Extension Factory Builder
20/02/2012 à 08:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants du Mouvement du 20 février réunis à Casablanca le 3 juillet 2011. Des manifestants du Mouvement du 20 février réunis à Casablanca le 3 juillet 2011. © AFP

Le Mouvement du 20 février a fêté ce dimanche son premier anniversaire au Maroc. Invité à dialoguer avec le gouvernement, il n'a pour l'instant pas répondu positivement par crainte d'une manipulation du Makhzen.

On le dit essoufflé et en perte de vitesse mais il est encore loin d'abandonner son combat et semble s'inscrire durablement dans le paysage politique marocain. Le Mouvement du 20 février (M20) a fêté dimanche son premier anniversaire avec des rassemblements dans quelques unes des plus grandes villes du Maroc.

 

Comme à Casablanca, où les militants étaient rassemblées sur la grande place des Nations unies, les slogans réclamaient « la fin de la corruption », mais aussi l'obtention de plus de « liberté », de justice sociale et de démocratie dans le royaume, en dépit d'une réforme constitutionnelle intervenue en juillet 2011 et de l'établissement d'un gouvernement islamiste sorti des urnes.

Le ministère de l'Intérieur n'a compté que 150 manifestants à Casablanca, la deuxième ville du pays, mais le correspondant de l'AFP en a dénombré quelque 2 000. Un rapport de plus de un à dix qui donne une fourchette possible pour évaluer l'ampleur du mouvement au Maroc : pour le gouvernement, les manifestants n'étaient qu'un millier dans tout le pays.

Contre-manifestation à Rabat

Dans le centre-ville de Rabat, ils étaient encore un millier – en comptant les chômeurs et les badauds - à s'être rassemblés. En même temps, un groupe de contre-manifestants tenant des portraits du roi Mohammed VI manifestait un peu plus loin devant le Parlement.

Le M20 est une coalition d'activistes, d'étudiants et de travailleurs. Il a perdu un grand nombre de militants lorsque l'association islamiste Justice et bienfaisance a claqué la porte du mouvement en décembre. « Nous préférons être 200 avec des revendications précises et claires plutôt que des dizaines de milliers porteurs de messages ambigus », a indiqué Ahmad Mediany un des responsables du mouvement à Casablanca.

« Le 20 février a joué un grand rôle dans les réformes au Maroc », a reconnu Saadeddine El Othmani, le ministre des affaires étrangères qui est ausi l'un des dirigeants du Parti justice et développement (PJD, islamiste, au pouvoir), dans une déclaration au site internet Goud.ma. Le nouveau gouvernement de Abdelillah Benkirane a appelé au « dialogue au plus tôt » avec le M20, mais celui-ci n'a toujours pas répondu favorablement, sans doute dans la crainte d'une manipulation.

Nouveau "contrat social"

« Il ne s'agit pas de savoir si le gouvernement doit dialoguer avec le M20 car ce n'est pas un parti avec des organes de décision. C'est un mouvement de contestation qui veut la justice sociale dans un pays où les inégalités sont criantes », estime un sympathisant du mouvement, Omar Balafrej, président de la Fondation Abderrahim Bouabid, un « think tank » marocain pour la démocratie.

Selon lui, « le gouvernement serait bien avisé de prendre l'initiative d'ouvrir un vaste débat pour un nouveau "contrat social" avant qu'il ne soit trop tard. Il y a des villes aujourd'hui qui connaissent des tensions profondes » liées au chômage et aux difficiles conditions de vie. En outre, l'émergence du Mouvement de contestation a brisé de nombreux tabous en libérant la parole et en la portant dans la rue.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex