Extension Factory Builder
28/02/2012 à 09:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien Premier ministre gabonais Paul Biyoghe Mba (CD) à Libreville le 7 décembre 2011. L'ancien Premier ministre gabonais Paul Biyoghe Mba (CD) à Libreville le 7 décembre 2011. © AFP

Raymond Ndong Sima a été nommé Premier ministre du Gabon lundi 27 février, à la suite de la proclamation des résultats des législatives et de la démission de son prédécesseur Paul Biyoghe Mba. S'il appartient à l'ethnie Fang (majoritaire), c'est la première fois que le poste est attribué à un homme qui n'est pas originaire de l'estuaire (région de Libreville).

« Son Excellence Ali Bongo Ondimba a procédé, aujourd'hui 27 février 2012, par décret, à la nomination de Monsieur Raymond Ndong Sima au poste de Premier ministre, Chef du Gouvernement ». L’annonce faite par de la secrétaire général de la présidence gabonaise, Laure-Olga Gondjout, a créé la surprise. C’est la première fois de l’histoire du Gabon, qu’un chef de gouvernement n’est pas issu de l’ethnie Fang de l'estuaire (la région de Libreville).

Raymond Ndong Sima remplace donc Paul Biyoghe Mba, suite aux résultats des élections législatives du 17 décembre, comme le prévoit la constitution. Originaire d'Oyem dans la région du Woleu Ntem (dans le nord du pays), terre natale d’André Mba Obame l'un des principaux opposants à Ali Bongo Ondimba, Raymond Ndong Sima, 56 ans, était jusqu’à présent ministre de l’Agriculture.

Quant à son prédécesseur, il avait été nommé Premier ministre par la présidente intérimaire du Gabon Rose Francine Rogombe, présidente du Sénat, quelques semaines après la mort du président Omar Bongo, après 41 ans au pouvoir, en juin 2009. Paul Biyoghe Mba avait ensuite été reconduit par le président Ali Bongo Ondimba en octobre 2009, après son élection.

"Vibrant hommage à Paul Biyoghe Mba"

En janvier 2011, le gouvernement avait été profondément remanié sur l'impulsion du chef de l'État qui souhaitait donner un « nouvel élan et une nouvelle dynamique à son action », selon les mots de Laure-Olga Gondjout. Pour autant, beaucoup pensaient que Paul Biyoghe Mba serait reconduit. Il avait dû, conformément à la Constitution, donner sa démission le 13 février, suite à la proclamation des résultats du scrutin législatif qui a offert au Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) une écrasante majorité de sièges.

« Le Président de la République tient à rendre un vibrant hommage à M. Paul Biyoghe Mba, qui aura servi avec fidélité et abnégation dans ses fonctions de Premier Ministre de juillet 2009 à février 2012 » a annoncé Laure-Olga Gondjout.

« Je pense en toute honnêteté que ce programme de l'émergence est en train d'être mis en oeuvre de manière profonde, de manière positive, comme le souhaite le chef de l'État (pour que) à l'horizon 2025 notre pays soit un pays émergent » avait pour sa part déclaré l’ancien Premier ministre, soulignant que « On ne peut pas tout faire en un jour, on ne peut faire en un jour ce qui a été conçu pour être réalisé en 7 ans » (soit la durée du mandat présidentiel d'Ali Bongo Ondimba).

Quant à la composition du nouveau gouvernement, il devrait être annoncé « dans les prochains jours », selon la secrétaire générale de la présidence.

(Avec AFP)


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers