Extension Factory Builder
20/02/2012 à 18:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Idrissa Seck est accusé par le pouvoir d'être l'instigateur des violences qui secouent le pays. Idrissa Seck est accusé par le pouvoir d'être l'instigateur des violences qui secouent le pays. © AFP

Le porte-parole de la présidence sénégalaise, Serigne Mbacké Ndiaye, a accusé le 20 février le candidat Idrissa Seck d'être à l'origine des violences qui secouent le pays depuis plusieurs jours. Il en a profité pour regretter les affrontements et s'excuser auprès de la communauté tidiane, dont une mosquée a été "profanée" par les forces de l'ordre vendredi 17 février.

Les autorités sénégalaises ont trouvé leur bouc émissaire. Le candidat à la présidentielle et ancien Premier ministre  Idrissa Seck serait responsable des violences qui secouent le pays depuis plusieurs jours. C’est ce qu’a confié le ministre et porte-parole de la présidence sénégalaise, Serigne Mbacké Ndiaye lors d’une conférence de presse lundi 20 février.

Une annonce qui intervient alors que les affrontements entre policiers et manifestants se sont poursuivis dimanche 19 février, suite à la  « profanation » au gaz lacrymogène de l'enceinte d'une mosquée de la capitale par les forces de l’ordre. « Je réitère mes excuses à la tarikha (communauté) tidiane, à la ouma islamique », a déclaré Serigne Mbacké Ndiaye.

« Cette campagne électorale a connu des difficultés, des heurts, ce que nous regrettons. Ces incidents n'ont pas leur place dans une campagne », a-t-il poursuivi, jurant que « les enquêtes vont montrer qui a fait quoi. Tous les fautifs seront punis ».

Report de l'élection "pas négociable"

« Parmi les candidats, il y a en a qui ne veulent pas aller à l'élection. Ils ne sont pas prêts et veulent tout faire pour installer le chaos. L'un d'eux a recruté 200 anciens militaires à la retraite avec un colonel à la retraite à la tête de ce groupe. Des jeunes sont recrutés dans certains quartiers de Dakar et à l'intérieur du pays », a encore accusé le porte-parole de la présidence sénégalaise, nommant explicitement l’opposant sénégalais comme l’initiateur des violences.

« Nous connaissons celui qui s'occupe du recrutement, combien il paie par jour et à quel endroit il distribue l'argent. Beaucoup de jeunes sont entraînés dans ce mouvement sans savoir pourquoi. L’État a pris toutes les dispositions pour mettre un terme à ce désordre », a ajouté Serigne Mbacké Ndiaye.

Premier ministre de novembre 2002 à avril 2004, Idrissa Seck a longtemps été l’homme de confiance du président Wade avant de tomber en disgrâce et d’être poursuivi pour malversations financières dans le cadre de travaux publics dans la ville de Thiès à l'est de Dakar. Il a été emprisonné pendant près de sept mois entre 2005 et 2006 avant de bénéficier en mai 2009 d'un non-lieu. Il est désormais l’un des 14 candidats à la présidentielle dont le premier tour est prévu dimanche 26 février.

« Sur plus de 500 collectivités locales au Sénégal, c'est dans moins de dix que nous constatons quelques manifestations dramatiques. La candidature du président Wade et le report de l'élection présidentielle ne sont pas négociables », a conclu le porte-parole.

(Avec AFP)























 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Ebola : des mots et des maux

Ebola : des mots et des maux

La lutte contre Ebola, c'est aussi un enjeu de communication. Pour les chefs d'État et de gouvernement. Pour les ONG. Et pour les compagnies aériennes.[...]

Vidéo : les Sénégalais de "Y'en a marre" publient un clip contre le virus Ebola

Les rappeurs sénégalais du collectif "Y'en a marre" ont sorti un clip dans lequel ils appellent à "stopper Ebola". Ils y détaillent les mesures de prévention et appellent[...]

Ebola : l'unique malade identifié au Sénégal a été guéri

Le jeune Guinéen qui avait introduit au Sénégal l'unique cas confirmé de virus Ebola est guéri, a annoncé mercredi le ministère sénégalais de la Santé.[...]

Tchad - Affaire Habré : une vingtaine d'ex-cadres de la DDS devant la cour criminelle

Une vingtaine d’anciens responsables de la police politique de Hissène Habré (sur 33 détenus), ont été renvoyés devant la cour criminelle du Tchad. Neuf autres [...]

E-santé : le top 5 des applications mobiles en Afrique

Recevoir des informations sur son dossier médical en temps réel, géolocaliser le médecin le plus proche, tout savoir sur les symptômes d'Ebola. Grâce aux smartphones, les Africains[...]

Dossier : comment vivent les riches en Afrique

C'est l'histoire d'une élite pour laquelle l'argent n'est pas un problème. Une histoire faite de virées en bateau, de fêtes somptueuses, de greens où pas un brin d'herbe ne dépasse.[...]

Fortune : la philanthropie des milliardaires africains

Ils s'appellent Patrice Motsepe, Mo Ibrahim ou Tony Elumelu... Encouragés par leurs homologues occidentaux, les milliardaires du continent n'hésitent plus à consacrer une partie de leur richesse[...]

Sénégal : le procès Karim Wade vu de l'hôtel Terrou-Bi

Agréablement situé sur la corniche de la capitale sénégalaise, l'hôtel Terrou-Bi voit se croiser quotidiennement les principaux protagonistes du procès de Karim Wade, qui se[...]

Mondial de basket - Maleye Ndoye : "Le Sénégal monte en puissance"

Après son succès historique face à la Croatie lundi (77-75), le Sénégal s'est qualifié pour les huitièmes de finale des Championnats du monde de basket en Espagne (30 août-14[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex