Extension Factory Builder
20/02/2012 à 18:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Idrissa Seck est accusé par le pouvoir d'être l'instigateur des violences qui secouent le pays. Idrissa Seck est accusé par le pouvoir d'être l'instigateur des violences qui secouent le pays. © AFP

Le porte-parole de la présidence sénégalaise, Serigne Mbacké Ndiaye, a accusé le 20 février le candidat Idrissa Seck d'être à l'origine des violences qui secouent le pays depuis plusieurs jours. Il en a profité pour regretter les affrontements et s'excuser auprès de la communauté tidiane, dont une mosquée a été "profanée" par les forces de l'ordre vendredi 17 février.

Les autorités sénégalaises ont trouvé leur bouc émissaire. Le candidat à la présidentielle et ancien Premier ministre  Idrissa Seck serait responsable des violences qui secouent le pays depuis plusieurs jours. C’est ce qu’a confié le ministre et porte-parole de la présidence sénégalaise, Serigne Mbacké Ndiaye lors d’une conférence de presse lundi 20 février.

Une annonce qui intervient alors que les affrontements entre policiers et manifestants se sont poursuivis dimanche 19 février, suite à la  « profanation » au gaz lacrymogène de l'enceinte d'une mosquée de la capitale par les forces de l’ordre. « Je réitère mes excuses à la tarikha (communauté) tidiane, à la ouma islamique », a déclaré Serigne Mbacké Ndiaye.

« Cette campagne électorale a connu des difficultés, des heurts, ce que nous regrettons. Ces incidents n'ont pas leur place dans une campagne », a-t-il poursuivi, jurant que « les enquêtes vont montrer qui a fait quoi. Tous les fautifs seront punis ».

Report de l'élection "pas négociable"

« Parmi les candidats, il y a en a qui ne veulent pas aller à l'élection. Ils ne sont pas prêts et veulent tout faire pour installer le chaos. L'un d'eux a recruté 200 anciens militaires à la retraite avec un colonel à la retraite à la tête de ce groupe. Des jeunes sont recrutés dans certains quartiers de Dakar et à l'intérieur du pays », a encore accusé le porte-parole de la présidence sénégalaise, nommant explicitement l’opposant sénégalais comme l’initiateur des violences.

« Nous connaissons celui qui s'occupe du recrutement, combien il paie par jour et à quel endroit il distribue l'argent. Beaucoup de jeunes sont entraînés dans ce mouvement sans savoir pourquoi. L’État a pris toutes les dispositions pour mettre un terme à ce désordre », a ajouté Serigne Mbacké Ndiaye.

Premier ministre de novembre 2002 à avril 2004, Idrissa Seck a longtemps été l’homme de confiance du président Wade avant de tomber en disgrâce et d’être poursuivi pour malversations financières dans le cadre de travaux publics dans la ville de Thiès à l'est de Dakar. Il a été emprisonné pendant près de sept mois entre 2005 et 2006 avant de bénéficier en mai 2009 d'un non-lieu. Il est désormais l’un des 14 candidats à la présidentielle dont le premier tour est prévu dimanche 26 février.

« Sur plus de 500 collectivités locales au Sénégal, c'est dans moins de dix que nous constatons quelques manifestations dramatiques. La candidature du président Wade et le report de l'élection présidentielle ne sont pas négociables », a conclu le porte-parole.

(Avec AFP)























 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers