Extension Factory Builder
01/02/2012 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hamadi Jebali s'entretient avec Christine Lagarde, le 1er février 2012. Hamadi Jebali s'entretient avec Christine Lagarde, le 1er février 2012. © AFP

Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), s'est rendue en Tunisie pour 48 heures ce mercredi 1er février. L'occasion d'assurer au pays, qui traverse actuellement une grave crise économique, le "soutien" de l'institution financière.

Première visite en Tunisie pour la directrice du Fonds monétaire international (FMI). Christine Lagarde est arrivée mercredi 1er février à Tunis, où elle a été accueillie par le gouverneur de la Banque centrale tunisienne Mustapha Kamel Nabli. La française s’est également entretenue avec le Premier ministre Hamadi Jebali.

Également prévu au programme : une rencontre avec le président tunisien Moncef Marzouki, ainsi que des discussions avec des responsables de la puissante centrale syndicale UGTT. Christine Lagarde devrait participer jeudi 2 février à une discussion avec des chefs d'entreprises tunisiens et rencontrera des femmes de la société civile, avant de se rendre en Arabie Saoudite.

La visite de la directrice du FMI intervient alors que le pays traverse une grave crise économique, et enregistre une croissance négative et un taux de chômage à 18%. Une situation préoccupante, renforcée par la crise européenne, dont les pays sont les principaux partenaires de la Tunisie. Mais Christine Lagarde tient à assurer du « soutien de l'institution financière à la transition démocratique », et souhaite établir le contact avec les nouvelles autorités issues des élections du 23 octobre, selon son entourage.

"Potentiel"

Pourtant, selon des sources économiques, le pays, traditionnel « bon élève » du FMI, « dispose d'une marge de manœuvre et de potentiel ». Le  taux d'endettement public est par exemple relativement faible (40% du PIB contre, à titre d'exemple, 180% du PIB en Grèce).

Parmi les priorités à mettre en œuvre : « l’assainissement » de l'environnement des affaires et surtout le développement des régions déshéritées du centre du pays.

Pour le moment, les autorités tunisiennes n’ont pas sollicité de prêt, mais le FMI « est prêt à répondre à toute demande », selon des sources proches de l'institution financière.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie - Troussier : 'Il fallait que je quitte Sfax'

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux congo[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

Soixante-dix personnes ont d'ores et déjà déposé un dossier de candidature à la présidentielle tunisienne, qui aura lieu le 23 novembre. La liste définitive des participants ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers