Extension Factory Builder
02/03/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacques Chirac a porté plainte dès le 8 novembre. Jacques Chirac a porté plainte dès le 8 novembre. © AFP

L’ancien président français Jacques Chirac a porté plainte contre l'intermédiaire de l'ombre de l’Élysée, Robert Bourgi, au mois de novembre, a-t-on appris jeudi 1er mars. L’avocat avait accusé Jacques Chirac, dans les colonnes d’un journal français également visé par la plainte, d’avoir perçu des fonds occultes de la part de plusieurs dirigeants africains.

Jacques Chirac est finalement le seul à être allé au bout de ses déclarations. Le 8 décembre dernier, l’ancien président français a porté plainte pour diffamation contre l’avocat et ex-conseiller de l’Élysée Robert Bourgi, qui avait accusé plusieurs personnalités françaises d’avoir reçu des fonds occultes de la part de dirigeants africains, a-t-on appris jeudi 1er mars.

L’histoire des « mallettes » révélée par Robert Bourgi dans une interview parue au Journal du dimanche (JDD) avait fait grand bruit en septembre 2011. Dès le 11 septembre, l’avocat de l’ex-président français, Me Jean Veil, avait annoncé vouloir porter plainte.

« La plainte a bien été déposée, comme je l'avais annoncé », a déclaré Me Veil jeudi.

Une information confirmée par des responsables du JDD, contre lequel Jacques Chirac a également porté plainte. « C'est une plainte déposée contre Robert Bourgi et le Journal du dimanche, avec constitution de partie civile », a expliqué Bruno Jeudy, le rédacteur en chef du JDD. « À notre connaissance, c'est la première fois que Chirac porte plainte (contre un journal) » depuis 1995, a-t-il ajouté.

Somme "incalculable"

Lorsqu’une plainte en diffamation est déposée, le rôle du juge, Sylvia Zimmermann dans cette affaire, est tout d’abord de vérifier que les propos ont bien été tenus, le débat sur le caractère diffamatoire ayant lieu à l'audience.

Robert Bourgi avait, lors de son interview, décrit avec de nombreux détails, comment les responsables politiques africains avaient remis entre 1997 et 2005 « plusieurs dizaines de millions de francs » au président français de l’époque et à Dominique de Villepin ( sucessivement, pendant ladite période, secrétaire général de l'Élysée, ministre des Affaires étrangères, de l'Intérieur et Premier ministre ).

Une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris à la suite des déclarations de Robert Bourgi dans le JDD en septembre 2011 pour vérifier l’exactitude des faits dénoncés, mais l’affaire avait été classée sans suite au mois de novembre.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120302091337 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120302091337 from 172.16.0.100