Extension Factory Builder
14/02/2012 à 18:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un homme passe devant une zone pouvant contenir des mines à Ziguinchor en mai 2008. Un homme passe devant une zone pouvant contenir des mines à Ziguinchor en mai 2008. © AFP

Un "accrochage" lundi soir entre l’armée sénégalaise et des rebelles indépendantistes a fait de nouvelles victimes en Casamance. Bilan : trois soldats sénégalais tués et six autres blessés.

« Nous avons enregistré trois morts et six blessés », a déclaré une source militaire sénégalaise à l'AFP. C’est le bilan de l’accrochage lundi, « au crépuscule », entre l’armée régulière du Sénégal et « des maquisards du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) » à Sindian, à 50 km au nord de Ziguinchor (Casamance). Information confirmée par l’hôpital régional local qui a affirmé avoir « reçu six blessés et trois corps ». Rien n’a filtré sur d’éventuelles victimes dans les rangs des rebelles casamançais.

L’armée sénégalaise se trouve dans cette zone du Sindian « dans le cadre de la sécurisation des personnes et des biens contre ces bandes armées qui les terrorisent », ajoute la source militaire. Deux jours plus tôt, en campagne électorale pour sa réélection, Abdoulaye Wade a tenu un meeting à Ziguinchor au cours duquel il a proposé un nouveau plan pour mettre fin au conflit en Casamance.

Casamance, un conflit interminable

Depuis trois décennies, la guerre dans cette région a fait des milliers de victimes, civiles et militaires, malgré plusieurs accords de paix entre Dakar et la rébellion du MFDC, signés et aussitôt caducs.

Lors de sa première élection en 2000, Wade s'était pourtant engagé à résoudre le conflit en Casamance « en 100 jours ». Mais, affrontements, braquages et embuscades se sont poursuivis à intervalles réguliers, et se sont même intensifiés depuis novembre 2011. Ni les divisions internes au MFDC, ni la mort en décembre 2007 de son chef historique, l'abbé Augustin Diamacoune Senghor, n’a pu permettre l’accélération du processus de pacification.

S’il est réélu le 28 février, le président Wade promet de « poursuivre le dialogue avec le MFDC pour une solution pacifique de la crise ». Aujourd’hui, les deux parties belligérantes acceptent la médiation de la communauté Sant’Egidio. À condition que les discussions se tiennent en dehors de l’Afrique. C'est la dernière exigence de Salif Sadio, leader de la tendance la plus radicale de la rébellion casamançaise.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Sénégal

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers