Extension Factory Builder
13/02/2012 à 13:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. © AFP/Archives

L’assaut des rebelles touaregs du MNLA sur Aguelhok le 24 janvier dernier aurait fait beaucoup plus d’une quarantaine de morts du côté de l'armée malienne. "On parle d’une centaine", a confié le ministre français de la Coopération Henri de Raincourt. Une source française précise : "82 morts exactement, pas de civils".

Mis à jour à 16h32.

Ce n’est plus d’une quarantaine mais bien d’une centaine de morts du côté des militaires maliens dont on parle aujourd’hui pour une offensive des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) à Aguelhok, au nord-est du Mali. Selon Jeune Afrique, qui avait révélé l’information, les corps de 41 militaires tués par balle ou à l’arme blanche le 24 janvier dernier avaient été retrouvés dans une fosse commune creusée dans le camp militaire de la ville. Mais le bilan définitif pourrait être beaucoup plus lourd.

« Il y a eu effectivement des violences absolument atroces et inadmissibles à Aguelhok, il y a eu effectivement des exécutions sommaires, des soldats, des personnes - on parle d'une centaine - qui ont été capturées et ont été froidement exécutées », a déclaré le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, sur Radio France Internationale (RFI). « Certains prétendent que la méthode utilisée pour l'exécution s'apparente à celle utilisée par Al-Qaïda, a-t-il ajouté. Certaines victimes ont été égorgées, d'autres (tuées d') une balle dans la tête, en tout cas des méthodes barbares et expéditives. »

Rebelles touaregs et djihadistes

Selon une source française proche du dossier, qui confirme que les exactions ont été commises le 24 janvier, « au total, il y a eu 82 morts exactement, pas de civils ». Selon des informations de Jeune Afrique publiées le 26 janvier et confirmées après par le gouvernement malien, les rebelles du MNLA avaient combattu aux côtés de djihadistes du groupe salafiste Anssar dine d’Iyad Ag Ghaly, mais aussi d’hommes d’Abou Zeid, un émir d’Al-Quaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ces derniers étaient probablement motivés par la soif de vengeance, de nombreux « frères » islamistes d’Ag Ghaly ayant été tués par l’armée malienne lors du premier assaut sur Aguelhok, le 18 janvier dernier.

Interrogé sur la possibilité que l'armée malienne cherche à lancer une contre-offensive avant d'arrêter les combats, le ministre français a estimé le plus important était « que les hostilités cessent le plus rapidement possible. (…) La stratégie des rebelles telle qu'on peut l'analyser et celle des autorités maliennes sont plutôt une stratégie d'évitement. Donc il n'y a pas eu de choc ni de bataille rangée puisque quand les rebelles arrivent dans un camp militaire, l'armée régulière l'a quitté quelques heures ou demi-journées avant », a-t-il ajouté.

Dans l'après-midi, l’armée malienne a confirmé pour la première fois officiellement que des exactions avaient été commises à Aguelhok. « Il y a eu effectivement des exécutions sommaires ce jour [du 24 janvier, NDLR], des personnes ont été égorgées, d'autres ont tout simplement reçu une balle dans la tête », a déclaré à l'AFP le colonel Idrissa Traoré, chef de la Direction de l'information et des relations publiques des armées (Dirpa) du Mali. Selon lui, il y a eu des civils parmi les victimes de ces exécutions qui, a-t-il affirmé, ne « peuvent avoir été commises que par ces gens d'Al-Qaïda au Maghreb islamique » (Aqmi). Un officier qui a enterré des victimes de ces exécutions a quant à lui affirmé à l'AFP avoir « compté 97 soldats tués et vu un camp (militaire) totalement dévasté, des véhicules qui brûlaient ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9 affrété[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers