Extension Factory Builder
01/03/2012 à 11:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la Ligue de jeunesse de l'ANC, Julius Malema, le 10 février 2012 à Pretoria. Le président de la Ligue de jeunesse de l'ANC, Julius Malema, le 10 février 2012 à Pretoria. © Stephane de Sakutin/AFP

Julius Malema a été exclu mercredi par le Congrès national africain (ANC), qui lui reproche de n’avoir manifesté aucun remords après avoir semé la division dans le parti.

« Le camarade Julius Malema est exclu de l’ANC », a déclaré la commission disciplinaire du parti sud-africain dans un communiqué. Mais le président du mouvement de jeunesse de l’ANC a deux semaines pour faire appel.

A 30 ans, Julius Malema, célèbre pour ses diatribes enflammées, fait l’objet d’une procédure disciplinaire depuis août, pour ses atteintes répétées à l’image et à l’unité du parti.

"Manque évident de remords et de respect"

En novembre déjà, l’ANC lui a demandé de prendre la porte pendant cinq ans. Le jeune tribun avait fait appel de cette décision, qui avait été confirmée début février. Il lui restait cependant une nouvelle possibilité de plaider sa cause, pour obtenir une réduction de la sanction, conformément aux statuts du parti.

« La commission nationale de discipline de l’ANC s’est réunie, a entendu les arguments à charge et à décharge (…) et rendu un jugement collectif », a indiqué mercredi 29 février l’ANC, dans un premier communiqué. Un second texte, publié après que toutes les parties aient été mises au courant, explique que la commission n’a pas voulu faire d’exception pour le turbulent chef de son mouvement de jeunesse.

« L’effet cumulé des infractions passées et présentes du camarade Malema, ajouté à son manque évident de remords et de respect pour la constitution de l’ANC et ses structures (…) n’a laissé d’autres choix que de considérer son inconduite comme extrêmement grave. »

Outre la possibilité qui lui est donnée de faire appel de son exclusion, Julius Malema peut encore retourner devant le Comité exécutif national, l’instance suprême du parti. Une procédure qui pourrait durer jusqu’en décembre.

Malema le frondeur

La carrière politique du célèbre orateur est cependant loin d’être terminée. Et la procédure engagée à son encontre n’a rien changé aux méthodes provocatrices qui font son fond de commerce et lui assurent une intense couverture médiatique.

Les inégalités économiques, la pauvreté persistante d’une majorité de Noirs, la question raciale toujours sensible, ou encore la question de la propriété des domaines agricoles et miniers, constituent les sujets favoris de ce jeune orateur talentueux.

A plusieurs reprises Malema a défié ouvertement l’autorité du président Jacob Zuma, ajoutant au malaise d’un parti, rongé par les rivalités personnelles et idéologiques, et qui peine à gérer le désenchantement croissant de l’Afrique du Sud post-apartheid.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120301103903 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120301103903 from 172.16.0.100