Extension Factory Builder
23/02/2012 à 18:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Luis Fernandez a entraîné en France, en Espagne, au Qatar et en Israël, mais jamais en Afrique. Luis Fernandez a entraîné en France, en Espagne, au Qatar et en Israël, mais jamais en Afrique. © P. Annakouris/AP/SIPA

Alors que son nom circule au Gabon pour éventuellement remplacer Gernot Rohr, Luis Fernandez (52 ans) assure n’avoir été contacté "par personne". Mais l’ancien entraîneur du Paris-SG, libre depuis son départ d’Israël en fin d’année dernière, et toujours animateur sur RMC, admet qu’une expérience en Afrique l’intéresserait.

Jeune Afrique : Luis Fernandez, avez-vous été approché par la Fédération gabonaise de football ?

Luis Fernandez : Non. Ni par le Gabon, ni par une autre fédération. Au Gabon, il y a Gernot Rohr et José Cobos, son adjoint, qui font du bon travail. Ils l’ont prouvé lors de la dernière CAN.

Oui, mais Rohr est en fin de contrat (le 29 février), et sa situation n’est pas encore réglée. Et votre nom est régulièrement prononcé à Libreville…

Vous savez, les rumeurs qui circulent… (Il soupire) Il y a un sélectionneur en place, je n’ai pas été contacté. Si Gernot Rohr quitte le Gabon et que je suis approché par la Fédération de ce pays, alors je vous le dirai.

Entraîner en Afrique, cela vous tenterait ?

Bien sûr ! Il y a de très bonnes sélections dans ces pays, et certains sont à la recherche d’un sélectionneur, comme le Sénégal. J’ai entraîné en Espagne (Athletic Bilbao, Espanyol Barcelone, Betis Séville), au Qatar (Al-Rayyan) et en Israël (Betar Jérusalem et sélection nationale), mais jamais en Afrique. Moi, cela me plairait. Il y a deux ans, j’étais en bonne position pour entraîner le Maroc, avant qu’Eric Gerets ne soit désigné. Et cet hiver, j’ai été approché par deux clubs marocains, mais je n’ai pas donné suite.

Si je devais un jour travailler en Afrique, ce serait avec humilité.

Quel genre de projet pourrait vous séduire ?

Plutôt une sélection. Mais avant tout un projet. Débarquer en cours de saison dans un club, ce n’est pas vraiment ce que je recherche. Je ne suis pas un mercenaire. Je recherche avant toute chose un bon projet et de l’ambition.

Vous n’ignorez pas que les salaires des sélectionneurs en Afrique sont certes intéressants, mais la plupart du temps assez éloignés de ce qui se pratique en Europe…

Je le sais, et ce n’est pas un problème. Si je dois être gourmand, c’est par rapport à un projet, à des conditions de travail. Pas à un salaire. Si je devais un jour travailler en Afrique, ce serait avec humilité. Car quand on sait que beaucoup d’Africains traversent des difficultés économiques importantes, je ne m’imagine pas demander des sommes énormes.

_____

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas trouver les virements de salaire sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Gabon : pourquoi les fonctionnaires sont-ils en grève depuis plus d'un mois ?

Entrés en grève début février, les fonctionnaires gabonais ont voté aujourd'hui la reconduite de la grève générale. Ils réclament des revalorisations salariales.[...]

Cyclisme : les Africains, nouveaux princes de la "petite reine"

Pour la deuxième année consécutive, un Africain a remporté la Tropicale Amissa-Bongo, au Gabon. Le continent, nouvelle fabrique de champions ? De plus en plus d'experts le pensent.[...]

Gabon : Akanda ou Beverly Hills aux portes de la jungle

Créée il y a deux ans au nord d'une Libreville surpeuplée, la commune d'Akanda grandit à vue d'oeil. Cité idéale qui promeut la mixité sociale, ou gâchis[...]

Gabon : une potiche, Sylvia Bongo Ondimba ? Jamais !

À travers sa fondation pour la famille, Sylvia Bongo Ondimba occupe le terrain de la lutte contre la pauvreté. Avec succès ?[...]

Gabon : l'assurance maladie obligatoire, ça marche !

D'abord réservé aux plus démunis, le régime d'assurance maladie a été généralisé. Avec des consultations et des actes pris en charge de 80 à [...]

Gabon - Sylvia Bongo Ondimba : la santé, "en parler, c'est déjà sauver des vies"

Ces derniers mois, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a multiplié les actions de sensibilisation pour favoriser la détection précoce des cancers féminins. Elle en dresse le[...]

Gabon : une société suisse réclame 8 millions de dollars à l'État et fait saisir un Boeing

Depuis deux semaines, un avion de la République gabonaise est immobilisé à l'aéroport d'Orly, en France. Saisi par la justice française, il est au centre d'un litige entre une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120223183951 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120223183951 from 172.16.0.100