Extension Factory Builder
27/02/2012 à 16:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Comptage des bulletins dans un bureau de vote de Dakar, le 26 février 2012. Comptage des bulletins dans un bureau de vote de Dakar, le 26 février 2012. © Issouf Sanogo/AFP

Alors que les Sénégalais ont voté en masse pour le premier tour de la présidentielle dimanche 26 février, les candidats de l’opposition prévoient déjà un second tour entre le président sortant et l’ancien Premier ministre Macky Sall. Du côté Wade, on se veut plus mesuré en affirmant qu'"il n’y a pas de tendance lourde".

« Les chiffres en notre possession indiquent qu'un second tour est inévitable. Nous avons gagné les plus grands départements du Sénégal » a affirmé lundi 27 février le candidat à la présidentielle sénégalaise et ex-Premier ministre Macky Sall, alors que le premier tour du scrutin a eu lieu dimanche.

« Oui, le second tour est inévitable » a renchéri Abdou Latif Coulibaly, l’un des responsables de la campagne d'un autre poids lourd de l'opposition, Moustapha Niasse, lui aussi ancien Premier ministre de Wade.

« Ça peut encore changer, mais sur environ 60% des votes, la tendance c'est 30% pour Wade, 26% pour Macky et 20% pour Niasse », a-t-il ajouté. Un des responsables de campagne de Macky Sall avait lui tablé dimanche soir sur « 32 à 34% des voix » pour l’opposant, et « 34 à 36% » pour le président sortant.

Alors que les résultats provisoires officiels ne devraient être communiqués que mardi au niveau départemental et vendredi au niveau national, selon la Commission électorale nationale autonome (Céna), le camp Wade a lui estimé qu’il « n’y a pas de tendance lourde », selon les mots d’Hadj Amadou Sall, un des responsables de la campagne du président. « On est en train de collecter les résultats et rien ne permet de dire qu'il y aura un deuxième tour », a-t-il assuré, se basant que les résultats de « 8 à 9% des votes ».

"Union" anti-Wade

Sur de lui, Abdoulaye Wade avait pour sa part martelé qu’il n’y aurait pas de second tour lors de sa campagne. Un second tour serait donc bien malvenu pour le président sortant, d’autant que tous les partis d’opposition semblent pencher pour la tactique du « tout sauf Wade ». Ils devraient donc s’unir derrière le candidat qui aura obtenu le plus de voix en cas de second tour.

« Le principe, c'est de voter pour le candidat d'opposition le mieux placé a rappelé Abdou Latif Coulibaly, en parlant d’une « union » contre Wade.

« Entendre parler de victoire au premier tour est inadmissible. Cela engendrerait des conséquences graves. Au sortir d'une journée comme celle du 26 février, et des mois de tension que nous venons de connaître, marqués par de trop nombreux morts et blessés, il ne faudrait pas bafouer encore la volonté du peuple », a prévenu Macky Sall. « Quiconque serait tenté de violer la souveraineté du peuple porterait la responsabilité de la colère populaire qu'il susciterait » a-t-il menacé, se déclarant « fier » de l'attitude de ses compatriotes qui se sont mobilisés dans le calme dimanche après des violences préélectorales qui avaient fait en un mois de 6 à 15 morts.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola (SE OK MER 25/3)

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120227155000 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120227155000 from 172.16.0.100