Extension Factory Builder
07/03/2012 à 13:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Benkirane : 'Quand les entreprises marocaines fonctionnent bien, la société fonctionne bien'. Benkirane : "Quand les entreprises marocaines fonctionnent bien, la société fonctionne bien". © Abdelhak Senna/AFP

Dans le cadre de la signature d'un mémorandum d'entente avec la confédération patronale CGEM, le Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane s'est livré à un discours résolument favorable à la libre entreprise.

Volontariste, marqué du sceau de la lutte contre la corruption et résolument favorable aux entreprises marocaines : le discours – très attendu – du chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane au monde de l'entreprise a été très applaudi et très apprécié. Le 6 mars en fin de journée, à l'occasion de la signature à Skhirat d'un mémorandum d'entente avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM, le principal syndicat patronal du pays), Abdelilah Benkirane a lancé : « Quand les entreprises fonctionnent bien, la société fonctionne bien ».

Un accord inédit

« Ce mémorandum d'entente, c'est davantage un cadre de travail, explique Mohamed Horani, président de la CGEM. Il institutionnalise la relation patronat/gouvernement et fixe une méthodologie. Est ainsi créé un conseil de coordination co-présidé par le chef du gouvernement marocain et le président de la CGEM. Il se réunira chaque trimestre et fixera la mise en place de commissions mixtes. » Le document rappelle également les référentiels de chaque signataire : le programme gouvernemental d'un côté, la Vision 2020 de l'autre. Sont également listés plusieurs domaines de travail prioritaires : l'emploi, la compétitivité, l'enseignement, la formation professionnelle, la recherche et développement, l'innovation, les nouvelles technologies, la justice, le climat des affaires, la régionalisation, la gouvernance, l'investissement, l'épargne, le financement et le développement durable. « Mais la liste n'est pas exhaustive », souligne Mohamed Horani.

F.M.

De quoi réjouir les 500 patrons marocains présents, dont plusieurs de premier rang (Othman Benjelloun, Abdeslam Ahizoune, entre autres), aux côtés de la quasi-totalité du gouvernement, de plusieurs syndicats et des dirigeants des principaux organismes publics. Séducteur, excellent orateur, le Premier ministre a promis aux entrepreneurs « une administration à leur service » et « pas le contraire », la restauration d'un climat de confiance avec l'État, la facilitation de la vie de leurs entreprises... Et a même lancé, en réponse aux interrogations d'un syndicaliste présent dans la salle : « Êtes-vous d'accord avec le fait que les syndicats envahissent les lieux publics ? Qu'ils empêchent ceux qui veulent travailler de travailler ? »

Fin des passe-droits

Quelques semaines après le placement en détention de l'ancien directeur général de l'Office national des aéroports (ONDA), Abdelhanine Benallou, au lendemain de l'annonce du contrôle judiciaire de l'ancien président du Crédit Immobilier et Hôtelier et ancien ministre Khalid lioua, Abdelilah Benkirane était également attendu sur la question des passe-droits. Sans surprise, il a martelé l'engagement de son gouvernement dans la lutte en faveur de la transparence et contre la corruption.

« On ne va pas éradiquer la corruption immédiatement mais nous y arriverons car elle est nuisible à l'économie marocaine. » Avant d'ajouter : « pendant les 50 dernières années, les entreprises étaient devenues les partenaires du régime. Il faut que les entreprises fonctionnent normalement. » Sur le même sujet, Abdelilah Benkirane s'est voulu très ferme : « Maintenant, tout est clair, tout est droit. La méthode que nous allons lancer est l'intégrité partagée. »

Se félicitant de sa bonne relation avec Mohamed Horani, patron des patrons, avec qui il a eu le temps de dialoguer longuement lors du Forum de Davos, il a exhorté les investisseurs à investir massivement et les patrons à œuvrer sans relâche pour « créer du travail » tout en respectant les droits des employés.

_______

Par Frédéric Maury, envoyé spécial à Skhirat
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex