Extension Factory Builder
20/02/2012 à 08:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants du Mouvement du 20 février réunis à Casablanca le 3 juillet 2011. Des manifestants du Mouvement du 20 février réunis à Casablanca le 3 juillet 2011. © AFP

Le Mouvement du 20 février a fêté ce dimanche son premier anniversaire au Maroc. Invité à dialoguer avec le gouvernement, il n'a pour l'instant pas répondu positivement par crainte d'une manipulation du Makhzen.

On le dit essoufflé et en perte de vitesse mais il est encore loin d'abandonner son combat et semble s'inscrire durablement dans le paysage politique marocain. Le Mouvement du 20 février (M20) a fêté dimanche son premier anniversaire avec des rassemblements dans quelques unes des plus grandes villes du Maroc.

 

Comme à Casablanca, où les militants étaient rassemblées sur la grande place des Nations unies, les slogans réclamaient « la fin de la corruption », mais aussi l'obtention de plus de « liberté », de justice sociale et de démocratie dans le royaume, en dépit d'une réforme constitutionnelle intervenue en juillet 2011 et de l'établissement d'un gouvernement islamiste sorti des urnes.

Le ministère de l'Intérieur n'a compté que 150 manifestants à Casablanca, la deuxième ville du pays, mais le correspondant de l'AFP en a dénombré quelque 2 000. Un rapport de plus de un à dix qui donne une fourchette possible pour évaluer l'ampleur du mouvement au Maroc : pour le gouvernement, les manifestants n'étaient qu'un millier dans tout le pays.

Contre-manifestation à Rabat

Dans le centre-ville de Rabat, ils étaient encore un millier – en comptant les chômeurs et les badauds - à s'être rassemblés. En même temps, un groupe de contre-manifestants tenant des portraits du roi Mohammed VI manifestait un peu plus loin devant le Parlement.

Le M20 est une coalition d'activistes, d'étudiants et de travailleurs. Il a perdu un grand nombre de militants lorsque l'association islamiste Justice et bienfaisance a claqué la porte du mouvement en décembre. « Nous préférons être 200 avec des revendications précises et claires plutôt que des dizaines de milliers porteurs de messages ambigus », a indiqué Ahmad Mediany un des responsables du mouvement à Casablanca.

« Le 20 février a joué un grand rôle dans les réformes au Maroc », a reconnu Saadeddine El Othmani, le ministre des affaires étrangères qui est ausi l'un des dirigeants du Parti justice et développement (PJD, islamiste, au pouvoir), dans une déclaration au site internet Goud.ma. Le nouveau gouvernement de Abdelillah Benkirane a appelé au « dialogue au plus tôt » avec le M20, mais celui-ci n'a toujours pas répondu favorablement, sans doute dans la crainte d'une manipulation.

Nouveau "contrat social"

« Il ne s'agit pas de savoir si le gouvernement doit dialoguer avec le M20 car ce n'est pas un parti avec des organes de décision. C'est un mouvement de contestation qui veut la justice sociale dans un pays où les inégalités sont criantes », estime un sympathisant du mouvement, Omar Balafrej, président de la Fondation Abderrahim Bouabid, un « think tank » marocain pour la démocratie.

Selon lui, « le gouvernement serait bien avisé de prendre l'initiative d'ouvrir un vaste débat pour un nouveau "contrat social" avant qu'il ne soit trop tard. Il y a des villes aujourd'hui qui connaissent des tensions profondes » liées au chômage et aux difficiles conditions de vie. En outre, l'émergence du Mouvement de contestation a brisé de nombreux tabous en libérant la parole et en la portant dans la rue.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Nizar Mourabit : faux Marocain, vrai imposteur

Un politologue du nom de Nizar Mourabit sévit depuis quelques années au pays des tulipes. Il est apparu un jour sur la scène médiatique, ou plutôt il y a surgi, et n'a cessé de publ[...]

Blaise Compaoré bientôt extradé vers le Burkina Faso ?

Lors d'une rencontre jeudi avec la presse nationale, le Premier ministre intérimaire, Isaac Zida, a annoncé que le Burkina allait demander au Maroc l'extradition de Blaise Compaoré si les institutions[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Maroc - Driss El Yazami : "Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l'homme"

Le Maroc accueille du 27 au 30 novembre à Marrakech la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'homme. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et[...]

Jumia lève 120 millions d'euros

 En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.[...]

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces