Extension Factory Builder
03/02/2012 à 18:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans les pays du Sahel, les prix des céréales ont flambé en 2012. Dans les pays du Sahel, les prix des céréales ont flambé en 2012. © AFP

Une catastrophe alimentaire menace le Sahel. Les Nations Unies ont appelé jeudi la communauté internationale à se mobilier de toute urgence afin d’éviter une crise de alimentaire de grande ampleur. En cause, la sécheresse, de mauvaises récoltes et l'augmentation des prix des produits alimentaires notamment au Tchad, au Mali, en Mauritanie ou encore au Niger. Une situation alarmante qui vient s’ajouter à celle de l’Afrique de l’Est.

L’Afrique pourrait devoir faire face à une nouvelle crise humanitaire de grande ampleur. « Nous ne devons pas attendre que les gens soient affamés pour agir », a déclaré jeudi Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation, lors d’une visite au Ghana. Selon les Nations Unies, le Sahel est menacée par la sécheresse, les mauvaises récoltes et l’augmentation du prix des matières premières.

Au Niger notamment, le prix du millet était 37% plus élevé en novembre 2011 qu'un an auparavant, et les prix d'autres céréales sont de 40% plus élevés que les prix moyens relevés sur cinq ans.

Or, selon Olivier De Schutter, « la saison (de la sécheresse) surviendra plus tôt et durera plus longtemps que d'habitude, [ce] qui rendra le Sahel dépendant d'une manière dramatique des importations de produits alimentaires, qui devront être achetés à des prix astronomiques sur les marchés internationaux. »

Des millions de personnes concernées

Six millions de personnes au Niger, 2,9 millions au Mali, et 700 000 en Mauritanie seraient d’ores et déjà affectées par un début de crise alimentaire et l’Union Européenne a annoncé vouloire doubler son aide aux pays du Sahel, en y consacrant 105 millions d'euros contre 45 millions l'année dernière.

Famine : la définition de l’ONU

Pour être qualifiée de famine, une crise alimentaire doit répondre à plusieurs critères, selon l’ONU :

-    un taux de mortalité supérieur à deux personnes par jour pour 10 000 individus

-    une malnutrition aigüe touchant plus de 30% de la population

-    moins de 2100 kcal disponibles par jour et par personne, - moins de 4 litres d'eau par jour et par personne

-    une perte effective totale de tout moyen d'existence

-    20% de la population d'une même région doivt être concernée.

Cette crise vient s’ajouter à celle qui continue de frapper la Corne de l’Afrique. En effet, même si l’ONU a annoncé que la famine proprement dite (voir encadré) était terminée, la situation reste préoccupante. Jose Graziano da Silva, le nouveau directeur général de l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a ainsi précisé qu’il subsistait toujours « en Somalie, 2,34 millions de personnes touchées par la crise». Et de conclure : « Si nous ne continuons pas à aider ces gens (...) ils ne vont pas survivre et la famine reviendra ».

Un appel de plus à la communauté internationale dont « la culture de l’attentisme » a été vivement critiquée par les ONG Oxfam et Save the Children dans un rapport commun publié le 18 janvier. Ces organismes estiment qu’une réaction plus rapide auraient permis de sauver des dizaines de milliers de personnes. La question du temps et de la volonté se pose donc une nouvelle fois au Sahel, et à l’Afrique en général : selon la FAO, sur les 33 pays devant bénéficier d’une aide alimentaire dans le monde, 24 sont sur le continent.

 

Source : FAO

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Le sport : un acteur de paix et du vivre ensemble

Le sport : un acteur de paix et du vivre ensemble

La Voix des jeunes, site fondé par l'Unicef, et Jeune Afrique ont lancé un concours d'écriture ouvert aux jeunes. Dans un article ne dépassant pas 4 000 signes, ces derniers étaient appelé[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Damboa et massacre des civils

Les services nigérians ont annoncé lundi la prise de la ville de Damboa, dans l'État de Borno, par les combattants de Boko Haram. L'attaque meurtrière du groupe islamiste a eu lieu pendant le week-end,[...]

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka.[...]

Niger - Burkina : Mahamadou Issoufou, entre Salif Diallo et Blaise Compaoré

Comment le président nigérien Mahamadou Issoufou a-t-il résolu le dilemme de la rupture entre son ami Salif Diallo et son allié Blaise Compaoré ?[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

La ministre rwandaise Louise Mushikiwabo en visite officielle en Israël

Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, séjourne depuis dimanche à Tel-Aviv. Une visite officielle de deux jours en pleine crise israélo-palestinienne.[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Côte d'Ivoire : Drogba, le retour de l'enfant prodige à Chelsea

Selon le quotidien "L'Équipe", Didier Drogba est attendu dans la semaine à Londres pour parapher un contrat d'un an avec Chelsea. Il devrait par la suite entamer une reconversion dans le staff technique du[...]

Burundi : toujours pas de liberté provisoire pour Pierre Claver Mbonimpa

En appel, la justice burundaise a rejeté lundi la demande de libération provisoire de Pierre Claver Mbonimpa. Le militant des droits de l'homme, accusé d'atteinte à la sûreté de[...]

Choléra : au moins six morts dans le nord du Nigeria

Sur 46 cas de choléra enregistrés dans le nord du Nigeria, au moins six personnes sont mortes à Kafin Dalawa, dans l'État de Kano. Une flambée d'épidémie récurrente pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers