Extension Factory Builder
23/02/2012 à 19:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Homs, sous les bombes de l'armée syrienne. Homs, sous les bombes de l'armée syrienne. © AFP

Alors que "les amis de la Syrie" se réunissent à Tunis vendredi pour favoriser une issue pacifique à la crise, à Homs, la paix semble ravalée au rang de simple souvenir. Sous un déluge quotidien de bombes, populations et journalistes tentent de survivre. Pour combien de temps ?

Homs. Ville assiégée. Ville frondeuse. Ville mourante, payant le prix de sa contestation au régime de Bachar al-Assad. Désormais, seul le quartier de Baba Amro continue encore de tenir tête au régime. Mais, sous un déluge de bombes, ce dernier bastion des révoltés n'a pas beaucoup d’espoir, à en croire les déclarations du Conseil National Syrien (CNS) mercredi : « Nous avons le choix entre deux maux : une intervention militaire ou une guerre civile ».

La réponse devra encore attendre puisque les pays occidentaux et la Ligue arabe, qui se réunissaient une nouvelle fois vendredi à Tunis, se sont contentés de proposer un système d’aide internationale, établi en collaboration avec le Comité international de la Croix Rouge (CICR). Ils ont également appelé à un cessez le feu mais le plan ne comporterait aucune disposition réellement contraignante pour le régime syrien, qui a de toute façon prouvé le peu de considération qu’il accordait aux injonctions occidentales, du moins tant que Moscou et Pékin seront derrière lui.

La presse, "cible privilégiée"

Depuis quelques semaines, et malgré les alertes de la communauté internationale, la répression n’a fait que gagner en intensité, l’armée cherchant à réduire la résistance de Homs à tout prix, y parvenant sauf dans le quartier de Baba Amro. Mercredi, les bombardements ont encore fait 24 victimes dans la ville, dont deux journalistes étrangers, le photographe Rémi Ochlik et la reporter du Sunday Times Marie Colvin.

Si Bachar al-Assad écrase Homs sous un tapis de bombes, c’est aussi d’une chape de plomb qu'il voudrait recouvrir la ville, en empêchant les journalistes étrangers de transmettre leurs informations comme l’avait fait Marie Colvin dans l'un de ses derniers reportage, accusant l’armée de bombarder Homs de sang-froid et d’affamer les civils.

 

Le régime a-t-il délibérément décidé de cibler la presse dans ses attaques ? Pour Jean-Pierre Perrin, grand reporter au quotidien français Libération, de retour de la ville rebelle, cela ne fait aucun doute : « Le petit centre de presse [situé dans le quartier de Baba Amro, NDLR], régulièrement bombardé, est une des cibles privilégiées par l'armée syrienne » qui « recommande de tuer tout journaliste qui mettra un pied sur le sol syrien. » Le ministère de l’Information syrien se contente de son côté de souligner la situation illégale de ces reporters, entrés irrégulièrement sur le sol de la République arabe, les visas officiels leur étant quasi-systématiquement refusés.

Les derniers jours de Homs ?

Le poids de l’information, et surtout celui des morts, plus de 7 600 personnes selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) depuis le début de la révolte en mars 2011, suffiront-ils à changer la donne à Pékin et Moscou, qui accordent toujours leur soutien au régime syrien ?

Pour Homs, il sera peut-être déjà trop tard. Des chars de l'armée syrienne sont entrés en action jeudi à Bab Amro. Peut-être pour la dernière fois.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : les fous du Temple

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

La candidature du Libanais Michel Sleiman à l'OIF n'était qu'une rumeur

L'élection du successeur d'Abdou Diouf approche et les rumeurs continuent d'aller bon train. Celle qui avançait une candidature de Michel Sleiman s'est éteinte.[...]

Photographie : rap et résistance en Palestine

Le photographe Pierre Mérimée et le journaliste Jacques Denis sont partis à la rencontre des artistes hip-hop palestiniens. Plus qu'un moyen d'expression, leur musique est un cri de révolte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers