Extension Factory Builder
08/02/2012 à 09:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 Abdoulaye Wade le 3 avril 2007 à Dakar. Abdoulaye Wade le 3 avril 2007 à Dakar. © Seyllou Diallo/AFP

Quelques heures après une marche de plusieurs milliers d'opposants à Dakar mardi, après un appel du Mouvement du 23 juin (M23), Abdoulaye Wade s’est offert  une parade dans les rues de la capitale sénégalaise. Une démonstration de force qualifiée par l'entourage du président sénégalais de "visite de proximité".

Le bras de fer continue, et Abdoulaye Wade ne compte pas céder une once de terrain à ses détracteurs. Le président sénégalais a défilé mardi 7 février dans les rues de la capitale sénégalaise avec plusieurs milliers de ses supporteurs, quelques heures seulement après une marche de même nature de ses opposants à Dakar, à l'appel du Mouvement du 23 juin (M23).

Debout à bord d'une voiture au toit ouvrant, lors d'une démonstration de force qualifiée par son entourage de « visite de proximité », Abdoulaye Wade a paradé dans plusieurs quartiers de la capitale devant plusieurs milliers de personnes, fidèles, curieux ou même détracteurs, sur fond de musique et de chansons de campagne. « Je suis très satisfait de constater que je suis encore très, très, très populaire » au Sénégal, a-t-il déclaré. « La retraite, ce n'est pas pour demain », a ajouté le président, 85 ans, au pouvoir depuis 2000 et qui sollicite un troisième mandat malgré ses opposants qui estiment que la Constitution le lui interdit.

Un peu plus tôt, le M23 organisait sa troisième marche depuis le début de la campagne. Quelques milliers d'opposants ont défilé dans le calme pendant un peu moins de trois heures dans les rues de Dakar, sans pouvoir entrer dans le centre-ville où ils avaient prévu de se rendre. La plupart des candidats, dont les ex-Premiers ministres Moustapha Niasse et Idrissa Seck, ainsi que le secrétaire général du Parti socialiste (PS) Ousmane Tanor Dieng ont participé à la marche, de même que Youssou Ndour, dont la candidature a été invalidée par le Conseil constitutionnel.

Ambassadeur américain convoqué

Sa contre-offensive, Wade la mène également sur les terrains médiatique et diplomatique. Le ministre des Affaires étrangères sénégalais Madické Niang a convoqué mardi l'ambassadeur américain à Dakar, Lewis Lukens. La raison : les récentes déclarations de hauts responsables américains sur la nécessité de « laisser la place à la prochaine génération » au Sénégal.

Le même jour, Lewis Lukens déclarait au quotidien privé Le Populaire qu’il était « regrettable que le président Wade ait choisi de compromettre les élections, de mettre en péril la sécurité du pays par son insistance à briguer un troisième mandat ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120208093018 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120208093018 from 172.16.0.100