Extension Factory Builder
06/02/2012 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Idrissa Seck (2e D), Ousmane Tanor Dieng (G),et Moustapha Niasse,le 4 février 2012 à Dakar. Idrissa Seck (2e D), Ousmane Tanor Dieng (G),et Moustapha Niasse,le 4 février 2012 à Dakar. © AFP

C’est en rang serré que l’opposition sénégalaise a tenu dimanche 5 février son premier meeting de campagne à Dakar. Au menu du jour, un seul mot d'ordre : "Wade doit retirer sa candidature !".

Réunie à Dakar pour son premier meeting de campagne, l'opposition a tenu à afficher son « unité » et une cible commune, Abdoulaye Wade. Huit candidats de l’opposition sénégalaise ont tenu leur premier meeting de campagne dimanche 5 février, place de l'Obélisque à Dakar, devant un peu plus d'un millier de personnes. La veille, samedi, ils s’étaient formellement engagés à « rester unis » à l'approche du scrutin présidentielle du 26 février jusqu'à obtenir le retrait de la candidature du président sortant.

« Pas d'élection présidentielle au Sénégal avec Wade », proclamait une large banderole signée du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe opposants et représentants de la société civile. Alioune Tine, coordinateur du M23 et président de la Rencontre africaine des droits de l'Homme (Raddho), était le grand ordonnateur de ce « méga-meeting ».

"Nous irons jusqu’au bout"

Sous les applaudissements, les trois cadors de l’opposition, Moustapha Niasse, Macky Sall, Idrissa Seck - tous trois d’anciens Premiers ministres de Wade -, et Ousmane Tanor Dieng, ont tour à tour pris la parole, essentiellement en langue locale Wolof.

« Nous irons jusqu'au bout, jusqu'à ce que Wade retire sa candidature, Wade doit partir! », tonne Tanor Dieng. « Le combat ne saurait se limiter à la place de l'Obélisque, étendons le à tout le Sénégal! », enchaîne Macky Sall. Youssou Ndour, dont la candidature a été invalidée par le Conseil constitutionnel, était lui aussi présent. « Prenez vos responsabilités », a-t-il répété à la foule.

Le rassemblement s’est déroulé dans le calme, une grosse satisfaction pour l’opposition qui avait déployé un important service s’ordre afin d’éviter tout débordements.

Seule ombre au tableau, la faible mobilisation, bien loin des attentes et inférieure à la manifestation de mardi. « Avec l'anniversaire de la naissance du prophète, les départs en province pour ce week-end férié, nous savions que nous ne ferions pas le plein », a expliqué Cheikh Tidiane Dieye, l'un des leaders du M23.

Wade à Mbacké

« Mais nous voulions être présents pour ce premier jour de campagne et diffuser notre message d'unité », a-t-il tout de même condédé.

De son côté, le président Abdoulaye Wade a débuté sa campagne électorale dans son fief de Mbacké près de Touba, la cité sainte des Mourides, en allant recueillir la bénédiction du khalife général des mourides à Touba. « Je viens rendre visite à mon marabout, et lui demander de prier pour moi », en vue de l'élection, a déclaré le président Wade.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120206091516 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120206091516 from 172.16.0.100