Extension Factory Builder
13/03/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les militaires mauritaniens assurent avoir tiré sur une colonne de véhicules appartenant à Aqmi. Les militaires mauritaniens assurent avoir tiré sur une colonne de véhicules appartenant à Aqmi. © Frédéric Florin/AFP

Après avoir effectué un raid qui a blessé deux civils au nord de Tombouctou, l’armée mauritanienne continue de patrouiller au Nord-Mali. Sans l’armée malienne.

C’est aux environs de 17 heures, dimanche 11 mars, que deux avions militaires mauritaniens effectuent un raid sur une voiture qui vient de quitter le marché hebdomadaire du site d'Attwal, à 70 km au Nord de Tombouctou. Contrairement à la thèse des militaires mauritaniens, les autorités locales nient tout lien entre le véhicule visé et Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

« C’est une voiture de commerçants qui ont amené des céréales au marché hebdomadaire d'Attwal. Ils retournaient à Tombouctou lorsque les mauritaniens ont tiré sur eux », explique le maire de la commune de Salam, Mohamed Taher Ould Alhadj. Deux personnes sont légèrement blessées par la déflagration des missiles, parmi lesquels le cousin du maire, qui a été amené à l’hôpital de Tombouctou, et une femme originaire d’Attwal.

Les populations déplacées en panique

« Le lendemain, l’armée de terre mauritanienne est venue et a donné à la femme blessée une somme d’argent en monnaie mauritanienne équivalente à 25 000 F CFA », dit le maire. L'armée mauritanienne sillonne actuellement la zone au nord de Tombouctou, sans la présence de l’armée malienne à ses côtés. Conséquence : les populations déplacées qui s’y trouvent à cause de la rébellion touarègue ont fui en s’éparpillant en tous sens.

Une situation qui n’est pas du goût des autorités locales. Celles-ci affirment que l’attaque mauritanienne n’a ciblé que des civils. En outre, elles assurent se mobiliser déjà pour chasser Aqmi de la commune. De fait, au mois de mai 2011, des djihadistes puissamment armés sont venus pour l’inauguration du marché hebdomadaire. Le maire leur a alors demandé de quitter les lieux au prétexte qu’ils faisaient peur à la population et que leur présence nuisait à l’engagement des partenaires au développement dans la localité. Après une chaude discussion, les indésirables sont finalement partis.

_______

Par Baba Ahmed, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers