Extension Factory Builder
13/03/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les militaires mauritaniens assurent avoir tiré sur une colonne de véhicules appartenant à Aqmi. Les militaires mauritaniens assurent avoir tiré sur une colonne de véhicules appartenant à Aqmi. © Frédéric Florin/AFP

Après avoir effectué un raid qui a blessé deux civils au nord de Tombouctou, l’armée mauritanienne continue de patrouiller au Nord-Mali. Sans l’armée malienne.

C’est aux environs de 17 heures, dimanche 11 mars, que deux avions militaires mauritaniens effectuent un raid sur une voiture qui vient de quitter le marché hebdomadaire du site d'Attwal, à 70 km au Nord de Tombouctou. Contrairement à la thèse des militaires mauritaniens, les autorités locales nient tout lien entre le véhicule visé et Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

« C’est une voiture de commerçants qui ont amené des céréales au marché hebdomadaire d'Attwal. Ils retournaient à Tombouctou lorsque les mauritaniens ont tiré sur eux », explique le maire de la commune de Salam, Mohamed Taher Ould Alhadj. Deux personnes sont légèrement blessées par la déflagration des missiles, parmi lesquels le cousin du maire, qui a été amené à l’hôpital de Tombouctou, et une femme originaire d’Attwal.

Les populations déplacées en panique

« Le lendemain, l’armée de terre mauritanienne est venue et a donné à la femme blessée une somme d’argent en monnaie mauritanienne équivalente à 25 000 F CFA », dit le maire. L'armée mauritanienne sillonne actuellement la zone au nord de Tombouctou, sans la présence de l’armée malienne à ses côtés. Conséquence : les populations déplacées qui s’y trouvent à cause de la rébellion touarègue ont fui en s’éparpillant en tous sens.

Une situation qui n’est pas du goût des autorités locales. Celles-ci affirment que l’attaque mauritanienne n’a ciblé que des civils. En outre, elles assurent se mobiliser déjà pour chasser Aqmi de la commune. De fait, au mois de mai 2011, des djihadistes puissamment armés sont venus pour l’inauguration du marché hebdomadaire. Le maire leur a alors demandé de quitter les lieux au prétexte qu’ils faisaient peur à la population et que leur présence nuisait à l’engagement des partenaires au développement dans la localité. Après une chaude discussion, les indésirables sont finalement partis.

_______

Par Baba Ahmed, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers