Extension Factory Builder
13/02/2012 à 13:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. Des familles de militaires maliens ont manifesté contre le gouvernement, le 2 février à Bamako. © AFP/Archives

L’assaut des rebelles touaregs du MNLA sur Aguelhok le 24 janvier dernier aurait fait beaucoup plus d’une quarantaine de morts du côté de l'armée malienne. "On parle d’une centaine", a confié le ministre français de la Coopération Henri de Raincourt. Une source française précise : "82 morts exactement, pas de civils".

Mis à jour à 16h32.

Ce n’est plus d’une quarantaine mais bien d’une centaine de morts du côté des militaires maliens dont on parle aujourd’hui pour une offensive des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) à Aguelhok, au nord-est du Mali. Selon Jeune Afrique, qui avait révélé l’information, les corps de 41 militaires tués par balle ou à l’arme blanche le 24 janvier dernier avaient été retrouvés dans une fosse commune creusée dans le camp militaire de la ville. Mais le bilan définitif pourrait être beaucoup plus lourd.

« Il y a eu effectivement des violences absolument atroces et inadmissibles à Aguelhok, il y a eu effectivement des exécutions sommaires, des soldats, des personnes - on parle d'une centaine - qui ont été capturées et ont été froidement exécutées », a déclaré le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, sur Radio France Internationale (RFI). « Certains prétendent que la méthode utilisée pour l'exécution s'apparente à celle utilisée par Al-Qaïda, a-t-il ajouté. Certaines victimes ont été égorgées, d'autres (tuées d') une balle dans la tête, en tout cas des méthodes barbares et expéditives. »

Rebelles touaregs et djihadistes

Selon une source française proche du dossier, qui confirme que les exactions ont été commises le 24 janvier, « au total, il y a eu 82 morts exactement, pas de civils ». Selon des informations de Jeune Afrique publiées le 26 janvier et confirmées après par le gouvernement malien, les rebelles du MNLA avaient combattu aux côtés de djihadistes du groupe salafiste Anssar dine d’Iyad Ag Ghaly, mais aussi d’hommes d’Abou Zeid, un émir d’Al-Quaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ces derniers étaient probablement motivés par la soif de vengeance, de nombreux « frères » islamistes d’Ag Ghaly ayant été tués par l’armée malienne lors du premier assaut sur Aguelhok, le 18 janvier dernier.

Interrogé sur la possibilité que l'armée malienne cherche à lancer une contre-offensive avant d'arrêter les combats, le ministre français a estimé le plus important était « que les hostilités cessent le plus rapidement possible. (…) La stratégie des rebelles telle qu'on peut l'analyser et celle des autorités maliennes sont plutôt une stratégie d'évitement. Donc il n'y a pas eu de choc ni de bataille rangée puisque quand les rebelles arrivent dans un camp militaire, l'armée régulière l'a quitté quelques heures ou demi-journées avant », a-t-il ajouté.

Dans l'après-midi, l’armée malienne a confirmé pour la première fois officiellement que des exactions avaient été commises à Aguelhok. « Il y a eu effectivement des exécutions sommaires ce jour [du 24 janvier, NDLR], des personnes ont été égorgées, d'autres ont tout simplement reçu une balle dans la tête », a déclaré à l'AFP le colonel Idrissa Traoré, chef de la Direction de l'information et des relations publiques des armées (Dirpa) du Mali. Selon lui, il y a eu des civils parmi les victimes de ces exécutions qui, a-t-il affirmé, ne « peuvent avoir été commises que par ces gens d'Al-Qaïda au Maghreb islamique » (Aqmi). Un officier qui a enterré des victimes de ces exécutions a quant à lui affirmé à l'AFP avoir « compté 97 soldats tués et vu un camp (militaire) totalement dévasté, des véhicules qui brûlaient ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a annoncé[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers