Extension Factory Builder
03/02/2012 à 18:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans les pays du Sahel, les prix des céréales ont flambé en 2012. Dans les pays du Sahel, les prix des céréales ont flambé en 2012. © AFP

Une catastrophe alimentaire menace le Sahel. Les Nations Unies ont appelé jeudi la communauté internationale à se mobilier de toute urgence afin d’éviter une crise de alimentaire de grande ampleur. En cause, la sécheresse, de mauvaises récoltes et l'augmentation des prix des produits alimentaires notamment au Tchad, au Mali, en Mauritanie ou encore au Niger. Une situation alarmante qui vient s’ajouter à celle de l’Afrique de l’Est.

L’Afrique pourrait devoir faire face à une nouvelle crise humanitaire de grande ampleur. « Nous ne devons pas attendre que les gens soient affamés pour agir », a déclaré jeudi Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation, lors d’une visite au Ghana. Selon les Nations Unies, le Sahel est menacée par la sécheresse, les mauvaises récoltes et l’augmentation du prix des matières premières.

Au Niger notamment, le prix du millet était 37% plus élevé en novembre 2011 qu'un an auparavant, et les prix d'autres céréales sont de 40% plus élevés que les prix moyens relevés sur cinq ans.

Or, selon Olivier De Schutter, « la saison (de la sécheresse) surviendra plus tôt et durera plus longtemps que d'habitude, [ce] qui rendra le Sahel dépendant d'une manière dramatique des importations de produits alimentaires, qui devront être achetés à des prix astronomiques sur les marchés internationaux. »

Des millions de personnes concernées

Six millions de personnes au Niger, 2,9 millions au Mali, et 700 000 en Mauritanie seraient d’ores et déjà affectées par un début de crise alimentaire et l’Union Européenne a annoncé vouloire doubler son aide aux pays du Sahel, en y consacrant 105 millions d'euros contre 45 millions l'année dernière.

Famine : la définition de l’ONU

Pour être qualifiée de famine, une crise alimentaire doit répondre à plusieurs critères, selon l’ONU :

-    un taux de mortalité supérieur à deux personnes par jour pour 10 000 individus

-    une malnutrition aigüe touchant plus de 30% de la population

-    moins de 2100 kcal disponibles par jour et par personne, - moins de 4 litres d'eau par jour et par personne

-    une perte effective totale de tout moyen d'existence

-    20% de la population d'une même région doivt être concernée.

Cette crise vient s’ajouter à celle qui continue de frapper la Corne de l’Afrique. En effet, même si l’ONU a annoncé que la famine proprement dite (voir encadré) était terminée, la situation reste préoccupante. Jose Graziano da Silva, le nouveau directeur général de l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a ainsi précisé qu’il subsistait toujours « en Somalie, 2,34 millions de personnes touchées par la crise». Et de conclure : « Si nous ne continuons pas à aider ces gens (...) ils ne vont pas survivre et la famine reviendra ».

Un appel de plus à la communauté internationale dont « la culture de l’attentisme » a été vivement critiquée par les ONG Oxfam et Save the Children dans un rapport commun publié le 18 janvier. Ces organismes estiment qu’une réaction plus rapide auraient permis de sauver des dizaines de milliers de personnes. La question du temps et de la volonté se pose donc une nouvelle fois au Sahel, et à l’Afrique en général : selon la FAO, sur les 33 pays devant bénéficier d’une aide alimentaire dans le monde, 24 sont sur le continent.

 

Source : FAO

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce [...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme[...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents[...]

Ebola - Report de la CAN 2015 : la CAF dément "l'accord de principe"

La Confédération africaine de football (CAF) a démenti vendredi "l'accord de principe" annoncé par un quotidien marocain à propos d'un report de la Coupe d'Afrique des nations en raison[...]

Nigeria : triple attentat à Gombe, au moins 8 morts et 34 blessés

Trois bombes ont explosé vendredi matin à une heure de grande affluence dans une gare routière de Gombe, dans le nord-est du Nigeria. Le triple attentat a causé la mort d'au moins huit personnes et fait[...]

Somalie : l'Amisom juge déséquilibré un rapport de HRW

La Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) a jugé déséquilibré un rapport de Human Rights Watch qui accuse ses soldats de viols et d'exploitation de femmes et de jeunes filles sur leurs bases[...]

Burkina : démission de Compaoré, confusion autour de la transition

Après la démission de Blaise Compaoré vendredi, le chef d'état-major des armées, le général Honoré Nabéré Traoré, a déclaré qu'il dirigera[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers