Extension Factory Builder
15/02/2012 à 19:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'artiste musicien congolais Koffi Olomidé en concert. L'artiste musicien congolais Koffi Olomidé en concert. © AFP

Le chanteur congolais Koffi Olomidé a été mis en examen lundi par une juge d'instruction de Nanterre pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe. Une information rendue publique ce mercredi par son avocat, après le retour de l’artiste en République démocratique du Congo (RDC).

Inculpé lundi pour viols et séquestrations par le tribunal de Nanterre, dans la banlieue parisienne, le chanteur congolais Koffi Olomidé a choisi de rentrer en  République démocratique du Congo (RDC), sans attendre la décision de la justice sur son placement ou non en détention provisoire, a expliqué son avocat Me Manuel Aeschlimann à l’AFP.

Arrivé lundi en France après trois ans de séjour ininterrompu dans son pays, Koffi Olomidé s'est rendu l’après-midi même « de son plein gré à une convocation de la juge d'instruction sur des faits à lui reprochés », a précisé son avocat.

Des plaintes pour obtenir "un titre temporaire de séjour" ?

Selon Me Aeschlimann, une ancienne danseuse de Quartier latin international, l'orchestre de Koffi Olomidé, avait déposé plainte pour viol et séquestration en 2006. Deux ans plus tard, deux autres ex-danseuses du groupe avaient fait de même. L'une des trois était mineure au moment des faits dénoncés.

Mais l’avocat souligne que les plaignantes n’accusent son client que pour bénéficier d’« un titre de séjour temporaire » en France. Et d’ajouter : « Le dossier d'instruction est complètement vide et creux. Il n'y a aucune preuve matérielle et les déclarations des trois femmes qui l'accusent de les avoir violées, recèlent de nombreuses contradictions. »

En 2009, alors qu’il allait être mis en examen déjà dans cette affaire, la star congolaise, dont le dernier album Abracadabra est sorti début janvier, avait regagné précipitamment le pays, de peur d’être incarcéré.

Koffi Olomidé après Papa Wemba

Koffi Olomidé n’est pas le premier artiste musicien congolais à avoir maille partir avec la justice. Son collègue Félix Wazekwa avait été condamné récemment à une peine de 2 ans de prison avec sursis dans une affaire de trafic d’êtres humains en Belgique.

Le tribunal correctionnel de Bobigny avait condamné en 2004 une autre icône de la musique congolaise et africaine, Papa Wemba, à trente mois de prison, dont quatre fermes purgés en 2003, et une amende de 10 000 euros pour « aide au séjour irrégulier de clandestins sous couvert de ses activités musicales ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congol[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120215184002 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120215184002 from 172.16.0.100