Extension Factory Builder
13/02/2012 à 13:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. © AFP/Archives

L’assaut des rebelles touaregs du MNLA sur Aguelhok le 24 janvier dernier aurait fait beaucoup plus d’une quarantaine de morts du côté de l'armée malienne. "On parle d’une centaine", a confié le ministre français de la Coopération Henri de Raincourt. Une source française précise : "82 morts exactement, pas de civils".

Mis à jour à 16h32.

Ce n’est plus d’une quarantaine mais bien d’une centaine de morts du côté des militaires maliens dont on parle aujourd’hui pour une offensive des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) à Aguelhok, au nord-est du Mali. Selon Jeune Afrique, qui avait révélé l’information, les corps de 41 militaires tués par balle ou à l’arme blanche le 24 janvier dernier avaient été retrouvés dans une fosse commune creusée dans le camp militaire de la ville. Mais le bilan définitif pourrait être beaucoup plus lourd.

« Il y a eu effectivement des violences absolument atroces et inadmissibles à Aguelhok, il y a eu effectivement des exécutions sommaires, des soldats, des personnes - on parle d'une centaine - qui ont été capturées et ont été froidement exécutées », a déclaré le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, sur Radio France Internationale (RFI). « Certains prétendent que la méthode utilisée pour l'exécution s'apparente à celle utilisée par Al-Qaïda, a-t-il ajouté. Certaines victimes ont été égorgées, d'autres (tuées d') une balle dans la tête, en tout cas des méthodes barbares et expéditives. »

Rebelles touaregs et djihadistes

Selon une source française proche du dossier, qui confirme que les exactions ont été commises le 24 janvier, « au total, il y a eu 82 morts exactement, pas de civils ». Selon des informations de Jeune Afrique publiées le 26 janvier et confirmées après par le gouvernement malien, les rebelles du MNLA avaient combattu aux côtés de djihadistes du groupe salafiste Anssar dine d’Iyad Ag Ghaly, mais aussi d’hommes d’Abou Zeid, un émir d’Al-Quaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ces derniers étaient probablement motivés par la soif de vengeance, de nombreux « frères » islamistes d’Ag Ghaly ayant été tués par l’armée malienne lors du premier assaut sur Aguelhok, le 18 janvier dernier.

Interrogé sur la possibilité que l'armée malienne cherche à lancer une contre-offensive avant d'arrêter les combats, le ministre français a estimé le plus important était « que les hostilités cessent le plus rapidement possible. (…) La stratégie des rebelles telle qu'on peut l'analyser et celle des autorités maliennes sont plutôt une stratégie d'évitement. Donc il n'y a pas eu de choc ni de bataille rangée puisque quand les rebelles arrivent dans un camp militaire, l'armée régulière l'a quitté quelques heures ou demi-journées avant », a-t-il ajouté.

Dans l'après-midi, l’armée malienne a confirmé pour la première fois officiellement que des exactions avaient été commises à Aguelhok. « Il y a eu effectivement des exécutions sommaires ce jour [du 24 janvier, NDLR], des personnes ont été égorgées, d'autres ont tout simplement reçu une balle dans la tête », a déclaré à l'AFP le colonel Idrissa Traoré, chef de la Direction de l'information et des relations publiques des armées (Dirpa) du Mali. Selon lui, il y a eu des civils parmi les victimes de ces exécutions qui, a-t-il affirmé, ne « peuvent avoir été commises que par ces gens d'Al-Qaïda au Maghreb islamique » (Aqmi). Un officier qui a enterré des victimes de ces exécutions a quant à lui affirmé à l'AFP avoir « compté 97 soldats tués et vu un camp (militaire) totalement dévasté, des véhicules qui brûlaient ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers