Extension Factory Builder
24/02/2012 à 08:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Trouver la bonne commission pour se faire délivrer sa carte d'électeur est parfois compliqué. Trouver la bonne commission pour se faire délivrer sa carte d'électeur est parfois compliqué. © Aurélie Fontaine, pour J.A.

Au Sénégal, la mission d'observation électorale de l'Union Européenne (UE) a appelé par deux fois les autorités électorales à plus de transparence dans le processus de retrait et de distribution des cartes d'électeurs, alors que le scrutin du premier tour de l'élection présidentielle se tient dimanche. Reportage à Touba, dans la région de Diourbel, la plus importante des circonscriptions du pays.

À trois jours du scrutin présidentiel, les habitants de Touba se pressent autour des commissions chargées de délivrer les cartes d'électeurs. Sur les quelques tables en bois disposées en plein air, des milliers de cartes électorales, réparties par ordre alphabétique et par genre. « Les commissions sont mobiles et j'ai dû aller aux quatre bureaux du coin avant de pouvoir trouver ma carte », explique Mbaye Cissé, un retraité.

Touba compte 213 000 personnes enregistrées sur les listes électorales, pour une population d'environ deux millions d'habitants. Mardi, il restait 90 000 cartes à distribuer, et 80 000 le lendemain, selon les autorités locales. « C'est un paquet non-négligeable de cartes à distribuer », avoue Mamadou Ibrahima Lo, le gouverneur de Diourbel, qui parle également d'un autre problème à surmonter : « l'enjeu est que tous les bureaux de vote puissent être ouverts à 8 heures, car il y a souvent des retards liés à l'arrivée tardive des membres affectés aux bureaux de vote ».

Faible participation électorale

Des inquiétudes partagées par l'Union Européenne. Dans la région de Diourbel, par exemple, les nouvelles cartes électorales n'ont été disponibles qu'à partir de début janvier 2012, puis ont été distribuées lentement. « La mobilisation à Touba est tardive, ce qui est dommage car à la fin on ne sait pas combien de cartes seront distribuées », indique Thijs Berman, le chef de la mission européenne. Un scénario qui se répète un peu partout au Sénégal. Conséquence : il restait jeudi encore 469 122 cartes à distribuer dans le pays selon Cheikh Guèye, le ministre chargé des Élections. Ce qui représenterait près de 9% des quelque 5,3 millions d'électeurs...

Touba est la ville sainte du mouridisme, la confrérie musulmane qui passe pour la plus influente au Sénégal. Le taux de participation aux élections y reste faible : moins de 50% lors des présidentielles de 2007, et à peine 25% aux législatives de 2009. « À Touba, le plus important est l'engagement confrérique, au delà de l'engagement civique. Résultat, si les chefs religieux ne donnent pas l'ordre d'aller voter, il y aura moins de votants le jour du scrutin », analyse Ibrahima Thioub, un historien fin connaisseur du mouridisme.

Achat des cartes d'électeurs

Selon lui, il n'existe plus aujourd'hui de « ndiguël » (consigne de vote) en faveur de l'un ou l'autre des candidats car la pluralité des partis politiques correspondent aux multiples sensibilités politiques des fidèles. Près de la grande mosquée de Touba, le khalife général des mourides, Serigne Cheikh Maty Lèye, a quant à lui répondu d'un léger oui à la question de savoir s'il allait encourager les citoyens à se rendre aux urnes. Non sans souligner que « les chefs religieux prient pour que les élections se passent dans la paix ».

Mais des rumeurs persistantes de rachat de cartes d'électeurs circulent à Touba, comme ailleurs dans le pays. Abdoul Ahad Seck, un jeune responsable du parti de Macky Sall, candidat à la présidentielle, montre un sachet noir où sont entassées une centaine de cartes d'électeurs. « Je les ai récupérées mardi, après avoir surpris des membres des FAL 2012 (la coalition soutenant le candidat Abdoulaye Wade NDLR) en train de les acheter dans une maison d'un quartier de Touba. Ils les rachetaient entre 2 000 et 3 000 francs CFA, pour ainsi éviter que les gens n'aillent voter », affirme-t-il. Les deux observateurs permanents de l'Union Européenne à Touba ainsi que la sous-préfecture seront chargés de mener l'enquête.

_____

Par Aurélie Fontaine, envoyée spéciale à Touba

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Plusieurs fois incarcéré sous Abdoulaye Wade, l'ancien militant socialiste Malick Noël Seck, au verbe radical et à la geste provocatrice, est l'initiateur d'un contre-sommet de la Francophonie à [...]

Sénégal - Massacre de Thiaroye : 1er décembre 1944, quand l'armée française décimait ses "indigènes"

Le 1er décembre 1944, des dizaines de tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leurs soldes étaient massacrés par l'armée française dans le camp de Thiaroye,[...]

Sénégal : programme chargé pour le sommet de l'OIF à Dakar

Au sommet de l'OIF à Dakar, les 29 et 30 novembre, on parlera gros sous et stratégie sur dix ans. Surtout, on élira le successeur d'Abdou Diouf. Suspense assuré.[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie - Sénégal : retour à la case Dakar

Un quart de siècle après avoir été l'hôte du 3e sommet de la Francophonie, la capitale sénégalaise s'apprête à accueillir sa quinzième édition.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Dans un courrier adressé à Macky Sall, dont "Jeune Afrique" révèle en exclusivité la teneur, Abdoulaye Wade décline l'invitation de son successeur au sommet de la Francophonie[...]

Sénégal : questions sur le débarquement d'Alioune Ndao

Figure emblématique de la lutte contre l'enrichissement illicite, le procureur spécial a été remplacé au pied levé le 11 novembre. Sans explication.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces