La Mauritanie prendra tout son temps » pour étudier les demandes d’extraditions, a-t-il poursuivi.

Le vice-Premier ministre libyen avait affirmé mardi 20 mars dans la soirée sur son compte Twitter que la demande libyenne avait été acceptée par les autorités compétentes mauritaniennes. « J'ai rencontré le président de la République mauritanienne et il a accepté l'extradition de Senoussi vers la Libye », avait-il indiqué à l'issue d'une rencontre avec Mohamed Ould Abdelaziz à Nouakchott.

« Il est libyen et le peuple libyen veut le voir et lui assurer un jugement juste et équitable en Libye même », avait ajouté le vice-Premier ministre libyen. « Nous apprécions donc hautement la position du président (mauritanien) qui a promis du positif dans ce cadre ».

Une délégation du CNT est arrivée lundi en Mauritanie. Plusieurs de ses membres ont « rendu visite à Abdallah Senoussi dans sa prison et vérifié son identité », avait précisé Moustapha Abouchagour dans un second tweet. Le dirigeant libyen s'est aussi entretenu avec le ministre mauritanien de la Justice, Abidine Ould el-Kheir.

"Crimes contre l'humanité"

La Mauritanie a déclaré dimanche avoir reçu deux demandes d'extradition de la part de la France et de la Cour pénale internationale (CPI), tandis que Interpol relayait celle des autorités libyennes. La demande d'arrestation pour extradition émise par l'organisation policière internationale contre l'ancien chef des renseignements et beau-frère de Mouammar Kadhafi vise différentes fraudes dont « le détournement de fonds publics et l'abus de pouvoir pour un bénéfice personnel », est-il indiqué dans un communiqué. Une précédente demande d'Interpol concernant Senoussi avait été émise à la requête de la CPI pour « crimes contre l'humanité ».

De son côté, Paris indique que Senoussi fait « l'objet d'un mandat d'arrêt international à la suite de sa condamnation par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité dans l'affaire de l'attentat du 19 septembre 1989 contre le vol UTA 772, qui avait coûté la vie à 170 personnes, dont 54 Français » en s'écrasant au Niger.

La Libye et la Mauritanie ne sont soumis à aucun accord bilatéral d'extradition, mais à une simple convention d'assistance judiciaire liant les pays membres de la Ligue arabe. Celle-ci a été signée à Ryad en 1983 et ratifiée par Nouakchott en 1985 et Tripoli en 1988.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

La branche libyenne de l'État islamique revendique un attentat qui a fait au moins 12 morts à Tripoli

La branche libyenne de l'État islamique revendique un attentat qui a fait au moins 12 morts à Tripoli

L'hôtel Corinthia, qui accueille régulièrement diplomates et journalistes à Tripoli, a été la cible mardi d'une attaque terroriste. Des hommes armés ont fait au moins douze morts ([...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar al-Charia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar al-Charia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus[...]

Annonces de cessez-le-feu en Libye, le début d'une sortie de crise ?

Emboîtant le pas à la coalition de milices Fajr Libya, l'armée libyenne a annoncé dimanche 18 janvier un cessez-le-feu dans le pays. Objectif : donner une petite chance à des négociations[...]

Libye : l'armée annonce à son tour un cessez-le-feu

L'armée libyenne a annoncé dimanche un cessez-le-feu, comme l'a fait il y a deux jours la milice Fajr Libya, pour soutenir les négociations de Genève en faveur d'un règlement du conflit qui[...]

Libye : le Conseil de sécurité salue l'annonce d'un cessez-le-feu

Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué samedi l'annonce par une coalition de milices, notamment islamistes, d'un cessez-le-feu en Libye et a menacé de sanctions ceux qui feraient obstacle aux efforts[...]

Libye : des barils et des balles

Principale source de revenus de l'État libyen, l'or noir est plus que jamais au coeur de la guerre sans merci que se livrent les différentes factions qui se disputent le pouvoir.[...]

Libye : le contenu de l'accord signé à Genève entre les parties en conflit

Après 48 heures de discussions, les protagonistes du conflit armé en Libye sont parvenus à un accord à Genève sur la fin des hostilités et la formation d'un gouvernement d'unité[...]

Diplomatie : l'ONU peut-elle trouver une solution politique à la crise libyenne ?

Alors que l'option militaire est dans toutes les bouches, l'ONU réunit depuis mercredi à Genève les parties libyennes en conflit pour tenter de trouver une solution politique à la crise.[...]

Libye : négociations à Genève pour sortir de la crise politique

Une rencontre des parties en conflit en Libye doit commencermercredi après-midi à Genève sous l'égide de l'ONU pour tenter de trouver une solution à la crise politique.[...]

Libye : réunion à Genève pour essayer de ramener la paix

 Les parties en conflit en Libye doivent se rencontrer la semaine prochaine à Genève sous l'égide de l'ONU en vue mettre fin aux violences et à la crise politique. Mais l'issue de ce dialogue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120321091528 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120321091528 from 172.16.0.100