Extension Factory Builder
03/02/2012 à 18:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans les pays du Sahel, les prix des céréales ont flambé en 2012. Dans les pays du Sahel, les prix des céréales ont flambé en 2012. © AFP

Une catastrophe alimentaire menace le Sahel. Les Nations Unies ont appelé jeudi la communauté internationale à se mobilier de toute urgence afin d’éviter une crise de alimentaire de grande ampleur. En cause, la sécheresse, de mauvaises récoltes et l'augmentation des prix des produits alimentaires notamment au Tchad, au Mali, en Mauritanie ou encore au Niger. Une situation alarmante qui vient s’ajouter à celle de l’Afrique de l’Est.

L’Afrique pourrait devoir faire face à une nouvelle crise humanitaire de grande ampleur. « Nous ne devons pas attendre que les gens soient affamés pour agir », a déclaré jeudi Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation, lors d’une visite au Ghana. Selon les Nations Unies, le Sahel est menacée par la sécheresse, les mauvaises récoltes et l’augmentation du prix des matières premières.

Au Niger notamment, le prix du millet était 37% plus élevé en novembre 2011 qu'un an auparavant, et les prix d'autres céréales sont de 40% plus élevés que les prix moyens relevés sur cinq ans.

Or, selon Olivier De Schutter, « la saison (de la sécheresse) surviendra plus tôt et durera plus longtemps que d'habitude, [ce] qui rendra le Sahel dépendant d'une manière dramatique des importations de produits alimentaires, qui devront être achetés à des prix astronomiques sur les marchés internationaux. »

Des millions de personnes concernées

Six millions de personnes au Niger, 2,9 millions au Mali, et 700 000 en Mauritanie seraient d’ores et déjà affectées par un début de crise alimentaire et l’Union Européenne a annoncé vouloire doubler son aide aux pays du Sahel, en y consacrant 105 millions d'euros contre 45 millions l'année dernière.

Famine : la définition de l’ONU

Pour être qualifiée de famine, une crise alimentaire doit répondre à plusieurs critères, selon l’ONU :

-    un taux de mortalité supérieur à deux personnes par jour pour 10 000 individus

-    une malnutrition aigüe touchant plus de 30% de la population

-    moins de 2100 kcal disponibles par jour et par personne, - moins de 4 litres d'eau par jour et par personne

-    une perte effective totale de tout moyen d'existence

-    20% de la population d'une même région doivt être concernée.

Cette crise vient s’ajouter à celle qui continue de frapper la Corne de l’Afrique. En effet, même si l’ONU a annoncé que la famine proprement dite (voir encadré) était terminée, la situation reste préoccupante. Jose Graziano da Silva, le nouveau directeur général de l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a ainsi précisé qu’il subsistait toujours « en Somalie, 2,34 millions de personnes touchées par la crise». Et de conclure : « Si nous ne continuons pas à aider ces gens (...) ils ne vont pas survivre et la famine reviendra ».

Un appel de plus à la communauté internationale dont « la culture de l’attentisme » a été vivement critiquée par les ONG Oxfam et Save the Children dans un rapport commun publié le 18 janvier. Ces organismes estiment qu’une réaction plus rapide auraient permis de sauver des dizaines de milliers de personnes. La question du temps et de la volonté se pose donc une nouvelle fois au Sahel, et à l’Afrique en général : selon la FAO, sur les 33 pays devant bénéficier d’une aide alimentaire dans le monde, 24 sont sur le continent.

 

Source : FAO

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et[...]

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était.[...]

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

Centrafrique : la Russie et la Chine bloquent les sanctions de l'ONU contre Bozizé

La Russie et la Chine refusent pour le moment que les Nations unies imposent des sanctions contre des dirigeants centrafricains, dont l'ancien président François Bozizé.[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Soudan du Sud : le chef d'état major limogé après les revers de l'armée face à la rébellion

Le général James Hoth Mai, chef d'état-major de l'armée sud-soudanaise, a été démis de ses fonctions mercredi par le président Salva Kiir. Aucune raison officielle n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces