Extension Factory Builder
19/03/2012 à 17:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un saigneur entaille le tronc d’un hévéa pour recueillir la sève à Ikembélé. Un saigneur entaille le tronc d’un hévéa pour recueillir la sève à Ikembélé. © Tiphaine Saint-Criq pour J.A.

Le gouvernement gabonais et le groupe singapourien Olam annoncent un partenariat pour un investissement de 183 millions de dollars dans la production de caoutchouc.

Après l’huile de palme, le caoutchouc. Très actif au Gabon, le groupe singapourien Olam et le gouvernement de ce pays viennent de conclure un nouvel accord prévoyant un investissement de 91,5 milliards de francs CFA, soit 183 millions de dollars, dans le développement d’une plantation d’hévéa et la construction d’une usine de transformation. Ce nouveau projet est une coentreprise détenue à 80% par le singapourien et à 20% par l’État gabonais.

Concrètement, la création de la plantation démarrera en 2013 dans la zone de Bitam (nord du Gabon), sur une superficie de 28 000 hectares qui sera portée 50 000 ha dans une seconde phase. Le première récolte est prévue pour 2020 avec un objectif de production de 62 000 tonnes par an. L’usine de transformation du latex naturel, quant à elle, aura une capacité quotidienne de 225 tonnes. 

Outre les conditions climatiques favorables, « les avantages fiscaux offerts (sur le long terme) par le gouvernement gabonais pour des projets de cette envergure », font du pays l’un des pays les plus compétitifs pour ce type d’investissement, a indiqué Gagan Gupta, le directeur le Directeur général  d’Olam. Il faut aussi ajouter que la demande mondiale du caoutchouc est en constante hausse de 3,5% par an.

6000 emplois directs

Autre aspect important de ce projet, souligne le ministre Magloire Ngambia, en charge de la Promotion des Investissements, « c’est son impact socio-économique : à terme, plus de 6000 emplois directs et 5000 emplois indirects seront créés, avec en soutien un réel programme de formation assuré par Olam autant pour des postes qualifiés que pour la main d’œuvre nécessaire au niveau des plantations et de l’usine », affirme-t-il.

Au Gabon, le groupe Olam est déjà partie prenante (60%) de la zone économique spéciale de Nkok, près de Libreville (200 millions de dollars d’investissement) et de celle de l’île Mandji, à Port -Gentil ( environ 63% de 1,3 milliard de dollars). Par ailleurs, le singapourien développe actuellement dans plusieurs régions du pays plus de 100 000 hectares de culture du palmier à huile, le tout pour un investissement de 1,54 milliard de dollars. L’objectif de ce dernier projet est de faire du pays, le premier producteur d’huile de palme en 2017.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas trouver les virements de salaire sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Gabon : pourquoi les fonctionnaires sont-ils en grève depuis plus d'un mois ?

Entrés en grève début février, les fonctionnaires gabonais ont voté aujourd'hui la reconduite de la grève générale. Ils réclament des revalorisations salariales.[...]

Cyclisme : les Africains, nouveaux princes de la "petite reine"

Pour la deuxième année consécutive, un Africain a remporté la Tropicale Amissa-Bongo, au Gabon. Le continent, nouvelle fabrique de champions ? De plus en plus d'experts le pensent.[...]

Gabon : Akanda ou Beverly Hills aux portes de la jungle

Créée il y a deux ans au nord d'une Libreville surpeuplée, la commune d'Akanda grandit à vue d'oeil. Cité idéale qui promeut la mixité sociale, ou gâchis[...]

Gabon : une potiche, Sylvia Bongo Ondimba ? Jamais !

À travers sa fondation pour la famille, Sylvia Bongo Ondimba occupe le terrain de la lutte contre la pauvreté. Avec succès ?[...]

Gabon : l'assurance maladie obligatoire, ça marche !

D'abord réservé aux plus démunis, le régime d'assurance maladie a été généralisé. Avec des consultations et des actes pris en charge de 80 à [...]

Gabon - Sylvia Bongo Ondimba : la santé, "en parler, c'est déjà sauver des vies"

Ces derniers mois, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a multiplié les actions de sensibilisation pour favoriser la détection précoce des cancers féminins. Elle en dresse le[...]

Gabon : une société suisse réclame 8 millions de dollars à l'État et fait saisir un Boeing

Depuis deux semaines, un avion de la République gabonaise est immobilisé à l'aéroport d'Orly, en France. Saisi par la justice française, il est au centre d'un litige entre une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120319173113 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120319173113 from 172.16.0.100