Extension Factory Builder
13/02/2012 à 13:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. © AFP/Archives

L’assaut des rebelles touaregs du MNLA sur Aguelhok le 24 janvier dernier aurait fait beaucoup plus d’une quarantaine de morts du côté de l'armée malienne. "On parle d’une centaine", a confié le ministre français de la Coopération Henri de Raincourt. Une source française précise : "82 morts exactement, pas de civils".

Mis à jour à 16h32.

Ce n’est plus d’une quarantaine mais bien d’une centaine de morts du côté des militaires maliens dont on parle aujourd’hui pour une offensive des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) à Aguelhok, au nord-est du Mali. Selon Jeune Afrique, qui avait révélé l’information, les corps de 41 militaires tués par balle ou à l’arme blanche le 24 janvier dernier avaient été retrouvés dans une fosse commune creusée dans le camp militaire de la ville. Mais le bilan définitif pourrait être beaucoup plus lourd.

« Il y a eu effectivement des violences absolument atroces et inadmissibles à Aguelhok, il y a eu effectivement des exécutions sommaires, des soldats, des personnes - on parle d'une centaine - qui ont été capturées et ont été froidement exécutées », a déclaré le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, sur Radio France Internationale (RFI). « Certains prétendent que la méthode utilisée pour l'exécution s'apparente à celle utilisée par Al-Qaïda, a-t-il ajouté. Certaines victimes ont été égorgées, d'autres (tuées d') une balle dans la tête, en tout cas des méthodes barbares et expéditives. »

Rebelles touaregs et djihadistes

Selon une source française proche du dossier, qui confirme que les exactions ont été commises le 24 janvier, « au total, il y a eu 82 morts exactement, pas de civils ». Selon des informations de Jeune Afrique publiées le 26 janvier et confirmées après par le gouvernement malien, les rebelles du MNLA avaient combattu aux côtés de djihadistes du groupe salafiste Anssar dine d’Iyad Ag Ghaly, mais aussi d’hommes d’Abou Zeid, un émir d’Al-Quaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ces derniers étaient probablement motivés par la soif de vengeance, de nombreux « frères » islamistes d’Ag Ghaly ayant été tués par l’armée malienne lors du premier assaut sur Aguelhok, le 18 janvier dernier.

Interrogé sur la possibilité que l'armée malienne cherche à lancer une contre-offensive avant d'arrêter les combats, le ministre français a estimé le plus important était « que les hostilités cessent le plus rapidement possible. (…) La stratégie des rebelles telle qu'on peut l'analyser et celle des autorités maliennes sont plutôt une stratégie d'évitement. Donc il n'y a pas eu de choc ni de bataille rangée puisque quand les rebelles arrivent dans un camp militaire, l'armée régulière l'a quitté quelques heures ou demi-journées avant », a-t-il ajouté.

Dans l'après-midi, l’armée malienne a confirmé pour la première fois officiellement que des exactions avaient été commises à Aguelhok. « Il y a eu effectivement des exécutions sommaires ce jour [du 24 janvier, NDLR], des personnes ont été égorgées, d'autres ont tout simplement reçu une balle dans la tête », a déclaré à l'AFP le colonel Idrissa Traoré, chef de la Direction de l'information et des relations publiques des armées (Dirpa) du Mali. Selon lui, il y a eu des civils parmi les victimes de ces exécutions qui, a-t-il affirmé, ne « peuvent avoir été commises que par ces gens d'Al-Qaïda au Maghreb islamique » (Aqmi). Un officier qui a enterré des victimes de ces exécutions a quant à lui affirmé à l'AFP avoir « compté 97 soldats tués et vu un camp (militaire) totalement dévasté, des véhicules qui brûlaient ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces