Extension Factory Builder
17/02/2012 à 14:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
’Étrange Rêve d’une femme inachevée, de Libar M. Fofana, est édité chez Gallimard. ’Étrange Rêve d’une femme inachevée, de Libar M. Fofana, est édité chez Gallimard. © AFP

Dans "L’Étrange Rêve d’une femme inachevée", l’écrivain guinéen Libar M. Fofana raconte l’impossible quête d’indépendance de deux sœurs siamoises. Dans la continuité de ses précédents romans, il sonde la force émancipatrice de l’esprit lorsque le corps est enchaîné.

C’est l’histoire de deux jeunes sœurs jumelles, dans la Guinée des années 1970. L’une, Hawa, douce et belle, ne rêve que d’amour, croît en Allah et en la fatalité. L’autre, Ramatoulaye, révoltée et pleine d’esprit, s’imagine un avenir politique, ne cesse de blasphémer et se veut seule maîtresse de son destin. Problème : Hawa et Ramatoulaye sont siamoises. La première est presque « normale » : c’est elle qui détient l’unique paire de jambes du couple. La seconde a vu son petit tronc rabougri greffé par le sort sur le corps de sa sœur, d’où son surnom de « Toumbou » (« asticot »).

Dans ce conte cruel et facétieux, l’écrivain guinéen Libar M. Fofana (né à Conakry en 1959 et établi en France depuis 1984) raconte la quête d’identité, d’indépendance et, au final, de liberté, de deux êtres liés autant par des sentiments d’amour-haine sororaux que par une « chaîne de chairs entrecroisées, de nerfs enchevêtrés, de sangs mêlés, d’émotions et d’hormones partagées ». L’auteur s’interroge : comment, malgré tous les obstacles – physiques et moraux –, parvenir à « se réinventer pour renaître en quelque chose d’achevé » ? La réponse, on s’en doute, oscille entre l’amour et la mort.

Du corps à l’ouvrage

Avec cet Étrange Rêve d’une femme inachevée, Libar M. Fofana poursuit sur la lancée de ses précédents romans dans la mise en scène de personnages physiquement diminués ou contraints, le tout sur fond de liens de parenté. Dans Le Fils de l’arbre (2004), le héros devait s’occuper de son frère handicapé ; dans N’Köro (2005), une épouse jugée stérile accouchait finalement prématurément ; dans Le Cri des feuilles qui meurent (2007), une adolescente victime de la lèpre était réduite en esclavage par un rebouteux ; dans Le Diable dévot (2010), enfin, un imam se voyait proposer par un octogénaire un billet d’avion pour La Mecque en échange de sa fille de 13 ans…

L’état de notre corps (la condition physique) détermine-t-il notre place dans le monde (la condition sociale) et, plus largement, notre destinée ? Et quelle est la force émancipatrice de l’esprit – et de l’imagination ? Telles sont les questions que semble poser, une fois de plus, Libar M. Fofana.

Il faut dire que l’entrée en écriture de l’auteur est elle-même liée à ces problématiques. C’est en effet à la suite de la perte d’une partie de son audition lors d’un concert, en 1993, qu’il commence à coucher ses réflexions sur papier. Dans un premier temps, à l’hôpital, il s’agit pour lui de communiquer par écrit avec le personnel, alors qu’il est emmuré dans un monde de silence. Puis, après sa convalescence, il continue d’écrire, d’abord des textes courts, ensuite des nouvelles… jusqu’à la parution de son premier roman, en 2004.

Autre élément clé dans la biographie de l’écrivain : son père a été enfermé et torturé au tristement célèbre camp Boiro, où étaient détenus les prisonniers politiques du régime de Sékou Touré, de 1958 à 1984. Encore une fois, c’est le corps que l’on soumet, que l’on séquestre. Comme pour Ramatoulaye alias « Toumbou », emprisonnée dans la chair de sa sœur, l’échappatoire se situe alors du côté du rêve et, plus encore, du refus de toute résignation.

___

L’Étrange Rêve d’une femme inachevée, de Libar M. Fofana, Gallimard, Coll. Continents noirs, 208 pages, 17,50 euros
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
francois pierre - 18/02/2012 à 00h:02

libar m fofana est un ecrivain magique ! son ecriture touche les ames ![...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Guinée

Guinée - Koutoub Moustapha Sano : 'Jusqu'en juillet, l'Arabie était prête à accueillir nos pèlerins'

Guinée - Koutoub Moustapha Sano : "Jusqu'en juillet, l'Arabie était prête à accueillir nos pèlerins"

Conakry a accepté l'interdiction faite à ses ressortissants de se rendre à La Mecque. Et espère que les quotas seront augmentés l'an prochain.[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Massacre du 28 septembre en Guinée : 5 ans après, "la justice n'a toujours pas été rendue"

Plusieurs organisations de droits de l'homme guinéennes et internationales ont dénoncé, samedi, l'absence de justice, à la veille du cinquième anniversaire du massacre du 28 septembre 2009, au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Guinée : attaque meurtrière contre une équipe anti-Ebola, 27 suspects arrêtés

Une semaine après le meurtre de membres d'une équipe en campagne de sensibilisation sur Ebola dans le sud de la Guinée, 27 personnes ont été arrêtées, a annoncé mercredi le[...]

Ebola : chronique d'une panique

Tandis que le virus se propage, les États du monde entier se mobilisent pour enrayer l'épidémie. À chacun sa méthode : l'imagination aussi, c'est contagieux ![...]

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus[...]

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers