Extension Factory Builder
15/02/2012 à 19:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'artiste musicien congolais Koffi Olomidé en concert. L'artiste musicien congolais Koffi Olomidé en concert. © AFP

Le chanteur congolais Koffi Olomidé a été mis en examen lundi par une juge d'instruction de Nanterre pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe. Une information rendue publique ce mercredi par son avocat, après le retour de l’artiste en République démocratique du Congo (RDC).

Inculpé lundi pour viols et séquestrations par le tribunal de Nanterre, dans la banlieue parisienne, le chanteur congolais Koffi Olomidé a choisi de rentrer en  République démocratique du Congo (RDC), sans attendre la décision de la justice sur son placement ou non en détention provisoire, a expliqué son avocat Me Manuel Aeschlimann à l’AFP.

Arrivé lundi en France après trois ans de séjour ininterrompu dans son pays, Koffi Olomidé s'est rendu l’après-midi même « de son plein gré à une convocation de la juge d'instruction sur des faits à lui reprochés », a précisé son avocat.

Des plaintes pour obtenir "un titre temporaire de séjour" ?

Selon Me Aeschlimann, une ancienne danseuse de Quartier latin international, l'orchestre de Koffi Olomidé, avait déposé plainte pour viol et séquestration en 2006. Deux ans plus tard, deux autres ex-danseuses du groupe avaient fait de même. L'une des trois était mineure au moment des faits dénoncés.

Mais l’avocat souligne que les plaignantes n’accusent son client que pour bénéficier d’« un titre de séjour temporaire » en France. Et d’ajouter : « Le dossier d'instruction est complètement vide et creux. Il n'y a aucune preuve matérielle et les déclarations des trois femmes qui l'accusent de les avoir violées, recèlent de nombreuses contradictions. »

En 2009, alors qu’il allait être mis en examen déjà dans cette affaire, la star congolaise, dont le dernier album Abracadabra est sorti début janvier, avait regagné précipitamment le pays, de peur d’être incarcéré.

Koffi Olomidé après Papa Wemba

Koffi Olomidé n’est pas le premier artiste musicien congolais à avoir maille partir avec la justice. Son collègue Félix Wazekwa avait été condamné récemment à une peine de 2 ans de prison avec sursis dans une affaire de trafic d’êtres humains en Belgique.

Le tribunal correctionnel de Bobigny avait condamné en 2004 une autre icône de la musique congolaise et africaine, Papa Wemba, à trente mois de prison, dont quatre fermes purgés en 2003, et une amende de 10 000 euros pour « aide au séjour irrégulier de clandestins sous couvert de ses activités musicales ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et enfant[...]

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

Des tenues de l'armée congolaise ont été retrouvées mercredi dans un fourgon de la Monusco à l'aéroport de Goma, selon plusieurs témoins sur place. Une affaire bien embarrassante[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

RDC - Massacres à Beni : des députés réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire

Dans un rapport, douze députés congolais, de retour de cinq jours de mission à Beni, territoire endeuillé par une série de massacres depuis début octobre, fustigent les défaillances[...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces