Extension Factory Builder
13/02/2012 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Considéré comme le plus proche conseiller de Kabila, Mwanke était aussi le plus discret. Considéré comme le plus proche conseiller de Kabila, Mwanke était aussi le plus discret. © Anna Ziemanski/AFP

Augustin Katumba Mwanke, député du Katanga : c'est l'un des plus proches conseillers officieux de Joseph Kabila qui est décédé dimanche dans un accident d'avion à Bukavu (est de la RDC), ainsi que deux membres américains de l'équipage. Plusieurs autres personnalités officielles du régime dont le ministre des Finances Augustin Matata Ponyo ont, elles, été blessées dans le crash.

L'éminence grise de Joseph Kabila, Augustin Katumba Mwanke, surnommé « l'autorité morale », a été tué dimanche dans le crash d'un avion à Bukavu (est de la RDC) avec deux membres d'équipage américain. Cinq des huit passagers ont survécu mais sont parfois grièvement blessés. On compte parmi eux le ministre congolais des Finances, Augustin Matata Ponyo, le gouverneur du Sud-Kivu (est), Marcelin Tshisambo, et Antoine Ghonda, ancien « ambassadeur itinérant » du président congolais.

La présidence a précisé que le conseiller de Kabila et le pilote avaient « été tués sur le coup » vers 14 heures locales (12 heures GMT) lors de l'atterrissage manqué de leur bi-réacteur Gulfstream 200 venant de Kinshasa via Goma. Celui-ci s'est posé « au milieu de la piste et est allé terminer sa course dans un ravin après la piste. L'avion est endommagé », a expliqué un responsable de l'aéroport.

"Mauvaise appréciation de la piste"

« La météo était bonne, je pense que c'était une mauvaise appréciation (de la piste) parce que c'est la première fois que ces pilotes arrivent ici à Bukavu », a-t-il ajouté. Parmi les blessés, le ministre des Finances se trouvait dans un état « grave », dit une source à la présidence tandis que le gouverneur du Sud-Kivu a « les jambes fracturées », selon le responsable de l'aéroport.

Âgé de 48 ans, Augustin Katumba Mwanke avait été réélu à la fin de 2011 député du Katanga, dont il était originaire, pour le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, au pouvoir). Au sein du cercle étroit et discret des fidèles de Joseph Kabila, c'était sans doute le plus influent et le plus proche du président, même s'il n’occupait aucune fonction officielle au cabinet de ce dernier. Il lui prodiguait de nombreux conseils, surtout en matière économique. On reconnaît son empreinte sur les contrats passés avec la Chine, en 2007, et dans toutes les grandes décisions concernant le secteur minier.

« Katumba a tissé autour du chef de l’État un réseau d’hommes d’affaires efficace. Quand une décision doit être prise, il les sollicite directement et évite les lourdeurs de l’administration des ministères », expliquait un banquier à Jeune Afrique en 2009. Avant de servir Kabila fils, Katumba avait été un lieutenant de Laurent-Désiré Kabila, qu'il avait rencontré lorsqu'il était cadre dans une banque sud-africaine, peu de temps après la prise de Lubumbashi, la capitale du Katanga, en avril 1997. Dans la foulée, il prend le jeune et encore timide Joseph Kabila sous sa protection, avant que celui-ci n'accède au pouvoir dans après l'assassinat de son père.

"Mainmise sur les ressources"

Katumba est cité en 2002 dans un rapport des Nations unies sur le pillage des ressources du Congo. Il y est décrit comme membre d'un « réseau d’élite congolais et zimbabwéen ayant des intérêts politiques, militaires et commerciaux (qui) cherche à garder la mainmise sur les principales ressources naturelles (...) dans la zone (de la RDC) tenue par le gouvernement ».

Le rapport précisait que « ce réseau a transféré des actifs représentant au moins 5 milliards de dollars du secteur minier public à des entreprises privées qu’il contrôle, sans verser aucune indemnité ni prestation au Trésor public ». Katumba était placé par les experts sur une liste de personnes contre lesquelles était recommandé une « interdiction de déplacement » hors du Congo, le « gel de leurs avoirs personnels » et une « interdiction d'accéder au système bancaire ». Mais celui qui était à l'époque ministre délégué à la présidence, en charge du portefeuille de l'État, n’a jamais vraiment connu la disgrâce. Il a été simplement suspendu de ses fonctions fin 2002 par Kabila avant d'être nommé en 2004 « ambassadeur itinérant » à la présidence.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Canada : David Muipatayi alias ZPN, autoentrepreneur du hip-hop

Figure montante du hip-hop, ce jeune Congolais est installé dans la province canadienne de l'Ontario, où il produit ses propres disques. En attendant de percer à l'international.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

RDC : début de l'offensive de l'armée contre les FDLR dans l'Est

Attendue depuis fin janvier, l’opération de l’armée congolaise contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble s’amorcer ce mardi avec le[...]

RDC : la justice française se penche sur les mystères du meurtre d'opposants de Kabila en 2000

Le procès de trois hommes accusés de complicité dans l’assassinat, il y a 14 ans en France, de deux opposants congolais suspectés d’avoir voulu intenter un putsch contre[...]

RDC : la démission de Russ Feingold, une épine de moins dans le pied de Kabila

En fonction depuis juin 2013, Russ Feingold a démissionné samedi de son poste d’envoyé spécial des États-Unis dans la région des Grands Lacs. Une décision qui a sans doute[...]

RDC : l'affaire des opposants de Kabila tués en France resurgit au procès 14 ans après les faits

Plus de 14 ans après la découverte du corps de deux opposants congolais carbonisés dans une voiture près de Lyon, la justice française exhume une nébuleuse affaire qui mêle tentative[...]

Des hydroliennes envisagées sur le fleuve Congo pour développer l'agriculture

Sur les rives du Congo, des centaines de paysans produisent des fruits et légumes mais trop souvent, une partie pourrit sur place, faute de stockage réfrigéré. Pour stopper ce gâchis et[...]

RDC : démission de Russ Feingold, le cow-boy de Barack Obama dans la région des Grands Lacs

L’envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs et la RDC, Russ Feingold, va quitter son poste, qui l’a vu fortement s’impliquer dans les négociations entre les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120213085709 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120213085709 from 172.16.0.100