Extension Factory Builder
16/03/2012 à 11:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des migrants faisant partie d'un réseau de traite d'êtres humains, à Benghazi le 15 mars 2012. Des migrants faisant partie d'un réseau de traite d'êtres humains, à Benghazi le 15 mars 2012. © AFP

Les services de sécurité libyens ont arrêté cinq personnes impliquées dans un réseau de traite d’être humains, jeudi 15 mars. Des migrants clandestins venus de Somalie et du Bangladesh étaient retenus dans une ferme et utilisés comme esclaves.

Ils séquestraient des migrants clandestins pour racketter leurs proches. C’est ce qu’ont découvert les services de sécurité libyens. Jeudi 15 mars, un réseau de traite d’êtres humains a été démantelé, et cinq de ses membres arrêtés.

Quelque 52 clandestins, d’origine somalienne ou bangladaise ont été découverts dans une ferme à Benghazi, dans l’est du pays, a indiqué le responsable de l'enquête Hussein Al-Sahli. Après être rentrer en Libye, les Bengalais étaient retenus en otage, et des rançons étaient demandées à leurs proches en échange de leur libération.

Le chef présumé de la bande, originaire du Bangladesh lui aussi, a indiqué qu'il dirigeait le réseau depuis près de trois mois, durant lesquels il a fait venir quelque 200 migrants illégaux du Bangladesh.

Au temps de l'esclavage

Le propriétaire de la ferme, un Libyen, payait quant à lui des pots-de-vin afin d’obtenir la libération de migrants clandestins détenus dans les centre de rétention. Objectif de la manoeuvre : exploiter ensuite ces derniers comme « esclaves », a expliqué Hussein Al-Sahli.

D’autre part, quelques 150 migrants clandestins somaliens ont été arrêtés entre mercredi et jeudi à Tajoura, dans la banlieue-est de Tripoli, a annoncé l'agence officielle libyenne Lana. Le chef du conseil militaire de Tajoura, Ahmed Al-Habichi, a affirmé que les immigrants qui étaient « en bonne santé » ont été remis aux services de sécurité chargés d'enquêter.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces