Extension Factory Builder
01/02/2012 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hamadi Jebali s'entretient avec Christine Lagarde, le 1er février 2012. Hamadi Jebali s'entretient avec Christine Lagarde, le 1er février 2012. © AFP

Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), s'est rendue en Tunisie pour 48 heures ce mercredi 1er février. L'occasion d'assurer au pays, qui traverse actuellement une grave crise économique, le "soutien" de l'institution financière.

Première visite en Tunisie pour la directrice du Fonds monétaire international (FMI). Christine Lagarde est arrivée mercredi 1er février à Tunis, où elle a été accueillie par le gouverneur de la Banque centrale tunisienne Mustapha Kamel Nabli. La française s’est également entretenue avec le Premier ministre Hamadi Jebali.

Également prévu au programme : une rencontre avec le président tunisien Moncef Marzouki, ainsi que des discussions avec des responsables de la puissante centrale syndicale UGTT. Christine Lagarde devrait participer jeudi 2 février à une discussion avec des chefs d'entreprises tunisiens et rencontrera des femmes de la société civile, avant de se rendre en Arabie Saoudite.

La visite de la directrice du FMI intervient alors que le pays traverse une grave crise économique, et enregistre une croissance négative et un taux de chômage à 18%. Une situation préoccupante, renforcée par la crise européenne, dont les pays sont les principaux partenaires de la Tunisie. Mais Christine Lagarde tient à assurer du « soutien de l'institution financière à la transition démocratique », et souhaite établir le contact avec les nouvelles autorités issues des élections du 23 octobre, selon son entourage.

"Potentiel"

Pourtant, selon des sources économiques, le pays, traditionnel « bon élève » du FMI, « dispose d'une marge de manœuvre et de potentiel ». Le  taux d'endettement public est par exemple relativement faible (40% du PIB contre, à titre d'exemple, 180% du PIB en Grèce).

Parmi les priorités à mettre en œuvre : « l’assainissement » de l'environnement des affaires et surtout le développement des régions déshéritées du centre du pays.

Pour le moment, les autorités tunisiennes n’ont pas sollicité de prêt, mais le FMI « est prêt à répondre à toute demande », selon des sources proches de l'institution financière.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Libye : 172 Tunisiens pris en otages par une milice islamiste du groupe Fajr Libya

Les autorités tunisiennes ont annoncé lundi l’existence de négociations en vue de la libération de 172 ressortissants détenus en Libye par un groupe de la coalition de milices islamistes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers