Extension Factory Builder
19/03/2012 à 17:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Depuis l'arrivée de Vahid Halilhodzic en Algérie, l'équipe n'a pas perdu une rencontre. Depuis l'arrivée de Vahid Halilhodzic en Algérie, l'équipe n'a pas perdu une rencontre. © AFP

Invaincu depuis qu’il est le sélectionneur de l’Algérie (juillet 2011), Vahid Halilhodzic attend les trois matches de juin pour se faire une idée plus précise de son équipe. Le technicien franco-bosnien, rassuré sur la motivation de son groupe, attend de lui qu’il monte en puissance.

Jeune Afrique : Votre bilan à la tête de la sélection algérienne (3 victoires et un nul) vous satisfait-il ?

Vahid Halilhodzic : Il est évidemment positif pour une équipe de gagner. Mais je sais aussi qu’un jour, nous perdrons. Cela me permettra de savoir ce que ce groupe a dans le ventre, de voir quelle est sa réaction face à l’échec. Il ne faut donc tirer aucune conclusion, nous n’avons encore rien gagné ! En juin, nous allons affronter la Gambie (pour la CAN 2013), le Rwanda et le Mali (pour le Mondial  2014). Ce seront trois vrais tests.

À votre arrivée, la sélection venait de subir une déroute au Maroc (0-4, le 3 juin 2011)…

Au mois d’août, lors du premier rassemblement à Marcoussis, je me suis demandé si j’allais rester. J’ai trouvé un groupe psychologiquement atteint, et pas seulement à cause de la défaite au Maroc. Les joueurs, devenus des héros après la qualification pour la Coupe du Monde 2010, ont pour certains très mal vécu les critiques après le tournoi. Mais au final, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire avec cette équipe.

Le match nul en Tanzanie (1-1, le 3 septembre 2011), pour votre première sur le banc algérien, a-t-il constitué un déclic ?

En quelque sorte. Même si certains joueurs n’étaient pas au top physiquement, tout le monde a fait preuve d’une énorme envie. L’équipe a joué de manière offensive comme je l’avais demandé quand je suis arrivé.

Vous avez choisi, pour le match en Gambie, comptant pour les  qualifications de la CAN 2013 (2-1), de vous passer de Karim Ziani, que vous n’aviez pas convoqué pour d’autres rencontres…

La presse est omniprésente, je reçois parfois des appels à minuit trente. Mais les Algériens sont passionnés de foot, alors, il faut l’accepter.

Avec Sofiane Feghouli (Valence CF, ESP) et Ryad Boudebouz (Sochaux, FRA), il y a beaucoup de concurrence, et Karim Ziani doit l’accepter. Quand on convoque un joueur de ce niveau, ce n’est pas pour le mettre sur le banc. Et je ne peux pas garantir à Ziani une place de titulaire.

Le fait qu’il joue au Qatar, à Al-Jaish, est-il un problème ?

Vous savez comme moi que le championnat du Qatar n’est pas d’un très haut niveau. Moi, j’ai besoin de former un groupe, et il faut faire des choix. J’attends d’un joueur comme Boudebouz qu’il prenne davantage ses responsabilités. Les jeunes plein de talent, comme Feghouli ou Cadamuro, font partie d’une génération qui peut jouer ensemble pendant sept ou huit ans, peut-être plus.

Travailler en Algérie, est-ce facile ?

La presse est omniprésente, je reçois parfois des appels à minuit trente. Mais les Algériens sont passionnés de foot, alors, il faut l’accepter. J’ai la chance que Mohamed Raouraoua, le président de la fédération, soit ambitieux et qu’il me soutienne. Je passe par ailleurs beaucoup de temps sur place, pour aller voir des matches du championnat, et trouver des joueurs susceptibles d’intégrer la sélection. Je fais tout pour réussir…

___

Propos recueillis par Alexis Billebault

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à [...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Une source proche de la présidence algérienne a annoncé mardi qu'Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions de son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité de premier plan qui[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex