Extension Factory Builder
27/02/2012 à 16:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Comptage des bulletins dans un bureau de vote de Dakar, le 26 février 2012. Comptage des bulletins dans un bureau de vote de Dakar, le 26 février 2012. © Issouf Sanogo/AFP

Alors que les Sénégalais ont voté en masse pour le premier tour de la présidentielle dimanche 26 février, les candidats de l’opposition prévoient déjà un second tour entre le président sortant et l’ancien Premier ministre Macky Sall. Du côté Wade, on se veut plus mesuré en affirmant qu'"il n’y a pas de tendance lourde".

« Les chiffres en notre possession indiquent qu'un second tour est inévitable. Nous avons gagné les plus grands départements du Sénégal » a affirmé lundi 27 février le candidat à la présidentielle sénégalaise et ex-Premier ministre Macky Sall, alors que le premier tour du scrutin a eu lieu dimanche.

« Oui, le second tour est inévitable » a renchéri Abdou Latif Coulibaly, l’un des responsables de la campagne d'un autre poids lourd de l'opposition, Moustapha Niasse, lui aussi ancien Premier ministre de Wade.

« Ça peut encore changer, mais sur environ 60% des votes, la tendance c'est 30% pour Wade, 26% pour Macky et 20% pour Niasse », a-t-il ajouté. Un des responsables de campagne de Macky Sall avait lui tablé dimanche soir sur « 32 à 34% des voix » pour l’opposant, et « 34 à 36% » pour le président sortant.

Alors que les résultats provisoires officiels ne devraient être communiqués que mardi au niveau départemental et vendredi au niveau national, selon la Commission électorale nationale autonome (Céna), le camp Wade a lui estimé qu’il « n’y a pas de tendance lourde », selon les mots d’Hadj Amadou Sall, un des responsables de la campagne du président. « On est en train de collecter les résultats et rien ne permet de dire qu'il y aura un deuxième tour », a-t-il assuré, se basant que les résultats de « 8 à 9% des votes ».

"Union" anti-Wade

Sur de lui, Abdoulaye Wade avait pour sa part martelé qu’il n’y aurait pas de second tour lors de sa campagne. Un second tour serait donc bien malvenu pour le président sortant, d’autant que tous les partis d’opposition semblent pencher pour la tactique du « tout sauf Wade ». Ils devraient donc s’unir derrière le candidat qui aura obtenu le plus de voix en cas de second tour.

« Le principe, c'est de voter pour le candidat d'opposition le mieux placé a rappelé Abdou Latif Coulibaly, en parlant d’une « union » contre Wade.

« Entendre parler de victoire au premier tour est inadmissible. Cela engendrerait des conséquences graves. Au sortir d'une journée comme celle du 26 février, et des mois de tension que nous venons de connaître, marqués par de trop nombreux morts et blessés, il ne faudrait pas bafouer encore la volonté du peuple », a prévenu Macky Sall. « Quiconque serait tenté de violer la souveraineté du peuple porterait la responsabilité de la colère populaire qu'il susciterait » a-t-il menacé, se déclarant « fier » de l'attitude de ses compatriotes qui se sont mobilisés dans le calme dimanche après des violences préélectorales qui avaient fait en un mois de 6 à 15 morts.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais [...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex